Le retour des daurades royales !

Publié le vendredi 29 mars 2019 par Charles Stéphane
  • Technique de pêche

Appâts associés à cet article:

 

Avec l’arrivée du printemps, les daurades royales sont de retour !

 

Les daurades royales reviennent !

 

Le printemps est arrivé et les daurades royales commencent enfin à revenir à la côte. Avec les températures basses de l’hiver, les daurades royales étaient parties au large afin de se réfugier dans des fonds importants (parfois plus de 150 m). La température y est en effet plus stable – ce que ces sparidés recherchent en priorité. Avec la venue de beaux jours, les daurades royales reviennent par vagues successives dans des fonds plus accessibles et il est alors possible de les intercepter dans des profondeurs comprises entre 30 et 60 m. En effet, ce n’est que lorsque les températures sont vraiment clémentes et stables qu’elles restent à proximité immédiate des côtes dans des fonds d’une vingtaine de mètres à quelques mètres à peine. Le début du printemps est donc une période très propice pour rechercher ce magnifique sparidé en bateau !

 

Soyez attentifs à la réglementation en cours concernant la daurade royale !

 

Réglementation :

« Selon l’arrêté du 29 janvier 2013, la taille minimale de capture de la daurade grise est de 23 cm. De même, selon l’arrêté du 17 mai 2011, chaque prise devra « faire l’objet d’un marquage ». Ce marquage consiste en l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale. »

 

 

Question matériel !

 

Tresse Tournament 8 braid Daiwa

Une tresse multicolore est un avantage en pêche à soutenir !

Superbraid 8 X Yo-Zuri

 

Dans ces profondeurs assez importantes (30 à 60 m), l’usage de la tresse sera privilégié par rapport au nylon dont l’élasticité peut atteindre 20 %. En effet, la tresse étant inextensible, elle permet de mieux ressentir les touches de la méfiante dorade et son très faible diamètre fend mieux les courants. Nous vous recommandons néanmoins une canne bien progressive afin d’éviter les décrochages intempestifs – la tresse n’ayant aucune élasticité. Une tresse 8 brins de 10 à 14 /100 (# PE 0.8 à # PE 1.2) est conseillée pour mieux pénétrer l’élément liquide. Dans ces diamètres, la puissance de votre ligne ira ainsi de 15 à 20 lb, ce qui est bien suffisant pour combattre de belles daurades royales tout en offrant une section assez fine pour avoir une faible prise au courant.

 

Fluorocarbone Platil Ghost

Le fluorocarbone possède un indice de réfraction très proche de l’eau !

Super Fluorocarbon Asso

 

En pêchant avec de la tresse, nous vous conseillons d’intercaler avant votre montage un bas de ligne en fluorocarbone en 28 à 30/100 d’une longueur de 4 à 5 m par souci de discrétion. En effet, la daurade royale est particulièrement méfiante et une telle longueur est nécessaire pour éloigner suffisamment la tresse et le nœud de raccord afin qu’elle ne le repère pas. De même, l’avantage d’utiliser du fluorocarbone sera d’être très discret car ce matériau possède un indice de réfraction très proche de l’eau qui le rend beaucoup moins visible qu’un nylon (1.4 pour le fluorocarbone alors qu’il est de 1.33 pour l’eau).

 

 

Une pêche ancrée

 

La pêche au mouillage offre beaucoup d’avantages

 

La pêche au mouillage offre l’avantage de permettre l’utilisation de traînards plus longs et donc plus discrets que ceux utilisés en dérive libre. Elle permet également de vous apporter une plus grande sensibilité en action de pêche, ce qui peut faire la différence sur les plus grosses daurades royales bien plus méfiantes que les juvéniles. L’intérêt est aussi de pouvoir utiliser des appâts plus fragiles qui résisteront bien plus longtemps.

 

 

Le montage

 

Le montage daurade royale empile et traînard

 

L’avantage de ce montage spécifiquement conçu pour la daurade royale est de présenter l’appât directement sur le substrat avec le traînard. En effet, ce sparidé benthique (benthos : fond) se nourrit généralement directement sur le fond. S’il est néanmoins possible d’en toucher sur l’empile plus haute, vous constaterez que ce sont souvent de jeunes spécimens – les plus grosses daurades étant le plus fréquemment prises sur le traînard bas. L’intérêt de l’empile haute et plus courte sera de multiplier les chances de toucher d’autres sparidés moins méfiants que la royale tels que les dorades grises, les pageots, les veirades, etc.

 

Nicolas avec la première daurade royale de la journée !

 

La longueur du traînard apporte une meilleure discrétion et permettra d’éviter que la dorade ne sente trop rapidement une résistance, ce qui lui ferait lâcher l’appât. En présence de trop forts courants, vous pourrez le raccourcir un peu mais sachez que plus le traînard est long, plus il est efficace et « pêchant ». Afin d’éviter trop d’emmêlements lors de la descente du montage, il sera conseillé de le lancer délicatement sous la canne à quelques mètres de vous afin qu’il se déploie mieux. L’appât étant plus léger, il restera en position haute lors de la coulée, limitant les risques que traînard et empile ne se croisent.

 

Perle clipot Flashmer

 

Traînard ou empile seront maintenus par des perles clipots à 4 trous permettant d’avoir une rotation multidirectionnelle parfaite. Celles-ci permettront de limiter considérablement le phénomène de vrillage dans les courants et lors de la descente ou la remontée de l’appât. La présentation des empiles et donc de l’appât sera également bien meilleure.

 

Hameçons ronds type « chinu »

 

Pour les daurades royales, il sera recommandé d’utiliser des hameçons ronds à hampe courte de type « chinu » qui sont plus adaptés à la gueule de ces sparidés. Privilégiez des modèles forts de fer car la mâchoire de la daurade royale est très puissante. Cet hameçon devra également avoir un excellent piquant face à la gueule pavée de ce sparidé. Afin de faciliter l’eschage des vers, nous vous conseillons vivement d’utiliser un modèle à palette. Le transfert du ver de l’aiguille à l’hameçon en est facilité et la présentation (et donc l’efficacité) sera ainsi optimisée.

 

 

Les appâts gagnants !

 

Daurade royale prise au bibi sur le montage daurade royale empile et traînard

 

Il sera recommandé d’utiliser des vers robustes qui résistent mieux aux attaques des petits poissons indésirables souvent présents dans ces fonds. De même, des vers épais et charnus représentent une belle bouchée qui aura tendance à sélectionner les belles daurades royales. Voici une sélection de vers Normandie Appâts qui ont fait leurs preuves sur le terrain et que nous vous recommandons vivement :

 

Bibis Normandie Appâts

 

Ce ver de 5 à 12 cm est un des meilleurs appâts pour sélectionner les daurades royales. Doté d’une forte section, ce ver est très charnu et résiste bien sur l’hameçon. Il supporte très bien les attaques des petits poissons indésirables grâce à sa peau épaisse. Nous vous conseillons de l’escher de part en part et non pas en passant par la tâche blanche sur le côté. En effet, il aurait alors tendance à tournoyer dans le courant. Les petits et moyens pourront être eschés directement avec une simple aiguille à vers dotée d’une cavité de chaque côté. Cet appât constitue une véritable friandise pour les grosses daurades !

 

Vers de chalut Normandie Appâts

 

Mesurant de 25 à 50 cm, ce ver large et charnu est utilisé en petits tronçons. L’intérêt de ce ver est de posséder des sucs extrêmement iodés et sapides. La puissance de ses effluves est telle qu’elles attirent les daurades royales sur des distances considérables – ce qui est un réel avantage pour les pêches au mouillage. Divisé en petits tronçons, ce ver n’est pas si onéreux car il permet alors un grand nombre d’eschages quand il est ainsi divisé. Ce ver a la réputation justifiée de sélectionner de beaux spécimens.

 

Jumbo Rouge Normandie Appâts

 

Le Jumbo est un ver XL qui mesure entre 15 et 25 cm. Ici encore, le diviser en tronçons le rend économique car vous avez ainsi de très nombreuses bouchées. Un achat malin ! Il offre également l’avantage d’être facile à escher à l’aiguille et d’être résistant à l’hameçon.

 

Conseil Normandie Appâts :

 

Rags Normandie Appâts

 

Le Rag est un véritable aimant à daurade royale et plus largement de tous les beaux sparidés (distribution exclusive Normandie Appâts). Ce ver épais et charnu peut atteindre plus de 20 cm et sa tête est particulièrement robuste. Il sera recommandé de l’enfiler à l’aiguille de telle manière que la tête se retrouve au niveau de l’hameçon pour une tenue parfaite sur l’hameçon. Le Rag est réputé pour sélectionner les plus beaux sparidés. Il offre l’avantage énorme d’être plus économique que les vers américains pour une attractivité similaire ! Sachez également qu’il est de plus disponible tout au long de l’année grâce à une ferme d’élevage hollandaise et la distribution Normandie Appâts (distribution exclusive !) contrairement à beaucoup d’autres vers. D’après nous et pour l’avoir maintes fois testé sur le terrain, c’est assurément un des meilleurs appâts pour la daurade royale !

 

 

En pêche !

 

Cette petite daurade ne faisant pas la taille légale sera aussitôt relâchée !

 

Avant de jeter l’ancre, il sera vivement conseillé de prospecter pour trouver les bons secteurs. Nous vous recommandons ainsi de rechercher des zones telles que des falaises sous-marines, des tombants ou encore des structures rocheuses contrastant avec les fonds alentours. En effet, dans des secteurs assez lisses (plateaux, secs, etc.) la présence de ces reliefs attirent les daurades royales car ces zones sont riches en nourriture (coquillages, petits mollusques, etc.). Ce sont de véritables oasis de vie où les sparidés se rassemblent pour s’alimenter !

 

Le bas des tombants et les cuvettes concentrent les daurades royales

 

La daurade royale apprécie particulièrement le tombant des têtes de roches sous-marines ou encore les cuvettes entre deux remontées. Les fonds coralligènes et les gravières situées au bas de tombants rocheux constituent également d’excellents postes. Si votre secteur de pêche n’en possède pas, les plateaux rocheux caressés par les courants peuvent néanmoins constituer des zones de passage intéressantes.

 

Conseil Normandie Appâts :

 

Lorsque vous êtes au mouillage, il sera recommandé d’éviter les chocs dans le bateau (plomb qui tombe, bruit de pas trop marqué, etc.) En effet, les poissons ressentant les vibrations sur de grandes distances. Vous vous êtes certainement aperçus en plongeant combien les sons sont amplifiés et se propagent loin sous l’eau ! Les poissons ont une ligne latérale ultra sensible qui capte beaucoup mieux que nos oreilles ces vibrations. Et avec des poissons aussi méfiants que la daurade royale, cela peut avoir une incidence directe sur vos résultats !

Malgré de fortes conditions de mer, Maurice a réussi à sentir la touche de cette daurade royale

 

Les premières daurades royales revenant du large peuvent être interceptées dans des fonds de 40 / 50 m

 

Une fois au mouillage, les premières touches peuvent mettre du temps à arriver. En effet, en ce début de saison, les poissons font leur retour de plus grandes profondeurs et ont tendance à explorer leur territoire afin de se le réapproprier - d’autant que les sources d’alimentation telles que les coquillages sont moins importantes que lors des saisons plus chaudes. Ainsi, les daurades royales naviguent le plus souvent par bancs et passent généralement d’une pierre à l’autre à la recherche de nourriture. C’est donc le poisson qui vient à vous par vagues et l’attente peut parfois être longue avant d’avoir une touche. Et malgré ce que beaucoup croient, la patience n’est pas la vertu de tous les pêcheurs !

 

Ce montage intéressera d’autres espèces de sparidés comme ce pageot pris au bibi par Nicolas

Et ici encore un pageot pris au Rag par Maurice !

 

Deux stratégies de pêche (nommées aussi patterns) s’offrent alors à vous. La première consiste à attendre son arrivée patiemment en se disant qu’il suffit d’un passage pour « faire pêche ». Ainsi, il est fréquent que toute la pêche d’une journée se déroule en une heure à peine ! Le second pattern consiste à attendre un certain temps et à chercher une autre zone plus riche en poissons. Cette seconde stratégie peut être payante et il est ainsi possible de trouver un banc et d’enchaîner les prises. Mais elle peut également vous faire complètement passer à côté de votre pêche car vous perdez beaucoup de temps à relever l’ancre et à prospecter un nouveau poste – surtout si vous mouillez à plusieurs reprises dans la journée. À rechercher tout le temps le poisson, vous pouvez ainsi manquer un passage sur un poste que vous aviez abandonné et manquer complètement votre sortie pêche. C’est l’équivalent de lâcher la proie pour l’ombre. C’est ainsi entre ces deux stratégies qu’il faudra choisir. Et croyez-nous, le choix est parfois difficile car la pêche est loin d’être une science exacte Nous espérons donc que pour votre première sortie dorades de l’année, vous choisissiez la bonne !

 

Une belle daurade royale telle que celle-ci est un véritable bonheur à prendre !