Session pêche ultra light avec Marc Puig

Publié le vendredi 26 novembre 2021 par Stéphane Charles
  • Technique de pêche

 

Marc avec une belle ombrine prise en pêche ultra light au ver de sable

 

Montage marbrés en surfcasting ultra light de Marc Puig

 

Lors d’une de ses dernières sorties, Marc a de nouveau pêché sur une plage très plate offrant une très faible déclivité – nécessitant donc des lancers très longues distances. Encore ici, le pêcheur du team Normandie Appâts a donc utilisé son montage fétiche qui lui permet de lancer très loin du bord. Celui-ci a juste été réalisé dans une variante encore plus light destinée à tous les sparidés très difficiles – dont les marbrés. Ce montage est ainsi conçu avec le moins d’éléments possibles et ces derniers ont été choisis en très petites tailles afin de gagner en aérodynamisme. Ce montage est directement réalisé sur un arraché conique sans nœuds – celui-ci permettant d’appuyer les lancers afin d’atteindre de très grandes distances. Associé à un corps de ligne en 14/100 dans le moulinet (voire moins !) –, Marc a ainsi l’assurance de propulser son montage aussi loin que possible.

 

Le montage de Marc est prêt à être lancé !

 

Le traînard de Marc est ici très long puisqu’il fait 3 m. Les beaux sparidés étant très méfiants, une telle taille permet de retarder au maximum le moment où le poisson ressent l’inertie du plomb. Ce soir là, Marc a également pêché très fin en utilisant du 18/100 car les conditions étaient particulièrement calmes. L’hameçon est un « chinu » fin de fer doté d’un excellent piquant mais qui est suffisamment robuste pour résister aux fortes molaires des sparidés. Même lorsqu’il pêche ainsi en ultra light, Marc vise les beaux poissons et il utilise donc généralement une taille 4 à 2. En présence de poissons très difficiles comme lors de cette session, il peut néanmoins descendre jusqu’à une taille 6.

 

appat-ver-de-sable
appat-ver-de-sable

Vers de sable Normandie Appâts

 

Le ver de sable est vraiment l’appât idéal pour les pêches en surfcasting ultra light en plage !  En effet, il constitue une part importante du régime alimentaire des poissons dans ce milieu sableux et il s’avère très efficace sur les spécimens les plus difficiles. Ce ver très fin et de faible section offre également l’avantage d’être hyper aérodynamique. Bien que d’apparence fragile, il est aussi suffisamment robuste pour supporter des lancers puissants. Il permet donc d’atteindre de très longues distances – ce qui est un réel avantage sur des plages à faibles déclivités.

 

Les prises de sars ont été nombreuses lors de cette sortie !

 

Durant cette session nocturne, les touches se succèdent rapidement dès la mise en place des lignes. L’objectif premier de Marc est surtout de pêcher les beaux sparidés méfiants. Mais dès les premières prises, il constate que les petits sparidés sont nombreux sur zone. Il prend ainsi de nombreux sars de petites tailles. Lorsqu’on pêche fin avec de petits appâts pour tromper la méfiance de jolis spécimens, il faut savoir accepter la prise de poissons de tailles modestes. C’est le jeu !

 

Un beau marbré de 26 cm pris au ver de sable

 

Sur une touche à reculer, Marc ferre à grande distance un poisson qui semble plus gros que les précédents. Il prend tout son temps lors du combat car il sait qu’en 18/100, la moindre précipitation engendrerait une casse immédiate. Après une lente et longue récupération, sa prise est bientôt échouée : c’est un beau marbré de 26 cm !

 

Marc prend un selfie avec son marbré juste avant de le relâcher

 

Marc se prend rapidement en photo avec le poisson afin que celui-ci passe le moins de temps possible hors de l’eau et qu’il puisse le libérer dans les meilleures conditions possibles. Juste piqué au niveau des lèvres, ses chances de survie sont ici optimales.

 

Réglementation :

Selon l’arrêté du 29 janvier 2013, la taille minimale de capture du marbré est de 20 cm en Méditerranée. Vous noterez que le marbré ne fait pas partie des poissons devant être marqué par l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale. Retrouvez toutes les informations disponibles sur les tailles minimales dans le cadre de la pêche maritime de loisir dans ce document officiel :
https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/LEGIARTI000041553508/2020-02-10/

 

Ce nouveau sar pris au ver de sable fait 18 cm

 

Toujours avec la même régularité, Marc continue à enchaîner les prises de sars. Même s’ils ne sont pas gros, ils apportent de l’action à cette session et le compétiteur sait qu’ils constituent un excellent entraînement pour de futurs championnats.

 

Ce sévereau a été aussitôt relâché par Marc

 

Alors qu’il pêche avec un long traînard, Marc est étonné de prendre un sévereau. En effet, ce poisson vivant en pleine eau mord généralement sur des empiles hautes. Comme les multiples petits sars pris ce jour-là, il est aussitôt relâché.

 

Marc a aussi pêché de nombreuses petites ombrines

 

Durant cette session, Marc a également touché de nombreuses ombrines juvéniles au ver de sable. Le membre du team Normandie Appâts a d’ailleurs remarqué sur différentes plages espagnoles que lorsqu’on pêche une petite ombrine, il est fréquent d’en prendre d’autres. Ces jeunes individus sont d’ailleurs de très bons indicateurs de la présence de l’espèce sur une zone car ils sont souvent accompagnés de spécimens adultes bien plus grands. Les estuaires sont ainsi très propices à la pêche de ce poisson – surtout dans les secteurs les plus profonds tels que les trous ou les déclivités brutales dans le sable.

 

Marc en train de relâcher une petite ombrine

 

Au cours de sa partie de pêche, Marc a relâché toutes ces jeunes ombrines. Bien qu’il soit étonnant que ce poisson ne soit pas plus protégé car il s’avère assez rare sur nos côtes, vous noterez que l’ombrine ne bénéfice malheureusement pas d’une taille minimale réglementaire de capture. Le pêcheur responsable aura donc à cœur de relâcher systématiquement les ombrines juvéniles (moins de 40 cm) et de ne conserver que les poissons de belle taille.

 

Une belle ombrine prise au ver de sable par Marc Puig

 

Après une calée un peu plus longue, Marc a la surprise d’enregistrer une touche très brutale. Mais après s’être mis sous tension brutalement, son scion se détend soudainement. Il se saisit de sa canne dans l’attente d’un départ. Dans le même temps, il retend doucement son fil afin de ferrer au bon moment à la moindre nouvelle touche - mais il ne se passe toujours rien. Dommage : ce devait être un beau poisson ! Il décide alors de ramener son montage pour vérifier l’appât. Mais alors qu’il commence à récupérer son plomb, des coups de tête lui confirment que le poisson est bien au bout de la ligne. Ce n’est pas une daurade royale mais vu son combat, il doit s’agir d’une belle prise ! Avec un bas de ligne en 18/100 et un corps de ligne en 14/100, Marc travaille tranquillement le poisson afin d’éviter une casse. Difficile d’être patient quand on ne connaît pas l’espèce qu’on combat car on a alors hâte de la voir ! La surprise de découvrir ce qu’on a au bout de la ligne est un des moments les plus exaltants quand on pêche – tous les passionnés le comprendront. Après beaucoup d’incertitudes, Marc échoue enfin son poisson sur la plage : il s’agit d’une belle ombrine !

 

Cette ombrine pêchée par Marc fait 45 cm

 

Ce poisson à la livrée grise argentée avec des stries jaunes dorées est magnifique ! L’ombrine étant un poisson fouisseur, Marc comprend désormais mieux cette touche curieuse. Juste après s’être ferré elle-même et avoir provoqué la touche, elle a dû rester immobile sur le fond. C’est bien la preuve qu’en pêchant en ultra light, il faut savoir être patient. Car même si on prend souvent des petits poissons, de belles prises sont toujours possibles !