Belles daurades royales : panachez vos appâts !

Publié le vendredi 26 avril 2019 par Charles Stéphane
  • Technique de pêche

 

Ces deux magnifiques daurades royales prouvent que le panachage d’appâts fonctionne très bien sur ce sparidé !

 

Tout le monde sait que les plus belles daurades royales sont également celles qui sont les plus méfiantes. C’est logique puisque pour en arriver à peser plusieurs kilos, une daurade royale a dû affronter de très nombreuses épreuves. Ainsi, une daurade de 2,5 kg est vieille de 9 / 10 ans – ce qui est considérable ! À cet âge vénérable, ce sparidé possède donc une grande expérience et seuls les sujets les plus méfiants ont réussi à éviter les pièges qui leur ont été tendus. Ainsi, un appât mal présenté ou qui bouge trop dans le courant peut être systématiquement ignoré. De même, les daurades revenant par bancs parfois compacts, il sera souvent difficile de sélectionner les plus beaux spécimens. Le panachage de deux appâts sur votre ligne peut alors vous apporter de multiples avantages.

 

 

Offrir une belle bouchée

 

Un couteau associé à un beau ver américain représente une belle bouchée !

 

Le premier intérêt d’escher deux appâts sur le même hameçon est bien sûr de proposer une plus grosse bouchée. Encore ici, le vieil adage « gros appât, gros poisson » garde tout son sens ! Même si les grosses daurades royales peuvent être tatillonnes, elles ont néanmoins besoin d’un apport calorique plus substantiel que les poissons immatures. L’avantage d’un gros appât est également de permettre d’attendre plus longtemps les plus beaux spécimens en présence de poissons plus petits (daurade juvéniles, sparaillons, etc.).

 

Grosse daurade royale !

 

Quelle que soit la saison, les belles bouchées constituées par un panachage d’appâts sont parfaites pour sélectionner les plus belles daurades royales. Toutefois, ces grosses portions sont particulièrement efficaces en début et en fin de saison. Ainsi, dès leur retour en avril, les daurades royales ayant passé l’hiver au large après s’être reproduites ont brulé beaucoup de leur réserve et elles doivent donc s’alimenter au maximum pour reprendre des forces. De même, dès l’automne, ces sparidés cherchent instinctivement à emmagasiner un maximum de réserve pour affronter leur long périple ainsi que les jours les plus froids. Ces périodes seront ainsi particulièrement propices au panachage d’appâts.

 

Astuce du team Normandie Appâts

 

Pour réaliser facilement un panachage d’appât, il sera conseillé d’utiliser une aiguille à vers épaisse pour pouvoir appliquer une plus forte tension sur le fil et éviter ainsi que l’hameçon ne saute lors du passage des différentes esches. De plus, sa rigidité permettra de maintenir bien droit l’ensemble de ces appâts pesant un certain poids pendant que vous les ligaturez (ex : couteau, gueulin de sardine). La daurade royale étant particulièrement méfiante et pouvant recracher un appât dont la texture serait étrange, attention néanmoins de ne pas utiliser trop d’élastique. Une fois que vous aurez effectué cette ligature, il suffira de retirer l’aiguille pour avoir une belle bouchée à la présentation parfaite. Malin et très pratique !

 

 

Elastique à ligaturer Flashmer

Une aiguille à vers de forte section vous sera très utile pour transférer plusieurs appâts à la suite

 

 

Varier les menus

 

Proposer deux esches sur le même hameçon permet de varier le menu des daurades

 

Un des avantages principaux du mariage de deux appâts est aussi de « varier les menus ». En surfcasting, le montage le plus efficace pour la daurade royale est constitué d’un unique traînard très long qui permet d’avoir un maximum de discrétion et qui permet d’offrir une parfaite présentation à ce sparidé très méfiant. Avec deux cannes, vous ne pouvez donc proposer que deux types d’appâts différents. Or ces sparidés sont d’humeur très changeante et ils peuvent se focaliser sur un seul type d’appât. Il est ainsi fréquent de voir des pêcheurs faire une bredouille retentissante alors que d’autres situés à proximité ont pris de nombreux poissons pour cette seule raison. Combien de fois avez vous entendu « aujourd’hui, elles ne voulaient que cet appât » (ex : Bibi, Américain, Chalut, etc.) ? L’avantage du panachage est ici évident. En proposant deux appâts sur le même hameçon, vous multipliez vos chances de trouver « l’esche du jour ». En fait, on « vise large » en variant le menu afin de trouver ce qui mettra en appétit notre sparidé gastronome !

 

 

Marier les effluves attractifs

 

Emmanuel Laubu apprécie particulièrement le panachage couteau + chalut pour la traque de la daurade royale

Emmanuel a enfilé le couteau puis le morceau de ver de chalut sur l’aiguille à vers

Après avoir placé la pointe de l’hameçon dans la cavité, il bande bien l’aiguille et commence le transfert. Maintenez bien la pression pour éviter que l’hameçon ne saute de la cavité lors du passage des esches.

A la fin, l’aiguille sert de support pour ligaturer l’ensemble.

 

Certains appâts disposent d’effluves plus puissants que d’autres (ex : Chalut, Rag, Américain, etc.). Il sera ainsi intéressant de les marier avec des esches appréciées par les daurades mais dont l’odeur se diffuse moins loin comme par exemple les appâts blancs (bibi, couteau, etc.) Ainsi, le ver de chalut possède un suc ultra iodé qui est perceptible par les poissons sur de très grandes distances. Attiré par ces effluves attractifs, la daurade royale le trouve alors associé à un appât copieux (ex : bibi, chair de couteau, etc.) Un must pour optimiser vos pêches !

 

Vous obtenez ainsi une belle bouchée très sapide pour les belles daurades royales !

 

C’est également une solution économique car il est possible d’associer un appât peu couteux (ex : demi-dure) avec un petit morceau de ver de chalut plus onéreux pour avoir ainsi une belle bouchée ultra sapide à un coût réduit. À l’instar d’un grand chef, vous pouvez également tester des combinaisons entre deux vers dont les sucs sont très différents comme par exemple le sang d’un Américain et le jus sapide d’un Rag. Le nombre d’associations possibles est impressionnant. À vous d’être créatif pour faire la différence sur le terrain !

 

Rags Normandie Appâts

 

Vers Américains Normandie Appâts

 

Demi-dures Normandie Appâts

 

 

L’aspect visuel

 

Une magnifique daurade royale a succombé au mariage d’appâts proposé par Emmanuel

 

Tout comme pour l’association d’odeur, le mariage de deux appâts est également très attractif visuellement. Ainsi, en utilisant un panachage entre des « appâts blancs » (couteau, bibis, etc.) et des vers de couleur plus sombre, cette combinaison jouant sur les contrastes se détache beaucoup mieux du fond. Elle est ainsi visible par les poissons de beaucoup plus loin et elle les attire donc sur de plus grande distances. Encore ici, les possibilités d’association sont infinies puisqu’il est possible d’associer le blanc nacré d’un couteau ou d’un bibi avec un ver de couleur brune, verte ou rouge. Vous pouvez également jouer sur la différence de couleur de deux vers comme par exemple le rosé d’une Super Cordelle avec la couleur verte d’un jumbo vert, la teinte brune d’un Rag avec celle rouge orangée d’une Dure rouge, etc. Les combinaisons sont multiples !

 

Eschage d’un couteau associé à un Ver Américain

Le transfert des appâts sur la ligne est facilité par l’aiguille

En prenant appui sur l’aiguille, il est facile de ligaturer à l’élastique fin le combo d’appâts.

 

Le contraste de teintes et de saveurs de ce mariage couteau / ver Américain rend cette bouchée hyper attractive sur les belles daurades royales

 

Parmi les vers proposés par Normandie Appâts, certains possèdent une légère phosphorescence. Tout comme les UVs, la longueur d’onde de cette faible phosphorescence n’est pas perceptible par l’homme mais elle est visible par les poissons. En panachant par exemple un bibi avec un ver de chalut, vous bénéficiez ainsi des effluves attractifs très puissants du chalut et de l’attractivité visuelle du bibi dans l’obscurité.

 

Ver de chalut Normandie Appâts

 

Bibis Normandie Appâts

 

La nuit, on peut bénéficier des effluves attractifs très puissants du chalut et de l’attractivité visuelle du bibi dans une même bouchée

 

 

Maintenir un appât fragile

 

Disposer d’un grand nombre d’appâts permettra d’essayer de multiples combinaisons

La « belle aux sourcils d’or »

 

Afin de pouvoir effectuer des lancers longues distances avec un appât fragile, il peut être très intéressant de le bloquer au niveau de l’hameçon avec une esche plus résistante. Ainsi, une demi-dure peut être associée avec une dure ou un américain. Au-delà de la résistance initiale du ver, il pourra également être intéressant d’utiliser le panachage si vous avez conservé trop longtemps une boîte de vers au réfrigérateur (ex : vers restant d’une sortie précédente). Les vers les plus vieux (mais qui doivent néanmoins être encore vivants) sont alors plus fragiles. En plaçant juste devant cet appât un ver bien frais, vous pouvez obtenir une grosse bouchée très attractive et vous pouvez ainsi « terminer » votre boîte d’appâts de façon maline.

 

 

Le montage spécial grosses daurades royales d’Emmanuel Laubu

 

Le montage grosses daurades d’Emmanuel Laubu permet de pêcher à de grandes distances

 

Afin de pouvoir faire des lancers très longues distances, ce montage est directement réalisé sur l’arraché en fluorocarbone 45 à 55/100. Le traînard y est relié à l’arraché par un mini émerillon rolling très discret qui lui assure une parfaite rotation multidirectionnelle. Cet émerillon est maintenu en place entre deux micro perles dures pour une plus grande fluidité de rotation autour de l’arraché. Ces perles sont elles-mêmes bloquées entre des nœuds de ligature collés.

 

 

Conseil d’Emmanuel Laubu

 

Pour ce montage, j’utilise un traînard réalisé en fluorocarbone 24 à 28 / 100 d’une longueur comprise entre 1,5 et 2,5 m. Avec un frein bien réglé, de tels diamètres permettent de pêcher de très beaux poissons tout en étant discret. La daurade étant très méfiante, je cherche toujours à conserver une longueur maximale. Je préfère jouer sur le diamètre pour m’adapter aux conditions et à l’environnement que de raccourcir mon traînard. Sur des fonds propres dénués de roches et avec une mer calme, j’utilise un traînard assez fin. Lorsque la mer se forme, je le change pour un diamètre plus important afin d’éviter d’emmêler plutôt que de jouer sur la longueur. Avec un traînard long, la présentation de l’appât sera toujours meilleure et permettra bien souvent de faire la différence sur les belles daurades royales.

 

Montage spécial grosses daurades royales d’Emmanuel Laubu

 

Nœuds de blocage collés (astuce d’Emmanuel Laubu)

 

Ces nœuds de blocage sont très simples à réaliser. Je vous conseille d’utiliser un fil d’assez faible diamètre (ex : 20 / 100) afin que ceux-ci restent discrets. Bien serrés, ils offrent un coulissement dur qui permet de les positionner parfaitement au millimètre près. Les bouts excédentaires seront coupés au ras du nœud pour laisser une libre rotation des perles. Une colle forte spéciale pêche sera privilégiée afin de ne pas affaiblir l’arraché. Ces nœuds de blocage très solides ne coûtent rien, permettent un ajustement ultra précis et sont particulièrement discrets. Je vous les conseille vivement !

 

Réserve de nœuds de blocage (astuce d’Emmanuel Laubu)

 

Vous avez la possibilité de vous faire une réserve de nœuds de blocage. Il suffit pour cela de les réaliser à l’avance et de les disposer sur un tube en plastique d’un diamètre supérieur à vos arrachés. En insérant votre arraché dans le tube, il suffit de faire coulisser votre nœud, de le serrer puis de le coller pour une installation rapide et pratique.

 

 

Chacun sa recette !

 

Emmanuel Laubu en plein combat avec une belle daurade royale !

 

Encore une daurade qui n’a pu résister à un panachage d’appâts !

 

Le panachage entre deux appâts est d’une impressionnante efficacité sur les belles daurades royales. Ces esches assemblées ne font pas qu’associer leur pouvoir attractif : elle le démultiplie. A l’instar d’un grand chef mélangeant des ingrédients pour créer une recette savoureuse, vous pouvez tester de multiples combinaisons pour coller au mieux à l’humeur changeante de ces sparidés difficiles. Le nombre d’associations est presque illimité et n’a de limites que votre seule imagination !