Comment bien escher un gros ver à l’aide d’une aiguille ?

Publié le lundi 1 mai 2017 par Charles Stéphane
  • Technique de pêche

La présentation du ver influe directement sur vos résultats en pêche. De même, avec des poissons chipoteurs tels que les sparidés, un appât mal positionné sur l’hameçon peut être dévoré sans que le poisson ne se pique. Dans ce cas, enfiler entièrement le ver en le faisant coulisser sur l’hameçon puis sur le fil reste la meilleure solution. Avec des vers longs, cette opération serait extrêmement difficile sans un accessoire ingénieux : l’aiguille à ver.

 

Les vers ayant un mucus, nous vous conseillons au préalable de les essuyer délicatement avec un chiffon doux afin d’avoir une meilleure prise en main lors de la manipulation. Ils glisseront moins et vous pourrez ainsi les escher plus facilement sans les casser. Vous avez également la solution de les saupoudrer de chapelure ou de poudre à appât. A base d’algues et de farines de poissons contenant des phéromones, cette dernière a été conçue initialement pour la technique de l’iso fishing. La manipulation est ainsi facilitée et sa tenue sur l’hameçon est d’ailleurs renforcée. Attention néanmoins de le faire ver après ver car ce procédé assèche votre appât rapidement.

 

 

Astuce :

 

Avant d’enfiler le ver, mouillez votre aiguille. Celle-ci pénétrera plus facilement dans le corps et évitera que vous ne cassiez votre fragile appât.

 

Jean-Pierre enfile d’abord le ver délicatement par la tête (la partie la plus dure) en insérant l’aiguille par sa bouche. En le tenant à la verticale, le ver a tendance à se maintenir plus droit, facilitant ainsi l’insertion. En prenant appui de chaque côté du ver, il enfonce progressivement l’aiguille petit à petit. Cette étape demande une grande délicatesse et il faut veiller à ce que la peau ne soit pas transpercée car le ver se casserait alors, limitant d’autant la bouchée proposée au poisson.

 

Une fois enfilé entièrement sur l’aiguille, le ver se présente ainsi.

 

 

Prenez votre hameçon et positionnez la pointe dans le creux de l’aiguille. Notez que si vous souhaitez que la tête (la partie la plus robuste) se retrouve au niveau de la pointe, enfilez le ver en commençant par la queue. Inversement, si vous privilégiez une présentation des parties les plus charnues sur l’hameçon (avec possibilité de laisser pendre une partie de la queue), faites passer la tête en premier.

En maintenant fermement votre aiguille, tendez le fil de votre bas de ligne.

 

 

Transférez délicatement le ver sur l’hameçon puis continuez sur le fil. Poussez une partie du corps à partir de l’aiguille et étirez-la alternativement au niveau du fil. Exécutez cette opération par étapes car si le ver se tasse, vous ne pourrez plus le faire coulisser. Notez qu’un hameçon à palette permet un passage facilité. La tension du fil doit être assez soutenue afin d’éviter que l’hameçon ne saute car dans ce cas, le ver ne pourra plus être transféré. Pour cela, prenez appui sur l’aiguille qui doit être légèrement bandée.

Une fois le ver entièrement transféré, retirez l’aiguille et étirez le ver sur le fil. Faites ensuite ressortir la pointe de l’hameçon.

 

 

 

Conseil de Jean Pierre Caginicolau :

 

Pour les appâts épais et charnus qui possèdent une forte section tels que le Rag, le Jumbo, un beau Mouron, un Américain, etc., une grande aiguille à ver creuse en inox est recommandée. Elle ne doit pas être trop fine afin d’éviter qu’elle ne se déforme irrémédiablement quand vous appliquerez la tension nécessaire pour faire passer le ver sur l’hameçon. Evitez également les aiguilles biseautées qui ont tendance à percer le ver, - ce qui provoque sa casse. Privilégiez les modèles avec des creux aux bords arrondis qui abîment moins l’appât. Une cavité à chaque extrémité offre l’avantage de pouvoir positionner le ver sur l’hameçon à votre guise (ex : tête au niveau de la pointe ou au niveau du fil). Avec des vers robustes, ces aiguilles conviennent parfaitement.

 

 

 

Portrait : Jean-Pierre Caginicolau

 

Célèbre compétiteur, Jean-Pierre Caginicolau a été directeur technique national de la F.F.P.M. (Fédération Française de Pêche en Mer) et capitaine de l’équipe de France bateau (pêche à soutenir) pendant plus de vingt ans. Sous son égide, cette équipe a ainsi rapporté un grand nombre de médailles dans différents championnats du monde dont plusieurs en or. Il est à noter qu’individuellement, il a été également vice champion du monde en 2008 et 2009. Jean-Pierre conseille la société Normandie Appâts et participe même à la conception des bas de ligne Napa au sein du département recherche et développement de la société.