Pêche du marbré à longues distances

Publié le mardi 20 mars 2018 par Emmanuel Laubu
  • Technique de pêche

Appâts associés à cet article:

 

Ces beaux marbrés ont été pris à plus de 100 m du bord !

 

Grâce aux nouvelles technologies appliquées au matériel utilisé en surfcasting, il est désormais possible d’effectuer facilement des lancers au-delà de 100 m, - même lorsqu’on est débutant. D’ailleurs, avec un peu d’entraînement et de technicité, les pêcheurs les plus chevronnés sont même capables de dépasser la barre des 150 m. Et s’il est un poisson nécessitant des lancers à grandes distances, c’est bien le marbré ! En effet, ce sparidé particulièrement méfiant se trouve généralement assez loin du bord. Très craintif et discret, il est à noter que ce poisson est également plus actif la nuit que le jour. Les deux conditions pour sa recherche seront donc de pêcher de nuit et d’allonger considérablement ses distances de lancer.

 

Le marbré fouille le substrat et filtre le sable pour ne garder que les parties comestibles.

 

Également nommé mourme par certains en Atlantique Sud, le marbré est un poisson fouisseur qui cherche constamment sa nourriture dans le substrat sableux. Il y filtre les moindres particules et s’y nourrit de petits coquillages (tellines, petits couteaux, etc.), de crustacés ainsi que de vers. Et parmi ces annélidés, il y en a un qu’il apprécie particulièrement : le ver de sable également appelé à juste titre le « ver miracle ».

 

Le ver de sable : un must pour le marbré !

 

Le ver de sable est ultra efficace sur les marbrés !

 

Ce ver fin vit dans le sable, ce qui lui a valu son nom. C’est la raison pour laquelle les marbrés ont souvent la tête enfoncée dans le substrat en quête de cette nourriture providentielle. Ce ver appelé aussi cordelle, ver de digue ou encore ver miracle mesure de 15 à 40 cm en moyenne.

 

 

 

Astuce

Le ver de sable est fragile et il peut être difficile de le sortir du sable où il s’enfouit sans le casser lorsqu’il est dans sa boite. Pour l’attraper sans l’endommager, je vous recommande d’y placer un peu d’eau de mer. En remuant la boite de manière circulaire, les vers remonteront d’eux-mêmes en surface.

 

Cet appât offre de multiples avantages pour la pêche du marbré. Tout d’abord, il constitue une véritable friandise pour ce sparidé qui en consomme régulièrement et qui sait repérer ses effluves attractives de très loin. Il est donc ultra efficace sur cette espèce spécifique. Contrairement à un bibi ou un morceau de céphalopode, il est également particulièrement aérodynamique grâce à sa finesse et n’oppose que peu de résistance à l’air. Il peut donc être propulsé à de plus grandes distances – celles où justement ces sparidés évoluent. Il ne représente enfin qu’une bouchée de section réduite qui correspond bien à la petite gueule de cette espèce. Il constitue donc un appât de prédilection pour la pêche de ce magnifique sparidé.

 

Aiguille à ver fragile Stonfo avec embout en téflon

 

Pour un bon eschage à l’hameçon, ce ver de faible section demandera l’utilisation d’une aiguille très fine. Un embout en silicone ou en téflon au bout de l’aiguille peut d’ailleurs éviter de le percer accidentellement lorsqu’on l’enfile, ce qui le casse. Cette manipulation peut sembler délicate mais, avec un peu d’entraînement et une bonne aiguille, celle-ci devient facile.

 

Pour une présentation parfaite du ver de sable, je vous conseille d’utiliser une aiguille à ver fine et longue. Le ver sera transféré de l’aiguille à l’hameçon avec précaution. Il sera recommandé de faire en sorte que la tête du ver soit au niveau de la pointe de l’hameçon. C’est en effet la partie la plus solide et c’est celle qui se tasse le moins lors de lancers appuyés.

 

Montage marbrés en surfcasting

 

Le montage

 

Ce montage est volontairement épuré afin d’être le plus aérodynamique possible. Il ne possède donc qu’un seul traînard. Le bas de ligne de 2 m est réalisé en fluorocarbone 50/100 afin de supporter les fortes contraintes exercées par le poids du plomb lors d’un lancer puissant. Le traînard bas mesure entre 1,20 et 2 m selon les conditions. Une telle taille apporte une présentation plus naturelle de l’appât et permet de déjouer la méfiance de ce craintif sparidé.

 

Plomb Sporteen Lemer

Plomb Evolution Lemer

 

Conseil

Un nombre croissant de plombs sont spécialement conçus pour atteindre de grandes distances. Un véritable travail d’aérodynamisme a ainsi été mis en œuvre par des spécialistes. Ils gardent une trajectoire parfaitement rectiligne et certains semblent même planer lors de leur vol. Ainsi, je vous conseille vivement les plombs Sporteen, Tommy ou Evolution.

 

Petites perles transparentes

Petits émerillons rolling

 

Les éléments utilisés seront également fins afin d’offrir moins de résistance à l’air lors du vol et de gagner de précieux mètres. Ainsi, j’utilise des petits bouts de gaine de faible diamètre qui sont collés pour encadrer les perles. Ces dernières seront également assez petites et permettront au mini rolling de parfaitement tourner autour du bas de ligne. Cet émerillon est important car il évite le vrillage du traînard durant la récupération. Nous vous recommandons d’ailleurs de placer également un rolling avant l’attache du plomb ainsi qu’au début du bas de ligne, ce qui limitera encore ici les problèmes d’emmêlements.

 

Généralement, le poisson se pique tout seul avec ce montage

 

Ce montage est auto-ferrant. En effet, quand le poisson se saisit de l’appât et se déplace, il rentre en contact avec l’inertie du plomb et se ferre tout seul.

 

Perle et plomb phosphorescents

Perles phosphorescentes Flashmer

 

Astuce

Lors de vos pêches de nuit, je vous conseille de mettre des éléments phosphorescents tels que des perles ou un plomb. N’hésitez pas à bien les éclairer afin de les recharger en lumière juste avant de lancer votre montage. Cette petite lueur dans la pénombre au fond de la mer attise la curiosité des marbrés qui se rapprochent du montage. Attention néanmoins de ne pas trop placer d’éléments phosphorescents car ils peuvent avoir l’effet inverse. Par eau claire, deux perles ou un plomb seront suffisant. Par contre, par eau mâchée, il est possible de rajouter plus d’éléments phosphorescents.

 

Le marbré est plus actif la nuit. Joli doublé pour Manu !

 

Le matériel

 

Les cannes modernes permettent de lancer à plus de 100 m

 

Les cannes de surfcasting modernes sont de plus en plus techniques. Les nouvelles technologies permettent ainsi d’avoir des blanks légers qui sont néanmoins dotés d’une puissance de lancer considérable permettant d’atteindre de grandes distances. Avec la grande diversité de produits existant actuellement, nous vous recommandons de choisir une canne adaptée à votre morphologie. Généralement, les pêcheurs choisissent des modèles de 4,20 m en puissance 100/200 g possédant un scion suffisamment sensible pour déceler les fines touches du marbré. Il sera également possible d’utiliser une canne d’une puissance inférieure (100/150 g) pour les pêches les plus fines. Grâce à ce type de matériel et un peu d’entraînement, il est ainsi tout à fait possible de lancer à plus de 100 m du bord. Avec quelques règles de technicité, il sera même possible de réaliser des lancers « modernes » tels que le lancer plomb posé ou encore le lancer sud africain. Il est alors envisageable d’atteindre de plus en plus régulièrement la fatidique barrière des 150 m.

 

Moulinet surfcasting Tournament Basiair Daiwa

 

Pour des lancers longues distances, le choix du moulinet est également très important. Ainsi, il sera conseillé d’utiliser un moulinet spécifique à la pratique du surfcasting. Ce type de modèle nommé « long cast » est doté d’une bobine surdimensionnée de forme conique qui limite le frottement du nylon à la sortie du moulinet, optimisant ainsi les distances de lancer.

Le diamètre de votre corps de ligne est également un facteur à prendre en considération. Ainsi, un nylon de trop fort diamètre dans le moulinet frotte beaucoup plus sur les lèvres de la bobine ainsi que dans les anneaux de la canne – limitant donc les distances de lancer. Pêcher par exemple avec un corps de ligne en 30/100 réduit considérablement les distances atteintes. Les avancées technologiques dans la conception des nylons font que ceux-ci offrent aujourd’hui des résistances à la traction impressionnante. Ainsi, un bon nylon 20/100 moderne peut être utilisé pour remplir votre moulinet et optimisera vos distances de lancers. Certains pêcheurs descendent même jusqu’à du 16/100 – voire moins- afin de gagner encore de précieux mètres au lancer.

 

Arraché conique Protector 5X15 Asso

Profil de l’arraché conique Protector 5X15 Asso

 

Néanmoins, l’utilisation de nylons aussi fins nécessite l’utilisation d’un arraché en tête de ligne pour résister à la pression considérable d’un plomb de plus de 100 g lancé avec force. Plusieurs solutions s’offrent à vous pour la conception d’un bon arraché. Il est ainsi possible d’utiliser un nylon de 50/100 mesurant approximativement 12 à 13 m – soit deux fois et demie la longueur de votre canne. Vous pouvez également employer de la tresse de 28 à 30 / 100 qui offre une résistance très intéressante. Nous vous recommandons particulierment un produit très intéressant pour des lancers longues distances : l’arraché conique. Nommé aussi « queue de rat », ce type d’arraché de 12 à 15 m dispose d’une tête de ligne de 50 à 60/100 absorbant la forte tension exercée par le plomb lors du lancer. Le diamètre diminue après progressivement sans nœud jusqu’à atteindre les 16 à 25/100 selon le modèle choisi. En prenant un arraché conique dont le diamètre de début correspond à votre corps de ligne, votre nœud de raccord est alors très fin et passe beaucoup mieux dans les anneaux qu’avec un arraché simple de fort diamètre (ex : 50/100). Vous évitez ainsi de fragiliser les anneaux de votre canne et vous optimisez de façon notable vos distances le lancer.

 

Le marbré est un poisson qui se pêche à longues distances

 

Pour résumer, réaliser des lancers longues distances se joue sur tout un ensemble de facteurs. Il réunit ainsi la qualité du matériel utilisé (canne, moulinet), le diamètre de votre ligne, le type d’arraché, l’aérodynamisme de l’appât ou du plomb ainsi que la technicité de votre lancer. Chacun de ces éléments fait gagner de précieux mètres et c’est le cumul additionné de tous ces facteurs qui permet de pêcher efficacement à plus de 100 m – voire même 150 m. Et c’est avec de telles distances de lancer que vous pourrez toucher des poissons se rapprochant rarement du bord tel que le marbré.

 

En action de pêche

 

La qualité de votre lancer conditionnant vos résultats lors de la pêche du marbré, cette étape est particulièrement importante. Nous vous recommandons de prendre votre temps et de vous concentrer. Visualisez l’endroit où vous souhaitez lancer votre montage esché puis regardez vers le haut à 45°. C’est en effet la trajectoire optimale pour atteindre les plus longues distances. Votre lancer doit accélérer progressivement et toute la force exercée doit se situer dans le bras tenant le talon de la canne. Avec de l’entraînement, vous constaterez que vous lancerez alors de plus en plus loin.

 

Avertisseur de touche Stonfo

 

Une fois votre canne installée sur votre pique ou votre trépied, il existe plusieurs façons de visualiser les touches très fines de ce farouche sparidé. Il est ainsi possible de les détecter directement sur le scion mais celui-ci devra alors être particulièrement sensible. Une autre solution est d’utiliser un détecteur de touche nommé écureuil. Ce poids disposé sur le fil entre deux anneaux est d’une grande sensibilité et offre l’avantage de permettre de visualiser les touches « à revenir » lorsqu’il redescend. Cela signifie que le poisson ramène le montage vers vous, ce qui ne peut être décelé uniquement avec le scion.

 

Le marbré n’hésite pas à enfoncer profondément sa tête dans le sable pour rechercher les vers marins et les coquillages grâce à sa bouche protractile

 

Les touches de marbrés peuvent être très franches comme particulièrement discrètes. Bien souvent, le poisson se pique tout seul avec l’inertie du plomb. Par sécurité, vous pouvez effectuer un ferrage délicat qui sera plus une prise de contact qu’un ferrage à proprement parler. Au début du combat, le marbré donne souvent de violents coups de tête puis il semble n’opposer que peu de résistance quand vous le ramenez. Ce n’est que lorsqu’il arrive prés de la rive – juste à quelques mètres du bord – qu’il se défend le plus. Il a ainsi pour habitude de faire des travers parallèles à la plage en se servant du ressac pour tenter de se décrocher.

 

La bouche protractile du marbré est fragile

 

Conseil

Quand il arrive au bord, je vous recommande de combattre le marbré avec précaution et délicatesse. En effet, ce poisson possède une gueule très fragile qui se déchire facilement, surtout quand il est piqué au bord des lèvres comme c’est fréquemment le cas. Trop de précipitation peut vous faire perdre votre prise. Prenez donc votre temps et servez-vous d’une vague pour échouer votre poisson.

 

Dès que vous avez sorti votre prise, il est conseillé de relancer aussitôt sa ligne car les marbrés vivent en bancs. Le jeu est alors d’anticiper son déplacement et de viser juste. Il est alors possible de multiplier les prises. Ainsi, il peut y avoir plusieurs passages de bancs dans la même soirée et il conviendra de ne pas rater ces opportunités. Il sera donc nécessaire d’être bien organisé pour profiter de ces moments relativement courts.

 

Le marbré est facilement reconnaissable grâce à ses rayures noires sur les flancs

 

La taille officielle du marbré est de 20 cm. Mais sachant que ce poisson peut largement dépasser le kilo, j’ai fait le choix de ne garder que des individus dépassant les 30 cm. Etant donné sa taille adulte, je vous invite donc à faire de même et à relâcher les juvéniles – cette taille de 20 cm étant ridicule ! Le pêcheur responsable aura à cœur de préserver la ressource afin de pouvoir continuer à prendre de beaux poissons.