Réussir des sorties daurades en surfcasting

Publié le vendredi 23 août 2019 par Stéphane Charles
  • Technique de pêche

Appâts associés à cet article:

 

Deux magnifiques daurades royales prises coup sur coup par le compétiteur Emmanuel Laubu

 

 

L’importance du poste

 

Avec ces sourcils dorés la daurade royale est un magnifique poisson !

 

Les avantages de pêcher en surfcasting d’une plage la daurade royale sont multiples. Ainsi, par rapport à une simple pêche à la calée d’enrochements, les risques d’accrochages en combat sont considérablement réduits. De même, alors que les petits poissons parasites grignotant vos appâts sont nombreux dans les pêches à proximité des roches, ces derniers sont bien moins présents en plage. Pour pêcher les daurades royales en surfcasting, l’essentiel sera de rechercher les zones susceptibles de les attirer. Il pourra s’agir de dépressions ou de cuvettes sur des fonds plats. Les limites de tombants, les herbiers ou encore les sorties d’eau seront également des zones que les daurades apprécient.

 

Les nuances de teintes à la surface sont de précieux indices de la nature des fonds !

 

Bien qu’elles paraissent uniformes à leur surface, les plages présentent des secteurs où les daurades sont amenées à passer ou- mieux encore- à s’alimenter. Ces zones peuvent être repérées grâce aux colorations de la mer en surface. Une tâche plus sombre peut ainsi indiquer une profonde cuvette ou une dénivellation. Un herbier sur des fonds sableux dévoilera sa présence par sa couleur verte foncée. Comprendre la configuration de votre poste vous permettra assurément de mieux pêcher. Ainsi, il ne faut pas hésiter à sonder le fond avec un plomb sans montage pour se donner une idée de la nature des substrats et des reliefs qui y sont présents.

 

Trouver les zones où les daurades s’alimentent est une des clefs de la réussite en surfcasting

 

Un bon poste pourra ainsi être situé bien après un haut fond sablonneux - juste derrière le premier tombant – et nécessitera un lancer longue distance. Dans d’autres cas, il pourra s’agir d’une tâche de sable située au cœur d’un vaste herbier ou à proximité de roches. Les daurades étant grégaires (vivant en bancs), arriver à situer où elles s’alimentent par une première prise sera un réel avantage. Ainsi, placer deux cannes à des distances différentes sur les zones porteuses vous permettra généralement de localiser les poissons. Chaque plage offrira des configurations différentes et c’est en les comprenant que vous optimiserez vos pêches.

 

 

Un bon équipement

 

Emmanuel Laubu privilégie des ensembles de bonne qualité

 

Beaucoup de pêcheurs utilisent de nombreuses cannes mais le plus souvent de qualité médiocre. Vétuste, ce matériel occasionne bien fréquemment des casses en combat, n’offre qu’une mauvaise détection des touches et n’apporte que peu de plaisir en combat sur des poissons de taille moyenne. Un excellent pêcheur tel qu’Emmanuel Laubu préfère de son côté n’utiliser que deux cannes mais de bonne qualité. Il les choisit dans une puissance et une action adaptées à la pêche de la daurade en surfcasting. En effet, il ne sert à rien d’avoir 5 à 6 ensembles mal équilibrés disposant de moulinets aux freins peu progressifs. Il est ainsi préférable de disposer de deux à trois ensembles répondant parfaitement à la technique utilisée.

 

Une bonne canne 100 / 200 g permettra des lancers longues distances !

 

Pour les lancers longues distances en plage lorsque les belles daurades royales sont loin du bord, Emmanuel utilise des cannes d’une puissance de 100-200 g. Quand il sait que ces sparidés se trouvent plus à la côte, il privilégie des cannes d’une puissance de 80 à 160 g. Dans tous les cas, cet excellent pêcheur préfère les cannes assez longues – c'est-à-dire entre 4,20 et 4,50 m.

 

Les moulinets « long cast » permettent de lancer plus loin

 

Pour le moulinet, il privilégie les moulinets de type « long cast ». Ces derniers disposent de larges bobines coniques qui, en occasionnant moins de frottement du fil lors du lancer permettent d’atteindre de plus grandes distances. Toujours dans le but de pouvoir lancer plus loin, il utilise un corps de ligne en 20 à 25/100 sur lequel il fixe un arracher en 50/100 qui permet d’encaisser la puissance du lancer sans casser. Il peut ainsi appuyer son lancer pour pouvoir atteindre les zones les plus lointaines. Les daurades peuvent bien sûr se tenir sur des secteurs plus proches, mais ce n’est pas toujours le cas. Et comme souvent, qui peut le plus peut le moins !

 

 

Le montage : discrétion et finesse !

 

Un des montages daurades royales en surfcasting d’Emmanuel Laubu

 

Ce montage est auto-ferrant – c'est-à-dire que la daurade se pique elle-même lorsqu’elle se déplace avec l’appât. Bien souvent, l’hameçon est piqué au bord des lèvres – ce qui est un avantage car l’hameçon n’est pas à portée de la puissante mâchoire des daurades royales. Bien souvent, les pêcheurs pêchent avec des montages grossiers ayant de gros accessoires et des traînards trop courts réalisés dans des diamètres trop élevés. Et avec un poisson aussi méfiant que la daurade royale, les résultats sont alors sans appel : à part quelques poissons immatures, les résultats en action de pêche s’avèrent le plus souvent médiocres ! Ce sparidé a une excellente vue et sa méfiance est proverbiale. Il est donc nécessaire d’affiner au maximum votre montage et d’utiliser de petits accessoires qui sont plus discrets.

 

Fluorocarbone Ace Seaguar

 

Emmanuel utilise ainsi du fluorocarbone de 26 à parfois…20/100 pour réaliser son traînard. Pour beaucoup, de tels diamètres peuvent paraître trop fins. Pourtant, avec un frein bien réglé et en prenant bien le temps de fatiguer le poisson, même les plus gros spécimens pesant plusieurs kilos peuvent être mis au sec dans un environnement dégagé tel qu’une plage. L’avantage sera ici de bénéficier d’un maximum de discrétion – le fluorocarbone dans de tels diamètres étant presque invisible aux yeux d’une daurade royale.

 

Stop Float Flashmer

Micro perles Flashmer

Rolling Swivel Sunset S-TS 1001 Sunset

 

Emmanuel Laubu utilise ainsi un émerillon de petite taille placé entre deux micro perles pour fixer son traînard. Ce dernier peut donc tourner dans toutes les directions très facilement, limitant ainsi considérablement les problèmes d’emmêlements ou de vrillages. Deux stop floats maintiennent cette fixation en place sur le bas de ligne. Ces derniers offrent l’avantage d’être faciles à installer et leur coulissement dur permet de les déplacer sur le bas de ligne à votre guise. De forme ovoïde, leur profil aérodynamique contribue également à atteindre de plus grandes distances de lancer.

 

Une aussi belle daurade royale se mérite en surfcasting !

 

Rolling + Stop Floats Flashmer

 

Kit fixation empile réglable – émerillon baril Daiwa

 

Notez qu’il existe ce type d’association stop float / rolling déjà prêt à l’emploi dans le commerce. Ces derniers sont montés sur des passe-fils qui permettent un transfert facilité sur votre ligne. Ils s’avèrent très pratiques à l’usage et permettent de faire un montage très simplement et ultra rapidement.

 

Même en pêchant fin, l’hameçon devra être d’une grande solidité pour pouvoir résister aux dents des daurades royales

 

Bien que son traînard soit relativement fin, Emmanuel ne fait néanmoins aucune concession concernant l’hameçon utilisé pour la daurade royale. Celui-ci est choisi pour sa robustesse afin de résister à la terrible dentition de ce sparidé. Il privilégie ainsi les modèles ronds forts de fer afin de résister aux pressions considérables de ces mâchoires pavées ultra puissantes. On peut pêcher fin pour tromper la vigilance de la belle aux sourcils d’or mais il ne faut en aucun cas transiger sur la qualité de votre hameçon face à ce poisson capable de broyer des coquillages !

 

Magnifique daurade royale pour Emmanuel Laubu !

 

 

Le bibi : un des meilleurs appâts pour toucher de belles daurades !

 

Bibi Normandie Appâts

 

Bibi parfaitement esché sur l’hameçon par Emmanuel Laubu !

 

Un des appâts préférés d’Emmanuel pour la pêche de la daurade royale en surfcasting est le bibi. Il résiste particulièrement bien aux petits poissons indésirables grâce à sa peau épaisse. Cela vous permet d’attendre le passage d’une belle daurade sans avoir à changer constamment d’appât – d’autant que les gros spécimens prennent leur temps pour évaluer l’esche avant de la consommer. Le Bibi est très attractif sur ce sparidé et il a la capacité de l’attirer sur de grandes distances. Un eschage en entier sera privilégié – autant pour avoir une bonne tenue sur des lancers appuyés que pour offrir une meilleure présentation.

 

Conseil d’Emmanuel Laubu :

 

Étant donné qu’il est nécessaire de pêcher avec des traînards de faibles diamètres pour tromper la méfiance proverbiale de la daurade royale, le combat sur des lignes aussi fines de poissons de plusieurs kilos est très délicat à gérer. Cette espèce a l’habitude de donner des coups de tête particulièrement lourds et peut également effectuer des rushs très impressionnants. Ce sparidé se bat jusqu’à vos pieds et peut se décrocher à n’importe quel moment ! Il est donc recommandé de bien prendre son temps pour la fatiguer avant de l’échouer sur la plage. La précipitation peut vous faire manquer de très beaux poissons et la patience est de mise pour espérer sortir un spécimen de plusieurs kilos.

Encore un doublé de belles daurades royales pour Emmanuel Laubu !