Pêche de la sole avec Laureen Dudit

Publié le vendredi 29 novembre 2019 par Stéphane Charles
  • Technique de pêche

Appâts associés à cet article:

 

Énorme sole de 42 cm pour Laureen Dudit !

 

La sole : la star des poissons plats

 

Sole ayant mordu sur une empile haute

 

Nom scientifique : Solea solea ou Solea vulgaris vulgaris.

Famille : Soleidae

Noms communs : Sole commune.

 

La sole est facilement identifiable par rapport aux autres poissons plats grâce à sa forme ovale caractéristique. Bien que sa taille moyenne soit habituellement de 30 à 40 cm, certains spécimens peuvent atteindre près de 70 cm pour un poids pouvant dépasser les 3 kg. De tels poissons ont alors l’âge vénérable de 20 ans ! La sole a la particularité d’être un poisson dit droitier « ou dextre » - c'est-à-dire qu’il possède les yeux sur le côté droit. Sa couleur est variable selon son environnement – du gris au brun en passant par le jaune. Sa gueule est petite, arquée et tordue.

 

Réglementation :

 

Selon l’arrêté du 29 janvier 2013, la taille minimale de capture de la sole est de 24 cm en Atlantique, Mer du Nord, Manche et en Méditerranée. De même, selon l’arrêté du 17 mai 2011, chaque prise devra « faire l’objet d’un marquage » Ce marquage consiste en l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale. »

 

Retrouvez toutes les tailles minimales de capture officielle dans le cadre de la pêche maritime de loisir dans ce lien :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000027093867&dateTexte=&categorieLien=id

Cette petite sole a été aussitôt relâchée

 

Une des plages vendéennes où pêche Laureen Dudit

 

Si la sole peut vivre jusqu’à 200 m de fond, elle est plus fréquemment rencontrée dans des profondeurs n’excédant pas 80 à 100 m. La sole est présente sur nos côtes de mars à décembre selon les années – avril à octobre / novembre. Elle apprécie les substrats sablo / vaseux avec néanmoins une prédilection pour les fonds avec une forte proportion de sable. Les secteurs uniquement vaseux sont surtout des zones à soles de petites tailles. Étant capable de supporter une salinité très faible (10 ‰ à peine !), ce poisson aime les zones d’estuaires et peut remonter assez loin des cours d’eau douce tels que des fleuves ou des rivières.

 

Le saviez-vous ?

 

L’origine du nom de la sole vient du latin « sola » voulant dire semelle - certainement en rapport avec la forme de ce poisson plat. Il est à noter qu’il existe également un rapport avec le terme latin « solum » voulant dire sol – cette espèce vivant en contact direct avec le substrat. Vous noterez d’ailleurs que son impressionnant mimétisme avec la couleur du fond lui permet de parfaitement se fondre dans l’environnement afin de se camoufler aux yeux des prédateurs.

 

Le mimétisme de la sole avec le substrat est impressionnant !

 

 

Le montage poissons plats de Laureen Dudit

 

Le montage poissons plats de Laureen Dudit

 

La sole étant un poisson rare, il serait illusoire de dire qu’on cible spécifiquement ce poisson en allant pêcher. Ce montage s’adresse donc à tous les types de poissons plats mais il est également assez polyvalent pour prendre d’autres espèces (ex : bars) grâce à sa composition 1 traînard / 2 empiles hautes. Laureen a ainsi remarqué qu’il n’est pas rare de faire de la sole en même temps que du bar. Elle a également noté que les soles n’hésitaient pas à monter sur les empiles les plus hautes.

 

Nylon Amnesia rouge Sunset

 

Laureen utilise souvent du nylon de couleur rouge pour son traînard et ses empiles quand elle recherche les plats – dont les soles. En effet, cette couleur donne dans l’eau un effet sang que les plats apprécient particulièrement et qui les attirent sur de grandes distances. Elle emploie de l’Amnesia de couleur rouge ou encore du nylon Invisible Yuki car ces fils ont la particularité de ne pas vriller dans les courants. Ayant très peu de mémoire, il est ainsi possible de les redresser facilement en les étirant et en les lissant entre deux doigts – ce que d’autres nylons ne permettent pas. Ils offrent également l’avantage d’avoir un très faible coefficient d’allongement. Ce type de nylon sera utilisé en diamètres 23 à 28/100 en fonction des conditions de pêche rencontrées.

 

Ce doublé bar / sole sur le montage de Laureen prouve qu’il est très polyvalent !

 

Laureen utilise des hameçons assez petits (n°5) et à hampe courte car la sole possède une bouche de taille très réduite. La pêcheuse apprécie particulièrement l’AX63 Yuki qui a la particularité d’être très polyvalent car sa forme spécifique est aussi bien adaptée à la gueule des plats que celle des bars. Bien qu’il soit robuste, cet hameçon offre l’avantage d’être ultra piquant.

 

Les perles rouges sont très attractives pour les soles !

 

Laureen place sur son traînard des perles colorées dures ou molles. Les soles étant curieuses par nature comme tous les poissons plats, elles ont tendance à être attirés par ces teasers. La ressemblance de ce type d’accessoire avec des œufs de poissons en est certainement la raison car tous les plats en sont très friands. L’attirance visuelle de ces teasers est importante dans les eaux souvent troubles et mâchées dans les substrats sablo-vaseux où évoluent les plats – surtout en estuaire. Un véritable avantage quand l’eau offre peu de visibilité ! Certains avancent que la couleur rouge a d’ailleurs tendance à sélectionner la sole par rapport à d’autres poissons plats tels que le flet ou la plie. Des pêcheurs apprécient également le panachage de teintes contrastées disposées en alternance. Il est à noter que l’utilisation de perles phosphorescentes pourra être intéressante à l’aube, au crépuscule et de nuit.

 

Les plombs de couleur rouge seront différents selon les conditions rencontrées

 

Toujours dans le but d’attirer visuellement l’attention des poissons plats, Laureen utilise des plombs au revêtement rouge – cette couleur les attirant sur de grandes distances. Le profil du plomb sera choisi en fonction des conditions de pêche rencontrées. Ainsi, en cas de mer très agitée avec de puissants courants et de fortes vagues, elle emploie un plomb débrayable afin d’éviter de trop nombreux emmêlements. Quand la mer est agitée mais pas trop forte, elle privilégie un plomb portugais (ou pyramidal) car en dérivant lentement, il couvre plus de terrain tout en soulevant des nuages de particules attractives sur les fonds sablo-vaseux. Néanmoins, quand les substrats sont trop meubles, les plombées « accrocheuses » telles que les plombs portugais s’ensablent trop profondément – les rendant difficiles à extirper. Laureen préfère alors utiliser un plomb bombe.

 

 

Les appâts pour la sole (et autres poissons plats)

 

Les vers sont des appâts de prédilection pour pêcher les plats – dont la sole. Ce sont en effet des poissons fouisseurs fouillant les substrats meubles à la recherche de nourriture.

 

Vers noirs Normandie Appâts

 

Parmi toutes les esches, un ver est entre autres particulièrement apprécié par ces poissons : l’arénicole ! En effet, le ver noir est une véritable friandise pour les plats tels que la sole ! Afin qu’ils soient plus résistants face aux puissants courants ou pour effectuer des lancers plus puissants, il sera possible de « l’ébroder ». Cela signifie que le ver est préalablement éviscéré et vidé de son jus. Il est également possible de le projeter assez violemment sur une surface plane dure (ex : planche à découper) afin qu’il se contracte et durcisse. Il sera également recommandé de l’escher de part en part avec une aiguille à ver de forte section pour une meilleure tenue sur l’hameçon.

 

 

Retrouvez tous les conseils pour bien escher à l’aiguille un ver noir dans cet article : http://www.normandie-appats.com/news/comment-escher-un-ver-noir-a-l-aiguille

 

Rags Normandie Appâts

 

Laureen apprécie également le Rag Normandie Appât car il est charnu et sélectionne de beaux plats. Son jus très sapide est ultra attractif sur les plats et les attire sur de grandes distances. Il offre enfin une excellente tenue à l’hameçon.

 

Demi-dures Normandie Appâts

 

La pêcheuse apprécie également la Demi-dure car sa texture tendre est très appréciée par les plats.

 

 

Stratégie de pêche

 

Les plages « gilocruciennes » où pêche Laureen ont une très faible déclivité (N.D.L.R. : gilocruciennes : de Saint-Gilles-Croix-De-Vie)

 

Les plages vendéennes où Laureen Dudit pêche offrent généralement une très faible déclivité mais la pêcheuse a remarqué que les poissons plats peuvent se trouver dans très peu d’eau à faible distance du bord. Pour ces poissons, elle apprécie particulièrement les plages de sable disposant de quelques enrochements. Il est à noter que les gros coefficients sont excellents pour rechercher spécifiquement la sole.

 

Un nouveau doublé bar / sole sur le montage de Laureen !

 

Laureen n’hésite pas à récupérer son montage sur 5 / 10 m toutes les 10 minutes environ. Le fait de ramener votre montage régulièrement offre de multiples avantages. Vous prospectez beaucoup de terrain à la recherche des poissons visés mais vous soulevez également des nuages de particules attractives qui attirent ces poissons fouisseurs sur de grandes distances. La touche d’une sole étant très fine, celle-ci peut passer inaperçue car il est fréquent qu’après avoir dévoré l’appât, elle s’ensable et ne bouge plus. Contrairement à une daurade royale, la sole ne nécessite pas un ferrage immédiat car il y a peu de risque qu’elle prenne l’appât en gueule et le recrache. Ramener fréquemment votre montage vous permettra donc de savoir si vous avez une prise.

 

Laureen Dudit avec une magnifique sole. Encore un spécimen très rare !

 

Si l’utilisation de perles est assez courante pour rechercher les plats, sachez néanmoins que dans certains cas, la sole pourra préférer un montage qui en est dépourvu. Une bonne stratégie sera donc d’utiliser deux montages tels que celui utilisé par Laureen (un avec perles et un autre qui en sera dépourvu) afin de savoir celui qui fonctionne le mieux lors de votre cession. Cela vous permettra de définir celui qui correspond à l’humeur de ce poisson plat et aux conditions du jour. Encore ici, la pêche n’est pas une science exacte et c’est la faculté d’adaptation du pêcheur qui fait régulièrement la différence.

 

Quadriller systématiquement le secteur permettra de trouver le banc de soles !

 

Laureen a remarqué que si les prises de soles sont plus rares en fin d’automne et en début d’hiver, il est toutefois fréquent de pêcher de beaux spécimens. C’est ainsi le cas dans certaines zones spécifiques comme des secteurs proches d’ouvrages portuaires ou encore à proximité d’estuaires. Ainsi, la sole peut remonter des cours d’eau douce sur de grandes distances à la recherche de nourriture. Lorsque ce poisson remonte une rivière, notez qu’il est fréquent qu’il longe les rives et il sera donc conseillé de pêcher à faibles distances. Les soles vivent en bancs pouvant atteindre plusieurs dizaines d’individus et il n’est pas rare de multiplier les captures sur le même secteur.

 

Magnifique sole de 42 cm pour Laureen Dudit !

 

Laureen en a eu la preuve dans un secteur où un petit cours d’eau se jette dans la mer. Des amis pêcheurs ayant sorti deux soles le jour précédent, elle a ainsi décidé d’aller y pêcher avec son amie Alexandra Rassier et Mr. Pierre Boursac – le président de son club. Ce jour là, Laureen a ainsi réussi à battre son record avec une sole de 42 cm. Dans le même temps, Mr Boursac a pêché un magnifique spécimen de 45 cm pendant que de son coté Alexandra réussissait à prendre une autre belle sole de 42 cm ! C’est bien la preuve que les soles vivent par bancs et qu’une fois le bon secteur trouvé, il est possible d’enchaîner les prises rapidement!