Daurades royales au circle hook

Publié le mercredi 27 septembre 2017 par Walter Sarret
  • Technique de pêche

Appâts associés à cet article:

 

 

Les avantages du circle hook pour la daurade royale

 

Les circle hooks sont des hameçons ayant une forme ronde presque fermée (circle : cercle en anglais) avec une pointe rentrante à 90 °. C’est en fait ce profil très particulier qui les rend si efficace. En effet, cet hameçon est « auto-ferrant », c'est-à-dire que le poisson se ferre de lui-même lorsqu’il part avec l’appât. La forme spécifique du circle fait qu’il glisse sur les tissus mous de la gorge ou de la bouche du poisson et qu’il se plante systématiquement dans les zones dures de la commissure des lèvres. La pointe étant tournée vers l’intérieure, tout l’hameçon bascule et agit alors comme un ouvre boite. Avec la puissance de l’effet de levier, la pointe perce les parois les plus résistantes avec facilité, donnant ainsi un ancrage hyper solide. Avec sa forme très fermée et la pointe à 90 ° formant un anti-retour très efficace, les risques de décrochages sont quasi nuls une fois l’hameçon planté. De même, le circle se plantant uniquement dans les lèvres, l’énorme avantage est que le fil n’est pas exposé aux terribles dents de la daurade royale. Vous évitez ainsi les coupes intempestives, surtout sur les gros sujets. Le dernier avantage est de pouvoir relâcher les poissons dans de très bonnes conditions car ils ne sont pas piqués dans des zones vitales. Cette relâche peut s’effectuer soit par choix (no-kill ou prélèvement raisonné), soit pour libérer les poissons non maillés.

 

Le saviez-vous ?

C’est un pêcheur de tarpons très réputé nommé Tom Gibson qui a démocratisé l’utilisation du circle hook dans le monde dans les années 70. Ce poisson possédant une gueule pavée extrêmement robuste, des hameçons classiques se plantaient mal et il enregistrait de trop nombreux décrochages. Il avait ainsi calculé que prés de 80 % des tarpons se décrochaient – ce qui est considérable ! Les ligneurs professionnels utilisant des circle hooks avec succès depuis longtemps, il eut donc l’idée de s’en servir pour ses pêches à l’appât ou au vif. Résultats : son ratio de captures atteignit prés de 90 % et les poissons n’étant quasiment jamais blessé, il put ainsi effectuer des relâches parfaites de la majorité de ses prises. Tom Gibson participant à des compétitions IGFA, l’utilisation de cet hameçon s’étendit alors dans le monde entier.

 

Le circle hook peut être utilisé avec n’importe quel ver, - y compris les plus gros tels les bibis. L’utilisation d’une aiguille à ver est la même que pour des hameçons classiques. Le circle est également excellent pour les montages wishbones (deux hameçons accolés) afin d’escher un crabe. Cet hameçon fonctionne parfaitement avec toutes les espèces de poissons, du sparidé (daurades, sars, pageots, etc.) au bar en passant par les poissons plats.

 

L’utilisation d’un circle hook est simple mais demande néanmoins d’observer quelques règles principales :

 

Bibi coupé en deux et enfilé à l’aiguille. Notez que la pointe est bien apparente pour un auto-ferrage efficace.

 

  • La pointe doit être apparente

La pointe du circle doit systématiquement dépasser de l’appât pour être efficace. Il conviendra donc de choisir un numéro d’hameçon correspondant au ver afin que la pointe ne soit pas camouflée dans les chairs. Ainsi, lorsque vous installez votre ver à l’aide d’une aiguille, prenez soin de bien l’étirer sur la ligne afin que celui-ci ne vienne pas se tasser dans la courbure. Un nœud avec un petit rejet de nylon dirigé vers l’arrière vous sera ainsi très utile afin que le ver ne se mette pas en paquet au niveau de l’hameçon et qu’il reste bien droit sur le fil. Cette pointe apparente reste très discrète et, même avec un poisson aussi méfiant que la daurade royale, les résultats sont aussi bons qu’avec un hameçon classique.

 

L’utilisation d’un circle hook limite considérablement les décrochages

 

Conseils de Walter Sarret du team Normandie Appâts

Une fois le circle hook ancré dans le coin de la gueule de la daurade, la tenue du poisson est parfaite et les risques de décrochage sont pratiquement nuls. Ainsi, lors de mes premiers essais, j’ai même été étonné de la difficulté à enlever le circle des lèvres de mes prises tant il était solidement planté. C’est un avantage face à la daurade royale qui possède une gueule pavée de fortes molaires.

 

Le frein devra être réglé assez fort afin de favoriser l’auto-ferrage

 

  • Evitez de ferrer et tendez votre ligne

Le circle hook étant auto-ferrant, vous devez attendre que le poisson pèse dans la canne. Celle-ci doit se courber et vous ne devez pas ferrer lors des premières touches au risque de lui enlever prématurément l’hameçon de la gueule. Vous pouvez enlever la canne de son support pour une plus grande réactivité lors du départ mais vous devez sentir le poids du poisson dans la canne. A ce moment seulement, tendre le fil en levant progressivement la canne tout en moulinant permet d’ancrer efficacement le circle dans la gueule de la daurade. Afin de favoriser cet auto-ferrage, la ligne sera également tendue dans l’attente du départ et votre frein sera réglé assez fort.

 

Belles daurades royales prises au circle hook

 

Conseils de Walter Sarret du team Normandie Appâts

Quand on pratique les pêches à la calée et le surfcasting depuis des années, la principale difficulté à utiliser un circle hook est de s’empêcher de ferrer. C’est un réflexe naturel et, au début, il est nécessaire de s’obliger à juste prendre contact. Un ferrage précoce enlève en effet l’hameçon de la gueule de la daurade.

 

Le montage

 

Pour l’utilisation d’un circle hook nous vous recommandons un montage avec un long traînard. En effet, la longueur du trainard le rend très discret et fait que la daurade royale ne sent pas immédiatement de résistance, - ce qui est important avec un poisson aussi méfiant. Quand celle-ci part avec l’appât en gueule, l’inertie du plomb fait glisser l’hameçon jusqu’aux lèvres et le poisson se ferre de lui-même. N’hésitez donc pas à employer un plomb relativement lourd.

 

Montage daurade royale au circle hook

 

Les circle hooks seront choisis en taille 6 à 1, - voire 1/0 pour les plus gros appâts. Lors de ma dernière sortie, j’ai utilisé un bas de ligne de 2 m en 50/100 avec une empile de 2 m en 30 / 100 et un circle hook en taille 2. La taille de ce montage permet de lancer plus facilement dans les endroits rocheux où il peut être difficile d’armer sa canne. Sur le sable, il est possible de rallonger le bas de ligne et l’empile jusqu’à 3 m tout en utilisant des diamètres plus réduits.

 

Circle hook esché d’un gros bibi coupé en deux

 

J’utilise ici un gros bibi coupé en deux qui offre l’avantage d’être ainsi plus dur et de libérer des effluves attractives dans l’eau. Cette bouchée plus petite est également un avantage face à des poissons mordant mal. Il suffit d’utiliser une aiguille à ver un peu épaisse pour l’installer sur le circle hook très rapidement.

 

Des daurades ont grignoté ce crabe sans se piquer à un hameçon classique

 

Conseils de Walter Sarret du team Normandie Appâts

Avec de très fortes conditions de vent (ex : mistral) et des poissons tatillons, il m’est arrivé de me faire voler tous les appâts que j’avais sans pouvoir voir la touche. C’est la raison qui m’a poussé à essayer le circle hook qui offre l’avantage d’être auto-ferrant. Et sur le terrain, les résultats de cet hameçon sur la daurade ont été vraiment concluants. On ne l’utilise pas en compétition car, dans ces circonstances, le moindre petit poisson compte. Mais si vous souhaitez viser de beaux sparidés, que vous affrontez de mauvaises conditions ou quand les poissons mordent mal, les circle hooks s’avèrent très efficaces.

 

Belle daurade royale prise au coin de la gueule avec un circle hook

 

Choisir les bons circle hooks

 

Pour des sparidés tels que la daurade royale, il sera nécessaire d’utiliser des tailles d’hameçons correspondant à leur gueule. Des circle hooks en taille 6 à 1 conviendront ainsi très bien. La taille 1/0 sera un maximum et sera réservée à l’utilisation de gros appâts pour la recherche de beaux poissons. Il sera également recommandé d’utiliser des hameçons assez légers qui n’alourdissent pas l’appât, - ce qui alerterait la daurade royale connue pour sa grande méfiance. Ils devront néanmoins être assez résistants pour permettre le combat avec un beau spécimen pouvant atteindre plus de 5 / 6 kg.

 

En se plantant au coin de la gueule de la daurade, le circle hook évite les coupes du bas de ligne dues aux dents

 

Voici une sélection d’hameçons circle hooks que nous vous conseillons pour la daurade royale :

 

  • Circle 5114 Mutu light Owner/li>

Existe en taille 10 à 7/0. Un circle de référence pour la daurade de la taille 8 à 1/0. Très léger mais ultra robuste. Noir chromé à œillet. Forgé renversé.

 

  • Circle 39951 BLN Mustad/li>

Existe en taille 12 à 6/0. Spécialement développé dans les petites tailles pour les sparidés (sars, daurade, etc.). Pointe UltraPoint® 30 % plus résistante que celle d’hameçons trempés classiques. Hameçons à œillet. Nickelé noir.

 

  • Circle 7384 Black Nickel VMC

Existe en taille 6 à 5/0. Léger mais très solide. Idéal pour les vers de forte section (bibi, gros rags, etc.) ainsi que pour les appâts à carapace. Forgé renversé. Pointe Needle Cone Vanadium ultra piquante.

 

Ces 5 poissons entre 1 et 3 kg ont été gardés et 6 autres ont été relâchés. Un prélèvement raisonné permet de préserver la ressource.

 

Conseils de Walter Sarret du team Normandie Appâts

J’apprécie dans le circle hook sa capacité à se planter la plupart du temps au coin de la gueule des daurades. Avec un hameçon classique, il est fréquent que les petites daurades soient prises au fond de la gorge, ce qui peut les condamner. Ce n’est pas le cas avec un circle hook qui prend la plupart du temps au niveau des lèvres. Ainsi, lors de ma dernière sortie, j’ai pris 11 daurades entre 700 g et 3 kg. J’ai relâché 6 daurades qui sont reparties sans problèmes, même si celles-ci étaient plus que maillées (700 g à plus d’un kilo). Je n’ai conservé que les plus grosses (entre 1 et 3 kg). C’est un réel avantage quand on veut libérer les plus petites prises et ainsi limier son impact sur la ressource.