Phosphorescence et UV en pêche de nuit

Publié le vendredi 24 août 2018 par Charles Stéphane
  • Technique de pêche

Appâts associés à cet article:

 

Laureen Dudit et un beau bar moucheté pris de nuit sur une empile dotée de perles phosphorescentes

 

Phosphorescence et bioluminescence dans la nature

 

Dans le milieu marin, la phosphorescence est un phénomène plus commun qu’il n’y paraît. Ainsi, beaucoup d’organismes aquatiques ont la capacité d’emmagasiner une certaine partie du spectre lumineux pour la restituer. Cette propriété est également nommée biofluorescence et se retrouve chez près de 180 espèces de poissons (ex : poissons lézard, roussettes, etc.). On la rencontre également chez les anémones de mer, certains crustacés (ex : crevette mante), les coraux, etc. Il ne faut pas la confondre avec la bioluminescence qui est la faculté par certains organismes de produire directement de la lumière via une réaction chimique. L’exemple terrestre le plus connu est celui de la luciole mais ce phénomène se retrouve surtout dans le milieu marin. Ainsi, c’est le cas de certains planctons et d’une grande variété de poissons et de céphalopodes. Cette particularité se retrouve ainsi dans beaucoup d’espèces abyssales comme avec l’idiacanthus, le poisson vipère, le poisson hache, le serpent de mer, le cyclothone, etc.

 

La baudroie des abysses (Linophryne lucifer) possède un appendice frontal bioluminescent pour attirer ses proies. Il pêche en fait…à la ligne !

 

La phosphorescence et la bioluminescence ont plusieurs fonctions pour ces organismes marins : le camouflage, l’attraction, la répulsion, la communication et même… l’éclairage ! Ainsi, le poisson lanterne a la capacité d’émettre un faisceau lumineux directionnel pour rechercher sa nourriture dans l’obscurité qui est visible jusqu’à 30 m de distance ! Il l’utilise également pour dérouter les prédateurs. Les coraux étant biofluorescents, les poissons ayant cette capacité sont ainsi mieux camouflés. Certaines espèces comme les lampyres utilisent également la bioluminescence pour attirer leur partenaire lors de la reproduction. A l’inverse, certains calamars et petits crustacés l’emploient pour repousser les prédateurs. Certains prédateurs tels que la baudroie des abysses (Linophryne lucifer) possèdent un appendice frontal semblable à une canne à pêche dont l’extrémité est bioluminescente et dont il se sert comme d’un leurre. Les poissons pensant à une proie sont attirés à sa portée et il n’a plus qu’à les dévorer. De quoi inspirer les pêcheurs ! C’est aussi ce que fait le plancton bioluminescent afin d’attirer les poissons pour être mangé car il se reproduit plus rapidement dans leur estomac que dans l’eau.

Phosphorescence (biofluorescence) et bioluminescence sont donc bien présentes dans les milieux marins et le pêcheur retiendra surtout une de leurs principales caractéristiques : leur capacité à attirer les poissons sur de grandes distances la nuit !

 

Les vers phosphorescents

 

Parmi les vers proposés par Normandie Appâts, certains possèdent une légère phosphorescence dont la longueur d’onde est perceptible par l’œil du poisson. Ceux-ci seront donc plus facilement repérables de nuit par les poissons. Attirés visuellement, ils se rapprocheront et seront alors incités olfactivement par les effluves attractives à mordre l’appât.

 

Rags Normandie Appâts

 

Vers noirs Normandie Appâts

 

Dures vertes Normandie Appâts

 

Jumbos verts Normandie Appâts

 

Vous noterez que le cas du bibi est particulier :

 

Bibis Normandie Appâts

 

C’est l’intérieur du bibi qui est légèrement phosphorescent. Il est donc conseillé de couper une extrémité et de le retourner comme vous le feriez avec une chaussette afin que les chairs internes se retrouvent à l’extérieur. Il est possible de s’aider avec une aiguille forte côté cavité creuse pour le pousser. Cette même aiguille permettra un meilleur maintien pour l’entourer de fil élastique fin pour avoir une meilleure tenue. Les chairs phosphorescentes seront alors exposées pour les pêches de nuit. Notez que ce bibi retourné est également excellent pour les pêches de jour car l’intérieur du bibi est nacré et offre des reflets irisés. De même, les chairs exposées sont plus appétissantes et libère un jus très attractif. Enfin, le bibi est alors de plus faible section et son aérodynamisme permet des lancers plus longues distances.

 

Les accessoires phosphorescents et UV pour les pêches à l’appât

 

Walter Sarret avec un bar pris au ver de chalut avec un montage Pulley Rig lesté par un plomb portugais phosphorescent

 

Il existe de nombreux accessoires phosphorescents utilisables en surfcasting ou encore en pêches à la calée. Si la couleur la plus connue est le vert, sachez toutefois que les fabricants les déclinent désormais dans de multiples coloris tels que le bleu, le rouge, le rose, le blanc, le jaune, etc.

 

Comme dans le cas de ces plombs LSC Concept, la phosphorescence n’est pas uniquement verte

 

Il est également à noter que la puissance de cette phosphorescence ainsi que sa durée peut varier d’un accessoire à un autre. Ainsi, certaines perles ou certains plombs seront plus lumineux ou tiendront plus longtemps que d’autres. Il est néanmoins bon de savoir que trop d’éléments phosphorescents peuvent effaroucher les poissons. Comme nous l’a déjà signalé Emmanuel Laubu, il faudra alors les utiliser avec parcimonie par eaux très claires sur des poissons tels que les marbrés.

 

Conseil du team Normandie Appâts :

Afin de mieux « charger » en lumière les éléments phosphorescent ou réactifs aux U.V., il sera conseillé d’utiliser une lampe torche UV. à LEDs. Le chargement est plus rapide et plus intense. De même, les LEDs offrent une plus grande durée d’utilisation qu’une lampe classique. Mais son principal avantage est d’être bien plus discrète qu’une frontale au bord de l’eau dont la puissance du faisceau a tendance à effrayer les poissons. Il en existe d’excellentes à coût réduit sur le marché.

Mini torche U.V. à LEDs Flashmer

 

Trépieds et piques

 

Trépied de surf Seanox avec parties phosphorescentes

 

De nuit, il n’est pas conseillé d’utiliser trop souvent sa lampe frontale à proximité de l’eau de peur d’effrayer les poissons. Afin de repérer facilement les supports de cannes, ceux-ci sont généralement dotés d’éléments phosphorescents. Ainsi, les trépieds de surfcasting sont le plus souvent dotés de têtes et de godets phosphorescents permettant de mieux les repérer dans l’obscurité.

 

Pique de surfcasting alu et phospho Seanox

 

De même, certains piques disposent de cornières et de godets en polypropylène phosphorescent les rendant bien plus visibles de nuit.

 

Les plombs

 

Les marbrés se pêchant surtout la nuit apprécient beaucoup les éléments phosphorescents

 

La pêche en surfcasting nécessite d’utiliser des plombs dont la masse permet de propulser à longues distances les bas de ligne. Très vite, les adeptes de cette technique se sont rendus compte que cet élément indispensable pouvait être mis à profit pour participer à l’attractivité de leurs montages lors de pêches nocturnes. L’avantage est ici d’avoir un accessoire de taille importante qui peut donc renvoyer une luminosité puissante visible sur de très grandes distances.

 

Plomb phosphorescent rose Lemer

Plomb grappin débrayable phosphorescent Caperlan

Plombs phosphorescents jaunes Caperlan

 

Selon les modèles, la luminosité tiendra également plus longtemps que sur de petits accessoires. Un plomb très chargé en lumière sera ainsi intéressant avec des eaux troubles comme c’est fréquemment le cas en estuaire. Ils seront également excellents sur les beaux plats (ex : soles) qu’ils attireront sur de grandes distances.

 

Coup de cœur Normandie Appât : les plombs LSC Concept

 

Ces plombs LSC ont la particularité de proposer trois couleurs phosphorescentes différentes !

 

Walter Sarret nous a fait découvrir les plombs de couleurs phosphorescents LSC Concept. Cette jeune société 100 % française produit des plombs d’une grande qualité fabriqués artisanalement aux couleurs particulièrement inédites. Ainsi, LSC Concept propose des plombs ayant plusieurs couleurs phosphorescentes pour toutes les pêches à l’appât de nuit. Il est ainsi possible d’avoir un plomb phosphorescent de deux ou trois couleurs (ex : bleu / blanc / rouge) !

 

Ces plombs LSC dispose de points phosphorescents

 

Plombs LSC avec de superbes effets de marbrures

 

Il existe même des plombs à pois phosphorescents rappelant les yeux de poissons ou de petites crevettes. D’autres disposent même d’effets de marbrures spectaculaires une fois chargés. Un concept original et inédit à utiliser pour vos cessions surfcasting ou encore vos pêches à la calée !

 

Montage marbrés 2 de Walter Sarret Spécial compétition

 

Walter Sarret du team Normandie appâts utilise les plombs bicolores ou tricolores LSC Concept sur son montage marbrés et sparidés pour ses pêches nocturnes – y compris en compétition. Il estime ainsi que ces sparidés étant curieux, ce contraste de teintes augmente encore l’attractivité de son montage.

 

Plomb tricolore LSC Concept

Plomb bicolore LSC Concept

 

Les perles phosphorescentes et U.V.

 

Chinchard (sévereau) pris de nuit par Walter Sarret sur une empile dotée d’une perle phosphorescente. Le plus gros de toute sa vie !

 

Les perles phosphorescentes et traitées U.V sont également employées sur les montages pêche afin d’attirer les poissons la nuit. Celles-ci pourront d’ailleurs être utilisées indépendamment ou ensemble car leur longueur d’onde est différente. Il sera donc intelligent de panacher les bas de ligne dotés de multiples empiles de ces différents types de perles afin de définir celle qui fonctionne le mieux lors de votre cession pêche.

 

Perles flottantes phosphorescentes Floating Beads ST-P-235 Sunset

Les perles flottantes autobloquantes Flashmer ont la particularité d’être réactives aux UV

 

Le saviez-vous ?

 

La longueur d’onde de la phosphorescence est différente de celle des U.V.

Si la bioluminescence (phosphorescence) est visible par l’être humain dans l’obscurité, celui-ci ne peut distinguer la longueur d’onde correspondant aux UV. Néanmoins, certaines études scientifiques poussées (ex : par le professeur Miyazaki Taeko - MIE University Graduate School & Faculty of Bioressources) ont prouvé que les poissons et les céphalopodes y étaient particulièrement sensibles. Ainsi, les ondes U.V. situées entre 380 – 200 nanomètres (Nm) sont aussi visibles par les poissons que celles correspondant à la phosphorescence (550 Nm).

 

Perles phosphorescentes dures Flashmer

 

Ces perles existent en versions dures classiques mais également en versions molles ou flottantes. Ainsi, les perles dures serviront aussi bien pour la fixation des empiles que de teasers devant l’appât. Placées de chaque côté d’un émerillon rolling, elles seront soit collées, soit stoppées par un nœud d’arrêt afin d’assurer une parfaite rotation multidirectionnelle d’une empile ou d’un traînard. Disposées devant l’hameçon d’un traînard bas, elles seront parfaites pour attirer les bars, les poissons plats, les merlans, les congres, etc.

 

Note de Normandie Appâts :

 

Pater roller phospho Flashmer

Perle potence phospho à émerillon

 

Il existe sur le marché un type de pater noster constitué d’un émerillon baril tournant sur 2 perles phosphorescentes soudées qui s’avère très pratique à l’usage. Ce type de modèle est également décliné avec une seule perle potence phosphorescente doté d’un émerillon. L’avantage sera ici d’éviter que l’anneau du rolling n’abîme le fil du bas de ligne lors du combat avec le poisson et de faciliter la connexion de l’empile.

 

Perles bicolore rose / blanc phosphorescentes et autobloquantes Yuki

 

Les perles flottantes phosphorescentes seront appréciées sur des empiles hautes afin d’attirer les poissons évoluant en pleine eau de nuit comme les bars francs ou mouchetés, les chinchards (sévereaux), les oblades, etc. Elles seront placées devant l’appât pour le surélever et afin qu’il reste bien en suspension en pleine eau.

 

Montage bars mouchetés de Laureen Dudit du team Normandie Appâts

 

Ce type de perle est ainsi utilisé par Laureen Dudit sur son montage spécial bars mouchetés. Celui-ci est constitué de trois empiles dont l’écartement varie de 60 à 95 cm selon la profondeur du spot où elle pêche et de la taille des empiles utilisées. Il mesure donc en moyenne entre 1,50 m à 2,20 m. Plus la zone est profonde et plus elle écarte les empiles. Chacune d’entre elles mesure de 55 à 90 cm de fluorocarbone en 20 à 30 / 100. Encore ici, le diamètre est choisi en fonction des conditions (vagues, courants, etc.) et de la clarté de l’eau.

 

Avis de Laureen Dudit :

 

Bar moucheté pris par Laureen Dudit sur une empile dotée d’une perle flottante phosphorescente

 

J’aime utiliser des perles bicolores roses et phospho car le contraste de ces deux teintes en mouvement grâce aux vagues et aux courants est plus facilement repéré sur de grandes distances par les poissons. Ces modèles ont des paillettes qui réfléchissent la lumière et renvoient des reflets multidirectionnels très attractifs. C’est d’autant plus vrai lorsque les eaux sont claires comme en été. Pour les mêmes raisons, la partie phosphorescente est également très appréciable à l’aube, au crépuscule ou en pleine nuit. Ces perles ont la particularité d’être autobloquantes, c'est-à-dire que le coulissement dur les maintient en place lors du lancer et qu’elles ne tassent pas le ver. Elles peuvent néanmoins être positionnées à votre guise sur l’empile en fonction de la taille de l’appât. La présentation du ver est ainsi parfaite.

 

Jonathan Gambier, membre du team Normandie Appâts utilise également ces perles flottantes phosphorescentes de nuit sur certains de ses montages.

 

Montage de surface nocturne longues distances de Jonathan Gambier

 

Ce montage a été utilisé par Jonathan lors du championnat du monde des paires 2018 à Castellón en Espagne. Ce compétiteur s’en servait dès que la nuit tombait. Tout comme pour un montage mulets ou le montage palomines, il dispose de perles flottantes permettant de surélever les appâts en pleine. Leur phosphorescence permettait d’attirer les chinchards qui s’alimentent haut dans la couche d’eau.

 

Perles flottantes ovales autobloquantes 15 mm ST-D-133 roses Sunset

Perles flottantes ovales autobloquantes 15 mm ST-D-133 vertes Sunset

 

Pour encore plus d’attractivité en pleine nuit et afin d’attirer les poissons vers les appâts, ces perles flottantes ovales autobloquantes 15 mm ST-D-133 Sunset sont phosphorescentes.

 

Le chinchard (ou sévereau) est attiré par les perles phosphorescentes

 

Jonathan utilise également un plomb DCA phosphorescent rose ou vert de 120 à 150 g pour des lancers longues distances. Pour la connexion des empiles sur le bas de ligne, il employe des perles phosphorescentes qui sont collées afin de maintenir en place un rolling Swivel ST- S-1001 Sunset. Ce dernier assure une rotation multidirectionnelle parfaite des empiles et évite donc les risques d’emmêlements lors du lancer, du combat ou durant la récupération.

 

 

Astuce de Jonathan Gambier :

 

En compétition de nuit, j’ai l’habitude d’utiliser 3 mini torches U.V. à LEDs pour charger rapidement et simultanément les deux perles de mes empiles ainsi que mon plomb. En les posant par terre à intervalles réguliers, je dispose chacun des éléments phosphorescents de mon montage devant chaque lampe. J’obtiens ainsi un chargement optimal de ces accessoires qui brillent très intensément dans le noir et qui attirent donc les poissons sur de plus grandes distances. Comme le disait une connaissance, « au lancer, on dirait un véritable feu d’artifice ! ».

Plombs surfcasting phosphorescents « chargés » en lumière

Faisceau d’une lampe U.V à LEDs

 

Les gaines silicone phosphorescentes

 

Tube silicone phosphorescent Flashmer

 

Comme toutes les gaines silicones, celles-ci pourront être utilisées pour de multiples usages : réaliser un blocage dans un montage, servir de protection d’un nœud contre les chocs d’un plomb coulissant, recouvrir un nœud pour éviter les herbes, de mini clipot écarteur ou d’anti-emmêleur, d’anti-angle, protéger une partie du fil, recouvrir un rolling ou une agrafe, etc. Ses propriétés phosphorescentes la rendront également très intéressante placées devant l’appât – et plus spécifiquement pour les poissons plats. Il sera ainsi possible de la placer en alternance avec des perles, des sequins ou encore une palette métallique pour une attractivité maximale.

 

Attractant appâts

 

Attractant phosphorescent Illuminor Top Fishing

 

Il existe également des attractants sous forme de gel phosphorescent qui s’appliquent directement sur les appâts. Ainsi, l’Illuminor Top Fishing à base de concentré de poissons, de calamars, de seiche ou de crevette s’applique directement sur l’appât esché et attire sur de grandes distances les poissons aussi bien visuellement qu’olfactivement.