Pêche des labres avec Emmanuel Laubu

Publié le vendredi 1 février 2019 par Emmanuel Laubu
  • Technique de pêche

Appâts associés à cet article:

 

Les couleurs de la livrée des labres sont souvent magnifiques

 

 

Labridés : une vaste famille de poissons

 

La famille des labridés est très vaste puisqu’elle est constituée de plus de 500 espèces différentes. Elle représente même la deuxième famille la plus importante en mer - c’est dire ! Les espèces et les genres sont si différents qu’il est difficile de déterminer des points communs spécifiques qui permettraient d’identifier formellement les labres. Ils disposent ainsi d’une grande variété de livrées avec de riches couleurs et des motifs tous différents.

 

Les labres possèdent des livrées différentes d’une espèce à l’autre

 

Néanmoins, certaines similitudes peuvent être détectées. Ainsi, la plupart des labres possèdent des lèvres charnues caractéristiques dont vient d’ailleurs leur nom. En effet, l’origine de leur nom vient du latin labrum signifiant lèvres. Il est également à noter que la plupart des labridés possèdent des dents pharyngiennes. La majeure partie des espèces de labres sont carnivores et se nourrissent de vers, de crustacés, de mollusques, de céphalopodes ou encore de poissons. Certains labres français sont même de féroces prédateurs comme par exemple la vieille commune qui peut atteindre 60 cm pour un poids pouvant atteindre près de 5 kg. Cette dernière est une gloutonne capable d’attaquer des lançons dépassant les 30 cm ! Le plus gros représentant des labres est un poisson des mers tropicales : le napoléon. Il peut en effet mesurer près de 2,30 m et peser jusqu’à 200 kg !

 

 

La pêche des labres

 

Les labres sont généralement recherchés en pêche de roche

 

Les labres sont généralement recherchés en pêches de roche. Pour cette technique très rapide où les touches s’enchaînent à grande vitesse, la canne est généralement tenue en main afin de mieux percevoir les touches et les ferrer promptement. Il sera néanmoins nécessaire de posséder deux cannes afin de toujours en avoir une de secours. Celle-ci vous sera utile en cas de casse ou encore en présence d’une perruque dans le moulinet.

 

Une canne à buscle sera recommandée pour la pêche du labre

 

Une canne à buscle légère d’une puissance de 30 / 120 g en moyenne permettra de ressentir les touches les plus fines. Ce type de canne possédant plusieurs scions interchangeables de puissances différentes, vous pourrez ainsi rapidement vous adapter en utilisant celui correspondant aux distances de lancers que vous souhaitez atteindre, aux conditions (météo, puissance des courants) ainsi qu’aux configurations de terrain (profondeur). Ces buscles sont généralement en fibre de verre, - un matériau qui permet d’avoir un scion très fin supportant de très fortes torsions sans casser. Nous vous conseillons de choisir une canne de 4 à 4,5 m afin de combattre plus facilement les labres d’un surplomb rocheux et pour mieux dégager le fil du frottement sur les roches. Cette canne sera associée à un moulinet de petite taille car il n’est pas nécessaire d’avoir une importante réserve de fil dans ces pêches de roche. Ainsi, 150 m de nylon de 25 à 30/100 ou 200 m de tresse moderne en 10 à 14/100 suffiront amplement. Un moulinet léger sera également un avantage car la canne est le plus souvent tenue en main durant toute la session de pêche.

 

Les labres se trouvent fréquemment dans les posidonies

 

Le labre se pêche généralement sur des fonds mixtes présentant une alternance de champs de posidonies et de roches avec quelques tâches de sable ou de substrats coralligènes. La présence de ces algues est un bon indicateur pour trouver les labres car cette famille de poisson apprécie particulièrement cet environnement pour se nourrir. Comme pour toutes les pêches de roche, il ne faudra pas hésiter à relancer souvent son montage afin de prospecter un maximum de secteurs différents à la recherche du poisson. Cette prospection se fera autant au niveau de la distance de lancer qu’en largeur afin d’optimiser vos chances de toucher du labre. La proximité immédiate d’un banc de posidonie repérable par la couleur plus foncée à la surface sera une bonne indication de la présence de ces poissons.

 

Les labres évoluent dans les mêmes secteurs que les girelles et les sparaillons

 

Vous percevrez rapidement les touches de petits poissons (ex : girelles, sparaillons). Il sera alors conseillé d’attendre l’arrivée des labres qui arrivent toujours après ces espèces de tailles réduites. Les labridés sont attirés par ce remue ménage mais prennent leur temps avant de mordre aux appâts. La touche du labre est généralement violente car il a tendance à se saisir rapidement de l’esche puis de retourner aussitôt dans sa cache. Lors de cette touche puissante, il sera recommandé de le brider légèrement au départ pour éviter qu’il ne retourne à trou puis de gérer le combat fermement mais avec douceur afin d’éviter les décrochages ou les casses.

 

 

Le montage spécial labres

 

Les labres sont méfiants mais curieux

 

Lors de mes nombreuses plongées en apnée, j’ai eu l’occasion d’observer le comportement des labres à maintes reprises. Et une de leur principales caractéristiques est d’être particulièrement méfiant mais pourtant très curieux. Et cette curiosité peut être tournée à l’avantage du pêcheur avec quelques astuces simples.

 

Perles flottantes Flashmer

 

Ainsi, dans mon montage spécial labre, j’ai l’habitude d’utiliser des perles flottantes de couleur vives comme des coloris fluo orange ou jaune. J’utilise également des teintes donnant un fort contraste comme le blanc ou même le noir. Ces perles en mouvement par l’action des courants agissent alors comme des teasers qui attirent les labres sur de grandes distances vers les appâts. L’autre avantage de ces perles est qu’elles sont flottantes. Si le montage est lancé dans les herbiers denses où vivent les labres, les appâts se retrouveront sur le fond au niveau des racines. Ils seront alors camouflés par les algues et seuls les plus petits poissons (ex : girelles) s’y intéresseront.

 

Labre évoluant au-dessus de posidonies

 

Les perles allégeant suffisamment les appâts, ceux-ci restent au-dessus de la posidonie – les rendant alors plus visibles pour les labres. Le menu fretin étant généralement sur le fond, votre appât restera intact bien plus longtemps pour intéresser les labridés qui arrivent toujours un peu plus tard. Un ver qui aura été déchiqueté par les girelles ne les intéressera pas. Il sera conseillé de disposer de nombreuses tailles de perles afin d’adapter son montage aux appâts employés. En effet, on n’utilisera pas la même perle flottante pour un gros morceau de mouron que pour une demi-dure. Il sera même parfois nécessaire de placer plusieurs perles sur l’empile afin que l’appât flotte. Des tests effectués dans un seau sur le terrain vous permettront de juger facilement de cette flottabilité.

 

 

Montage spécial labres

 

Montage spécial labres

 

J’utilise des montages très simples à réaliser car en pêche de roche et à proximité des algues, les accroches sont nombreuses. Je prépare donc un grand nombre de montages d’avance pour une cession pêche et la simplicité pour les fabriquer est un réel avantage. Ce montage est vraiment très facile à réaliser puisque les empiles sont juste reliées au bas de ligne par un simple nœud de chirurgien.

 

 

Nœud de chirurgien

 

Réalisation d’un nœud de chirurgien

 

Bas de ligne et empile sont juxtaposés et mis en boucle. Les deux brins sont ensuite passés trois fois dans cette boucle. Serrez en mouillant bien afin d’éviter tout échauffement. Coupez au ras le brin dirigé vers le bas. Le brin dirigé vers le haut du montage servira d’empile et restera à la perpendiculaire du bas de ligne dans l’eau. Simple, fonctionnel et efficace !

 

Les pêches de roche causent de nombreux accrochages

 

Ce montage est constitué de 2 à 3 empiles. En cas de forte présence de posidonies, je privilégie un montage à 3 empiles hautes. En effet, avec les perles allégeant les appâts, ceux-ci restent au-dessus de ces longues algues. Ils sont ainsi bien voyants et accessibles aux labres. Dans des milieux plus dégagés, il sera également possible de placer un traînard bas un peu plus long pour intéresser un beau poisson. Plus le milieu pêché sera encombré de roches et plus il sera nécessaire d’utiliser des empiles courtes. Posséder à l’avance de nombreux montages disposant de plusieurs tailles d’empiles sera donc conseillé afin de s’adapter rapidement aux différentes configurations du terrain.

 

Les labres sont très présents en pêche de roche

 

Le montage sera relié au corps de ligne par un petit émerillon rolling qui permettra une attache rapide et qui limitera les problèmes de vrillage. Le fil du moulinet sera du nylon de 25 à 30/100 ou bien encore de la tresse de 10 à 14/100. La tresse permettra de mieux percevoir les touches à grandes distances et son excellente résistance offrira l’avantage de permettre de tracter en force les beaux poissons hors de leur cache.

 

 

Les bons appâts pour le labre

 

Ce labre a mordu sur un beau morceau de mouron

 

En pêche des labres, je vous conseille de vérifier très régulièrement vos appâts. En effet, avec la forte présence de petits poissons indésirables en pêche de roche, ceux-ci peuvent être grignotés par petits bouts très rapidement. Et un appât déchiqueté ou mal présenté n’intéressera pas les labres. Il est donc recommandé d’escher avec une aiguille à vers pour une présentation optimale. Voici les appâts que j’utilise pour les labridés :

 

Mourons Normandie Appâts

 

Le mouron est des vers les plus couramment utilisés pour la pêche dans la roche car il est robuste et très efficace. Avec son corps épais et ferme, ce ver est assez résistant et supporte bien les attaques des petits poissons. C’est un de mes appâts préférés pour sélectionner les labres.

 

Les livrées de ces labres sont d’une beauté impressionnante !

 

Dures rouges Normandie Appâts

 

Ce ver très polyvalent est parfait pour la pêche des poissons de roche. Ferme et vif, il résiste bien à l’hameçon et il s’avère très attractif sur un maximum d’espèces. Il sera possible d’utiliser de la dure verte ou de la dure rouge. Sachez que la couleur rouge / orangé de cette dernière est 100 % naturelle.

 

Demi-dures Normandie Appâts

 

Même si elle est un peu moins sélective, la demi-dure est un très bon appât pour les labres. Il sera néanmoins conseillé de vérifier souvent votre appât car un ver grignoté n’attire pas les labres.

 

 

Respectons la ressource !

 

Pour que perdure la ressource, agissez de façon responsable en effectuant un prélèvement raisonné

 

Cette pêche de roche peut être particulièrement prolifique et il est possible de faire de très nombreuses prises en une seule session. Il ne faut donc pas hésiter à relâcher les poissons les plus en forme – c'est-à-dire ceux n’ayant pas avalé l’hameçon et qui ne saignent pas. Ils pourront ainsi se reproduire et continuer à coloniser nos secteurs de pêche favoris. Ce n’est qu’en pratiquant une pêche responsable que nous pourront continuer à pratiquer notre loisir favori.