Pêche des sébastes aux bibis

Publié le vendredi 5 octobre 2018 par Charles Stéphane
  • Technique de pêche

Appâts associés à cet article:

 

Beau doublé de sébastes pour Jean-Pierre Caginicolau !

 

Le sébaste : un poisson peu connu

 

 

Nom scientifique : Helicolenus dactylopterus.

Famille : Scorpaenidae

Noms communs : Sébaste-chèvre, sébaste de Méditerranée, rascasse du nord etc.

 

Faisant partie de la famille des Scorpaenidae, le sébaste-chèvre peut atteindre 45 à 50 cm. Présent en Méditerranée et en Atlantique, c’est un poisson qui se trouve généralement dans des fonds rocheux supérieurs à 50 m et qui peut vivre dans des profondeurs de plusieurs centaines de mètres. C’est une espèce benthique vivant sur le substrat dont il tire sa subsistance. Son corps est orange avec des bandes transversales plus foncées tirant sur le rouge brique ou l’orange foncé. Il est facilement reconnaissable par son œil de taille importante par rapport à con corps. Avec les couleurs vives de sa livrée et sa large pupille noire en forme d’amande cerclée de jaune doré, ce poisson est d’une rare beauté.

 

 

Les secteurs propices

 

Ce type de poisson est habituellement pêché dans des fonds très importants (150 à 300 m) avec des montages forts et on utilise alors généralement un moulinet électrique. Il est néanmoins possible de rechercher les sébastes dans des profondeurs moins importantes à la canne avec le montage que nous allons vous décrire – et ce, pour le plus grand plaisir des pêcheurs sportifs ! C’est ainsi le cas dans certaines zones telles que des plateaux rocheux où la profondeur est moins importante qu’aux alentours. Ce type de secteur nommé aussi « sec » peut ainsi présenter des fonds de 100 à 130 m alors que la profondeur moyenne alentour est de plus de 200 à 300 m. Il est également possible de les rechercher avec succès sur des têtes de roche ressemblant au sommet de montagnes sous-marines et dont le sommet permet de pêcher à des profondeurs de 100 à 130 m alors que les fonds alentours font entre 200 et 300 m. La pêche s’effectue généralement au mouillage car les courants sont puissants au large et une pêche en dérive nécessiterait des plombées très lourdes pouvant nuire à la lecture des touches.

 

 

Bibis « fusibles »

 

Bibis Fusibles Normandie Appâts

 

Le nom de ces bibis provient de leur ressemblance avec un fusible électrique, aussi bien par leur petite taille que par leur forme. Ces bibis sont très pratiques pour le pêcheur car en présence de nombreux très petits poissons indésirables dévorant des vers, ils permettent de sélectionner les beaux poissons recherchés. En effet, leur peau épaisse ne peut être attaquée que par les poissons ayant une gueule suffisamment grande (ex : sébastes) ou par des sparidés (ex : dorades roses). Sachez d’ailleurs que l’intérieur du bibi possède une légère phosphorescence que les poissons peuvent voir dans le noir, - le rendant ainsi très intéressant pour pêcher dans l’obscurité des abysses où se trouvent les sébastes.

 

Le grand compétiteur Jean-Pierre Caginicolau en train d’escher des bibis fusibles à une vitesse déconcertante !

 

Ces bibis offrent également l’avantage de pouvoir être eschés très rapidement sans l’usage d’une aiguille grâce à leur petite taille. Ils sont donc très intéressants pour un montage à trois hameçons tel que celui utilisé pour les sébastes. En effet, un eschage grâce à une aiguille à vers d’un aussi grand nombre d’empiles serait laborieux. De même, quand les sébastes sont bien présents sur le poste, cette rapidité d’execution permet de passer plus de temps en pêche – et donc d’avoir bien plus de prises. Un grand compétiteur tel Jean-Pierre Caginicolau l’a bien compris et nous a impressionné par la vitesse à laquelle il a esché sa ligne…et enchaîné ses prises !

 

Grâce à leur petite taille, les bibis fusibles s’eschent très rapidement !

 

 

Le montage

 

Montage pêche profonde tout-venant

 

Ce montage spécifiquement conçu pour des pêches profondes est destiné au « tout-venant ». On pourra ainsi toucher des sébastes mais également des dorades roses, des pageots, etc. Dans les secteurs où les sébastes sont présents en nombre, il est ainsi possible de multiplier les prises avec des doublés – voire des triplés. Ce type de montage sera parfait pour des pêches entre 100 et 130 / 150 m maximum.

 

Roto-perles

Micro-perles Delalande

 

Ce montage utilise des perles clipots (ou roto-perles) auxquelles sont associées des micro-perles. L’intérêt sera un meilleur maintien avec les nœuds de ligature sur le bas de ligne ainsi qu’avec le nœud à l’arrière de l’empile. Les micro-perles assurent également une meilleure rotation de chacune des empiles comme nous l’explique Jean-Pierre Caginicolau :

 

Avis Jean-Pierre Caginicolau

 

Quand on utilise des perles à 4 trous (nommé également perles clipots ou roto-perles), des micro-perles placées avant les nœuds de ligature permettent une bien meilleure rotation multidirectionnelle des empiles. Elles agissent comme des roulements à billes, surtout quand l’empile est sous tension dans le courant ou lorsqu’on ramène le montage. C’est d’autant plus important pour éviter le vrillage de la ligne avec un appât prenant la forme courbe de l’hameçon ou lors de pêches profondes.

Perle clipot encadrée par des micro-perles

 

Les empiles de ce montage sont volontairement courtes (30 à 40 cm) car pour ces pêches profondes, les risques d’emmêlements lors de la longue descente sont nombreux. De même, dans ces grandes profondeurs, les courants peuvent être puissants et créer un vrillage des empiles malgré la présence de perles. L’obscurité y régnant, la présentation y est également moins importante. Du 30/100 en fluorocarbone est le diamètre minimum. Nous montrerons dans un prochain article qu’il est possible de rechercher de plus gros poissons (pagres, grosses dorades roses, chapons, etc.) avec des diamètres plus importants. Bien que courte, l’empile placée à 10 cm du plomb reposera sur le fond comme le fait un traînard. Celle-ci sera particulièrement intéressante pour toutes les espèces benthiques s’alimentant directement sur le fond.

 

Hameçon rond 3310 F Gamakatsu

 

Ces empiles sont dotées d’hameçons ronds 3310 F Gamakatsu qui sont reconnus pour leur piquant redoutable ainsi que pour leur extrême robustesse. La solidité est un critère très important dans ces pêches profondes car avec la présence de beaux sparidés (dorades roses de plusieurs kilos), un hameçon fort de fer est vivement recommandé. À palette, cet hameçon permet d’enfiler plus facilement des appâts tels que des vers ou encore les bibis utilisés ici. Ils seront choisis en taille 2 à 1/0 car les sébastes ou les dorades roses ont de grandes gueules. Le ferrage est ainsi bien plus efficace.

 

Les plombs LSC concept offrent une grande phosphorescence

 

L’utilisation de plombs phosphorescents sera recommandée dans ces fonds importants où règne l’obscurité. Les plombées étaient auparavant proposées avec une biofluorescence dans un unique coloris : le vert. Vous noterez qu’il existe désormais des plombs phosphorescents de toutes couleurs qui peuvent donc être encore plus attractifs sur les poissons.

 

 

Avis Jean-Pierre Caginicolau

 

Pour les pêches profondes, j’apprécie beaucoup les plombs plastifiés de différentes couleurs et phosphorescents. J’ai souvent constaté qu’ils font une véritable différence en termes de résultats. En effet, dans des profondeurs importantes, la lumière ne pénètre plus et l’obscurité y règne. Les poissons sont naturellement curieux et sont ainsi attirés sur de grandes distances par ces couleurs vives brillant dans le noir.

 

 

 

Une pêche très productive !

 

À peine a-t’il atteint le fond que Jean-Pierre fait un doublé !

 

Les sébastes-chèvres vivant en bancs importants sur le fond, les touches s’enchaînent souvent rapidement. Avec la grande gueule de cette espèce, l’utilisation d’hameçons de grandes tailles est particulièrement importante. La remontée de plus de 100 m de fond étant longue, nous vous recommandons d’attendre une fois que vous avez réussi à piquer un poisson. Très souvent, un ou deux autres individus peuvent mordre rapidement, le poisson pris excitant ses congénères et faisant remuer les appâts en se débattant. Une astuce qu’utilise avec succès le compétiteur Jean-Pierre Caginicolau. Il est ainsi possible de faire des doublés – voire même des triplés.

 

Il est nécessaire de bien être à la verticale dans ces pêches profondes.

 

Nous vous recommandons de bien lancer votre montage en amont du courant afin d’être au maximum à la verticale quand le plomb arrive au fond. En effet, avec plus de 120 m de profondeur, les courants du large parfois violents décalent votre ligne le temps de la descente. Être à l’aplomb du bateau permet un contact plus direct et donc une meilleure lecture des touches.

 

Les doublés de sébastes-chèvres sont très fréquents !

 

Quand on le remonte, ce poisson ouvre grand la gueule, donnant l’impression d’avoir une prise plus grosse qu’en réalité. Durant la récupération dans ces fonds importants, le sébaste-chèvre a la fâcheuse habitude de se courber. Lors de la remontée, il a donc tendance à tourner sur lui-même – d’où l’utilité d’avoir des roto-perles ainsi que des micro-perles assurant une parfaite rotation de l’empile pour éviter les vrillages intempestifs. Attention néanmoins : dès que vous constatez qu’une empile commence à vriller, n’hésitez pas à la changer.

 

Maurice avec un très beau spécimen de sébaste-chèvre pris sur le montage de Jean-Pierre

 

Tresse Superbraid 8 X Yo-Zuri

 

L’utilisation d’une tresse très fine sera recommandée pour un contact plus direct dans ces grandes profondeurs. Aujourd’hui, une tresse moderne en 8 brins de 14/100 à peine offre une puissance de plus de 20 lb – ce qui est amplement suffisant pour la plupart des espèces touchées. En optant pour une tresse plus fine, celle-ci subit moins l’influence des courants dans ces profondeurs importantes et évite d’avoir un ventre dans votre bannière. Vous ressentez donc mieux les touches et le confort de pêche en est amélioré. Les touches des sébastes sont généralement très franches car il est vorace. Néanmoins, un ferrage ample afin de retendre parfaitement votre tresse et bien faire pénétrer l’hameçon sera conseillé.

 

D’autres prises que les sébastes sont possibles

 

Dire qu’on cible uniquement les sébastes serait illusoire car d’autres prises accessoires sont possibles telles que des dorades roses, des merlus, des chapons, etc. Néanmoins, les sébastes vivant en bancs importants, sachez que si vous en touchez un sur un poste, il est très fréquent de multiplier les prises de cette espèce. Ainsi, certaines zones auront une grande population de sébastes alors que d’autres verront une plus forte proportion de daurades roses.

 

Encore un doublé de sébastes pour Jean-Pierre Caginicolau !