Pêche du pagre en bateau aux vers

Publié le mardi 10 avril 2018 par Charles Stéphane
  • Technique de pêche

Appâts associés à cet article:

 

Ce pagre de 5,5 kg a livré un combat impressionnant !

 

Connaitre le pagre

Nom scientifique : Pagrus pagrus

Famille : sparidae (sparidé)

Noms communs : Pagre, pagre commun, pagre rose, brème de mer.

 

Le saviez-vous ?

L’origine du nom scientifique Pagrus pagrus est latine. « Pagrus » signifie en effet « poisson de mer ». La racine même du mot latin vient du grec « Phagros » qui peut se traduire par vorace. Cette appellation proviendrait de la forte dentition du pagre que les anciens ont associé avec un appétit gargantuesque.

 

Le pagre commun est un sparidé pouvant atteindre plus de 80 cm et dépasser les 10 kg. Des prises d’individus atteignant 14 kg ont même été signalées. Il est présent sur toutes les côtes françaises, de la Méditerranée à l’Atlantique. Ce poisson vit dans des fonds atteignant jusqu’à 250 m. Durant la belle saison, les plus beaux sujets restent surtout dans des profondeurs comprises entre 30 et 100 m. Les juvéniles peuvent se trouver dans moins de fonds à proximité des côtes. Cette espèce peut se trouver sur des substrats sableux ou coralligènes mais elle apprécie particulièrement les fonds rocheux - et plus spécialement les tombants, les roches plates (plateaux ou « secs »), les éboulis rocailleux, le bas de falaises, etc. En fait, tous les reliefs sous-marins sont des zones où cette espèce aime évoluer pour rechercher sa nourriture. Ainsi, en automne, il n’est pas rare que de nombreux individus se rassemblent sur des pierres situées de 50 à 70 m de fond avant leur départ pour de plus grandes profondeurs dès que l’eau se refroidit. Les pêcheurs auront ainsi de plus grandes chances de toucher de beaux pagres dans des fonds importants compris entre 50 et 120 m en automne et en hiver.

 

Pagre d’1,5 kg

 

Ce poisson est carnivore et possède des canines comme le denti. Ce prédateur peut ainsi attaquer des poissons et surtout les céphalopodes qui constituent une part importante de son alimentation. Il se distingue néanmoins du denti par ses dents molariformes (rangées de fortes molaires) qui lui permettent de broyer les crustacés (ex : crabes) et les coquillages. Cette espèce benthique apprécie également tout particulièrement les vers et plus spécialement ceux de grande taille. Vous retrouverez à la fin de cet article une sélection des vers les plus attractifs sur le pagre.

 

Un pagre de cette taille n’est qu’un juvénile et sera relâché dans les meilleures conditions possibles !

 

Réglementation :

Selon l’arrêté du 29 janvier 2013, la taille minimale de capture du pagre est de 18 cm. De même, selon l’arrêté du 17 mai 2011, chaque prise devra « faire l’objet d’un marquage. » « Ce marquage consiste en l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale. » Quand on sait néanmoins que ce poisson noble peut atteindre plus de 10 kg, le pêcheur sportif aura à cœur de ne conserver que les plus beaux spécimens. Le pagre supportant très bien la remontée de grands fonds, sa relâche est facile et il peut repartir dans de très bonnes conditions.

 

On distinguera le pageot du pagre par son museau pointu et par le bord supérieur de son opercule marqué d’une tache rouge sang.

 

Le pagre peut être confondu avec d’autres sparidés tels que le pageot ou encore la dorade rose. Tous trois possèdent en effet une livrée rose. On distinguera néanmoins le pagre du pageot (Pagellus erythrinus) par les extrémités blanches de sa nageoire caudale et son museau plus busqué. De son côté, la dorade rose (Pagellus bogavero) sera facilement identifiable par ses grands yeux qui lui ont valu son appellation de « beaux yeux » ainsi que par la tache noire située derrière sa tête.

 

Le matériel

 

Une canne puissante sera nécessaire pour combattre ce farouche adversaire !

 

Les ensembles préconisés pour ce type de pêche seront des combos permettant de pêcher jusqu’à parfois plus de 100 m de fond. En effet, les plus beaux pagres seront recherchés en automne et en hiver sur des « pierres » et des tombants situés entre 40 et 120 m de fond. Une canne à soutenir forte semblable à celle utilisée pour la pêche des beaux pageots en grandes profondeurs sera donc préconisée. En effet, il ne sera pas rare en fonction de la dérive et des fonds rencontrés de devoir plomber jusqu’à plus de 200 g (parfois même 250 à 300 g). Nous vous recommandons une canne de 3 à 4 m permettant d’utiliser de longs montages plus facilement. Le moulinet choisi en taille 3500 à 5000 devra être robuste pour supporter la récupération de telles plombées dans des fonds aussi importants. Pour les mêmes raisons, ce dernier devra récupérer au moins 1 m par tour de manivelle et accepter l’utilisation de la tresse.

 

Avec la dentition d’un tel spécimen, une fish grip est sécurisante pour manipuler le poisson

 

Le montage

 

Superbraid 8X Yo-Zuri : une tresse d’une finesse exceptionnelle !

J Braid X 8 Daiwa : un excellent rapport qualité / prix !

 

Comme pour la pêche des beaux pageots, la pêche dans des profondeurs aussi importantes nécessitera de la tresse en corps de ligne. Celle-ci permet effectivement de ressentir les touches les plus fines même par plusieurs dizaines de mètres de fonds. Elle offre également l’avantage d’avoir un très faible diamètre qui fend mieux l’eau lors de la dérive et qui oppose moins de résistance aux courants. Nous vous recommandons d’utiliser une tresse en 8 brins qui présente un profil plus rond. De même, en étant bien plus dense qu’une 4 brins, celle-ci possède un diamètre moins important à résistance équivalente. Ainsi, une 12 à 14/100 de bonne qualité possède généralement une résistance de 20 à 25 lb, - ce qui est suffisant pour la plupart des situations en Méditerranée. En Atlantique, la présence de forts courants et les marées rendent nécessaire l’usage de combos plus puissants qu’en Méditerranée. Ainsi, l’utilisation d’une tresse de 16 à 18/100 (30 lb) en corps de ligne sera recommandée pour affronter des spécimens combattant dans des courants puissants.

 

Montage pagres et gros sparidés

 

Afin de faciliter le passage dans les anneaux de la canne, il sera recommandé d’effectuer un nœud FG pour le raccord tresse / bas de ligne. En effet, l’utilisation d’un émerillon rolling peut être dangereuse pour votre matériel. Avec la longue remontée du montage dans de telles profondeurs, il est fréquent d’oublier ce petit accessoire et de le faire passer dans les anneaux – ce qui les endommage et peut même provoquer la casse du scion.

 

Fluorocarbone Platil Ghost Daiwa

 

Le bas de ligne sera composé de fluorocarbone en 40 ou 45/100. L’avantage de ce matériau dans de tels diamètres est d’offrir une certaine rigidité qui évitera les emmêlements dans ces fonds importants. Son autre avantage est d’avoir un indice de réfraction très proche de l’eau, ce qui le rend donc plus discret.

 

Astuce anti-vrillage

 

Nœuds de blocage collés

 

En pêchant aussi profondément, le problème principal reste le vrillage du traînard. Le ver épousant la courbure de l’hameçon rond, celui-ci a tendance à tourner sur lui-même comme une hélice. Le traînard étant relativement long (1.20 à 1.5 m) afin d’offrir une présentation plus naturelle de l’appât et pour une plus grande discrétion, ce dernier peut alors se mettre à vriller – ce qui le rend inopérant. Ce phénomène est d’autant plus marqué en présence de courants puissants, d’une forte dérive ou lorsque vous récupérez votre montage rapidement dans des fonds très importants (ex : 80/100 m de profondeur et plus).

 

Emerillon rolling triple Flashmer

 

Perles transparentes

 

Dans ce type de situations, nous vous recommandons l’utilisation d’un émerillon rolling triple pour la fixation de votre traînard. En effet, celui-ci offre une bien meilleure rotation sur son axe et évite tous problèmes de vrillage. Ce rolling sera fixé sur le bas de ligne entre deux perles dures transparentes maintenues en place grâce à des nœuds de blocage collés. Après les avoir suffisamment serrés pour avoir un coulissement dur, nous vous conseillons de bien les mettre en place avec soin avant de placer la goutte de colle.

 

Tube souple transparent Flashmer

 

L’utilisation du petit bout de silicone transparent de 4 à 5 cm rigidifiant le début du traînard offre de multiples avantages. En effet, ce dernier l’écarte encore d’avantage du bas de ligne et évite ainsi les emmêlements. En mettant le traînard dans l’axe de l’émerillon rolling triple, il contribue également à faciliter sa rotation dans les puissants courants.

 

Ce pagre d’1,5 kg pris par 60 m de fonds s’est battu jusqu’au bateau

 

Le pagre étant un farouche combattant dont le poids atteint facilement plusieurs kilos, le traînard sera composé de fluorocarbone de 35 à 40 / 100. De tels diamètres offrent également l’avantage d’être moins sujets aux phénomènes de vrillage. En Atlantique, la puissance de ce sparidé s’appuyant sur des courants parfois puissants pourra rendre nécessaire l’utilisation d’un 45/100. Au contraire, quand l’eau est très claire et lors de conditions calmes comme c’est souvent le cas en Méditerranée, il sera possible de descendre jusqu’à du 30/100.

 

3310 F Gamakatsu : un des meilleurs hameçons pour les beaux sparidés !

 

Nous vous recommandons des hameçons ronds à hampe courte dont la forme correspond parfaitement à la pêche des sparidés. Un modèle à palette sera privilégié afin de faciliter l’eschage des vers sans les endommager. Le pagre possédant une très forte dentition et une mâchoire ultra puissante, choisissez des modèles fort de fer à la robustesse éprouvée et possédant un excellent piquant. Le 3310 F Gamakatsu est une référence dans ce domaine et sa solidité dans les plus grandes tailles (2 à 1/0) n’est plus à prouver.

 

Même un hameçon 1/0 n’est pas disproportionné quand on voit la gueule d’un beau pagre !

 

La taille de votre hameçon sera choisie en fonction de celle de vos appâts. Pour les vers les plus charnus tels que de beaux rags, des américains XL ou encore de gros bibis, n’hésitez pas à utiliser du 1/0 – une telle taille n’étant pas disproportionnée au regard de la gueule d’un pagre de plusieurs kilos.

 

Plomb bombe plastifié Lemer

 

Les sparidés étant des poissons curieux, l’utilisation de plombs de couleur plastifiés attireront leur curiosité. Cette pêche s’effectuant en dérive libre sur des fonds rocheux, nous vous conseillons d’utiliser les modèles à la forme assez allongée qui se faufilent mieux entre les roches et qui provoquent donc moins d’accrochages. Les plombs « bombe » plastifiés de la marque Lemer sont ainsi excellents.

 

Stratégie de pêche

 

Montage pagres et gros sparidés

 

Il est illusoire de penser qu’on va uniquement pêcher du pagre à l’appât. En effet, d’autres espèces de sparidés telle que la dorade grise, la daurade royale ou encore la veirade se trouvent fréquemment dans les mêmes zones. Bien que le pageot préfère les substrats sablo-vaseux, il pourra également être pris sur les même spots.

 

Ce pagre de 5,5 kg a été pris dans une cassure à la limite d’un plateau rocheux

 

Toutefois, il est possible d’optimiser les chances de toucher spécifiquement cette espèce. Comme nous l’avons déjà précisé, certains secteurs sont plus propices à la recherche des pagres. Cette espèce apprécie ainsi les reliefs rocheux marqués comme les forts dénivelés, les pierres ou les secs. En automne il se trouvera dans des profondeurs situées entre 50 et 70 m puis, dès les premiers grands froids de l’hiver, il migrera dans des fonds plus importants pouvant dépasser les 120 m. Il pourra alors s’agir de fonds coralligènes ou du bas de tombants rocheux. En analysant bien vos zones de pêches sur une carte sédimentologique, ces secteurs sont assez simples à trouver.

Le type d’appât utilisé conditionnera également les chances de faire mordre un pagre. Ainsi, il ne faut pas hésiter à proposer de belles bouchées. Dans les vers de grandes tailles, sachez que certains s’avèrent particulièrement attractifs sur les sparidés – et donc sur le pagre.

 

 

Rag®

 

Les plus gros spécimens de Rags peuvent dépasser les 20 cm. Ce ver très charnu est parfait pour proposer un appât volumineux permettant de sélectionner les beaux poissons – dont le pagre. Ses sucs se diffusant sur de très grandes distances sont particulièrement attractifs sur tous les sparidés. C’est une excellente alternative aux vers américains car il est plus économique et il est également plus disponible tout au long de l’année. Le Rag est un ver distribué en exclusivité par Normandie Appâts.

http://www.normandie-appats.com/appats/rag

 

 

Bibi G

 

Grâce à sa peau épaisse, le bibi résiste bien aux petits poissons indésirables. Dans les plus grandes tailles (15 cm et plus) c’est un appât de forte section qui est très volumineux. Il est donc particulièrement sélectif et permettra de cibler les plus beaux sparidés tels que le pagre.

 

Une aiguille à chas permet un eschage parfait du bibi

 

Dans de telles tailles, il sera recommandé d’utiliser une aiguille à chas et de l’escher de part et d’autre en le traversant entièrement. Il conservera ainsi son jus attractif et sa présentation sera optimale. Quelques tours de fil élastique fin contribueront à une bonne tenue et éviteront que le bibi ne glisse dans la courbure de l’hameçon – ce qui pourrait créer des problèmes de vrillage importants. Le traînard ne sera donc attaché qu’après cette étape nécessaire. Avec son fort diamètre, nous vous conseillons d’utiliser un hameçon de grande taille tel qu’un 1/0 – voire même pour certains spécimens, un modèle 2/0.

http://www.normandie-appats.com/appats/bibi

Voici un pas à pas vous montrant comment escher un bibi avec une aiguille à chas : http://www.normandie-appats.com/news/eschage-d-un-bibi-pour-des-lancers-longues-distances

 

D’Elastic « Bait Elastic » Daiwa : élastique à ligaturer en taille S et M

 

Avis du team :

Pour ces pêches profondes et en présence de forts courants, vous avez également la possibilité d’utiliser un bibi « retourné ». Il suffit pour cela de couper une des extrémités et de le retourner comme vous le feriez avec un vêtement. Il est aussi possible de le fendre sur tout son long d’un seul côté à l’aide du couteau bien coupant ou d’une paire de ciseaux fins. Retournez-le ensuite sur une aiguille à escher forte et entourez-le avec du fil élastique fin jusqu’à ce que vous ayez une forme tubulaire de section bien ronde. Vous pouvez alors le transférer sur l’hameçon puis sur le fil comme vous l’auriez fait avec un ver. Faites le monter assez haut et, afin de le maintenir parfaitement droit, faites à nouveau quelques tours avec l’élastique. Vous éviterez ainsi qu’il ne glisse sur la hampe et qu’il ne vienne dans la courbure de l’hameçon – ce qui provoquerait un vrillage du traînard. L’intérieur du bibi étant irisé, celui-ci est visuellement plus attractif. Il offrira de plus une excellente tenue dans les courants.

 

Américain XL

 

Mesurant de 15 à 25 cm, ce ver très ferme contient du sang qui attire les gros sparidés tels que le pagre sur de très grandes distances. Enfilé avec une aiguille à escher longue et de fort diamètre, ce ver tient particulièrement bien dans les forts courants. Dans de telles tailles, l’Américain est épais et offre donc une belle bouchée. Comme pour tous les vers longs, vous pouvez faire quelques tours d’élastique à ligaturer au niveau de la hampe afin d’éviter qu’il ne glisse dans la courbure de l’hameçon et n’occasionne ainsi un vrillage trop important.

http://www.normandie-appats.com/appats/americain-xl

 

Les pagres vivant en bancs, il n’est pas rare d’enchainer les prises rapidement

 

Super Cordelle®

 

Ce ver épais mesure de 30 cm à près d’1,5 m ! Il sera coupé en forts tronçons puis enfilé avec une aiguille à escher. Même découpé, ce ver offre la particularité de continuer à bouger sur l’hameçon et de posséder une odeur spécifique particulièrement appréciée par le pagre et les gros sparidés. Il est également flottant, ce qui augmente encore son attractivité dans les courants.

http://www.normandie-appats.com/appats/super-cordelle

 

Une aiguille longue et épaisse dotée d’une cavité à chaque bout est parfaite pour escher les plus gros vers

 

Conseil du team :

Nous vous conseillons d’enfiler vos vers à l’aiguille pour une meilleure tenue ainsi que pour une présentation optimisée. Pour ces vers charnus et épais, privilégiez les aiguilles longues (plus de 20 cm) et d’un diamètre de Ø 1 à 1.2 mm. Nous vous recommandons un modèle avec une cavité à chaque bout car il est possible d’escher par la bouche (plus simple) tout en permettant de disposer le ver avec la tête au niveau de l’hameçon (partie la plus robuste). Evitez les cavités biseautées qui ont tendance à percer le ver et privilégiez un modèle avec bouts arrondis et lissés qui abîment moins le ver.