Sortie surfcasting d’automne avec Mathieu Courtin

Publié le vendredi 14 janvier 2022 par Stéphane Charles
  • Technique de pêche

 

Daurade royale pris à l’Américain par Mathieu Courtin

 

Mathieu Courtin du team Normandie Appâts adore pêcher en surfcasting durant l’automne. C’est pour lui la meilleure saison pour cette technique car les poissons sont plus abondants, plus mordeurs et généralement plus gros que durant les saisons chaudes. Le pêcheur a ainsi remarqué qu’il prenait de plus beaux sparidés durant cette période – dont de très jolis marbrés.

 

Le soleil se couche rapidement en automne !

 

Pour cette sortie, Mathieu est accompagné de son ami Guy. Alors qu’ils installent leur poste, le soleil est déjà bas sur l’horizon. Le soleil se couchant tôt en automne, ils ont juste le temps d’installer leur poste avant la session nocturne. Les conditions sont très calmes et l’absence de vent fait que la mer est calme comme un lac. Les eaux sont translucides et offrent une grande visibilité aux poissons. Cette plage de Camargue offrant une très faible déclivité, Mathieu sait qu’il sera nécessaire de lancer à grandes distances pour rechercher les gros sparidés. Encore ici, le compétiteur fait confiance à son montage daurades royales en surfcasting.

 

Montage daurades royales en surfcasting de Mathieu Courtin

 

Ce montage conçu pour rechercher les belles daurades royales en surfcasting diffère vraiment de ceux habituellement utilisés par les autres pêcheurs. En effet, alors que la plupart des montages pour sparidés disposent d’un traînard très près du plomb, Mathieu fixe l’empile beaucoup plus haut – soit à la moitié du bas de ligne ! Le membre du team Normandie Appâts a ainsi remarqué qu’il avait de meilleurs résultats sur les daurades royales avec un traînard assez haut. En éloignant l’empile du plomb, les farouches sparidés ressentent certainement l’inertie du plomb beaucoup plus tard et ils ont donc tendance à mieux engamer l’appât - optimisant ainsi l’auto-ferrage.

 

Les hameçons ronds de type « chinu » sont parfaits pour la pêche des sparidés !

 

Avec ce montage, Mathieu utilise également un fluorocarbone plus directionnel que ceux habituellement employés pour la pêche de la daurade royale. Ce fluorocarbone dit « hard » est ainsi plus rigide et il a donc tendance à mieux s’étaler et à rester éloigné du plomb. Bien plus dense qu’un fluorocarbone classique, il se plaque également mieux sur le fond et donne ainsi une meilleure présentation à l’appât. Mathieu l’associe ici à un hameçon rond de type « chinu » fort de fer et ultra piquant – le top pour les sparidés ! Le compétiteur est ainsi convaincu que ce traînard haut avec du fluorocarbone dit « hard » donne de bien meilleurs résultats sur les daurades royales et limite considérablement les touches manquées.

 

appat-ver-de-sable
appat-ver-de-sable

Vers de sable Normandie Appâts

 

Pour cette session ciblant les sparidés, les pêcheurs ont utilisé du ver de sable et de l’Américain Normandie Appâts. Sur les plages de sable, le ver de sable est une de ses principales sources de nourriture des sparidés. Il est donc excellent pour les pêches les plus fines de poissons très méfiants. Cet appât est redoutable d’efficacité sur les marbrés mais il est également capable de séduire une daurade royale de plusieurs kilos !

 

appat-ver-americain
appat-ver-americain

Vers Américains Normandie Appâts
Acheter sur appats.shop

 

Mathieu apprécie particulièrement le ver américain pour la pêche des sparidés. Il est également nommé « ver de sang » car il possède de l’hémoglobine. Cette trace olfactive libérée dans le courant est sentie sur de très grandes distances par les poissons. Mathieu l’esche à l’aiguille pour une parfaite tenue. Résistant, cet appât permet de faire des « calées » plus longues et de sélectionner les plus beaux sparidés.

 

 

Une sortie sparidé très productive !

 

Marbré au ver de sable pour Guy !

 

Durant cette session sparidés, Mathieu était accompagné de son ami Guy. Les deux pêcheurs utilisaient les mêmes montages et les résultats ont été similaires durant toute la partie de pêche. Ainsi, Mathieu et Guy ont enregistré des prises très régulières tout au cours de la nuit. Les marbrés ont été néanmoins peu présents lors de cette sortie puisque les pêcheurs n’en ont pris que deux. Comme bien souvent avec ces sparidés très difficiles, ceux-ci n’ont mordu qu’au ver de sable – une véritable friandise pour ce poisson !

 

Un des deux seuls marbrés de cette session sparidés !

Réglementation :

Selon l’arrêté du 29 janvier 2013, la taille minimale de capture du marbré est de 20 cm en Méditerranée. Vous noterez que le marbré ne fait pas partie des poissons devant être marqués par l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale. Retrouvez toutes les informations disponibles sur les tailles minimales dans le cadre de la pêche maritime de loisir dans ce document officiel :
https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/LEGIARTI000041553508/2020-02-10/

 

Dès le début de la session, Mathieu a remarqué d’énormes bancs de mulets visibles dans les premiers rouleaux. De son propre aveu, il n’avait jamais remarqué de groupes aussi denses s’étalant sur d’aussi grandes surfaces ! En bon compétiteur, il a donc tenté à plusieurs reprises d’en prendre mais étrangement, malgré leur densité, il n’a pu en faire mordre aucun. Un des nombreux mystères de la pêche – et ces derniers sont nombreux quand on pratique aussi assidument que Mathieu !

 

Dans cette vidéo, Mathieu Courtin remarque les immenses bancs de mulets proches des rives alors qu’il est en train de ramener une petite daurade royale prise au ver de sable :

 

Mathieu Courtin avec une daurade royale prise à l’américain sur son montage à empile intermédiaire

 

Durant toute cette session, les pêcheurs ont également pris de nombreuses petites daurades royales au ver de sable. Ces juvéniles ont été aussitôt relâchés dans les meilleures conditions. Les plus belles daurades royales ont été à nouveau pêchées au ver américain – un appât que le compétiteur apprécie particulièrement pour pêcher ce sparidé. Associé à son montage à empile haute réalisée avec du fluorocarbone « hard », cet appât lui a permis de pêcher à très grandes distances ces sparidés si difficiles ce soir-là. Les touches étaient très subtiles et les pêcheurs ont dû redoubler de finesse pour ferrer ces poissons très tatillons. La daurade a ainsi l’habitude de mâcher et de recracher à plusieurs reprise l’appât – surtout quand les conditions sont très calmes. Un ferrage trop précoce ne ferait que l’effrayer et vous la manqueriez systématiquement. Dans ce cas-là, il faut attendre canne en main une tirée plus forte vous indiquant que la daurade part avec l’appât en gueule avant de ferrer. Vous optimiserez ainsi de façon considérable votre ferrage et toucherez ainsi beaucoup plus de poissons.

 

Retrouvez dans cette courte vidéo Mathieu Courtin en train de ramener en douceur une daurade royale pêchée au ver américain avec son montage doté d’une empile haute :

 

Comme nous le montre Mathieu dans cette vidéo, la récupération du poisson doit également être assez douce afin d’éviter que le sparidé ne se décroche ou casse l’empile sur un rush. Une canne surfcasting destinée à lancer des plombs de plus de 150 g est en effet assez raide et même avec l’élasticité du nylon, le poisson peut prendre appui sur le blank rigide pour se décrocher lors d’un coup de tête. La daurade doit donc être ramenée doucement et avec précaution tout en tâchant néanmoins de ne jamais relâcher la tension. En effet, le moindre mou dans la ligne peut également causer un décrochage. Les amis pêcheurs ont ainsi pu sortir plus d’une vingtaine de daurades royales – preuve que ce poisson gagne vraiment à être pêché en finesse !

 

Une autre daurade royale prise au ver américain par Mathieu Courtin

Réglementation :

Selon l’arrêté du 29 janvier 2013, la taille minimale de capture de la daurade royale est de 23 cm en Mer du nord, Manche, Atlantique et Méditerranée. De même, selon l’arrêté du 17 mai 2011, chaque prise devra « faire l’objet d’un marquage » Ce marquage consiste en l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale. » Retrouvez également toutes les informations disponibles sur les tailles minimales dans le cadre de la pêche maritime de loisir dans ce document officiel :
https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/LEGIARTI000041553508/2020-02-10/