Pêche du rason avec Marc Puig

Publié le vendredi 17 janvier 2020 par Stéphane Charles
  • Technique de pêche

 

Le rason est un poisson aussi beau que rare !

 

 

Connaître le Rason

 

Xyrichtys novacula. Panama. Crédit photo Wiktionnaire. Photo : © Andrew David.

Nom scientifique : Xyrichtys novacula

Famille : labridé

Noms communs : rason, rasoir, poisson hachoir, rat de mer, rasoul, raor, donzelle lame, labre des sables, rason nacré, poisson chien.

 

Le rason est facilement reconnaissable par sa face abrupte très caractéristique

 

Le rason est un poisson aussi beau qu’atypique. Ainsi, c’est un des seuls labridés qui vit sur des fonds meubles tels que les grandes plages sableuses – ce qui lui a d’ailleurs valu le nom de « labre des sables ». Ce poisson se nourrit de petits crustacés, de vers, de gastéropodes ou de mollusques (ex : tellines ou nucules). Il peut vivre jusqu’à 8 ans et sa taille maximum atteint 30 cm environ. Le rason est facilement reconnaissable par son front haut et étroit. Ses yeux sont également placés en hauteur sur la tête et la bouche est positionnée très bas, - lui donnant une face abrupte très caractéristique. C’est un poisson aux flancs hauts mais qui est très étroit latéralement – d’où son nom de rasoir et de donzelle lame. La gueule assez petite est dotée de petites canines très pointues. Les juvéniles et les femelles sont de couleur blanchâtre avec des teintes roses. La livrée du mâle tire sur le vert. Il est également identifiable par les lignes bleues turquoise sur ses joues et ses opercules qui lui donnent un air de poisson exotique d’aquarium.

 

Les femelles sont reconnaissables par les teintes roses de leur livrée

 

Le mâle très territorial possède un harem de plusieurs femelles et il défend âprement son territoire de l’intrusion d’autres mâles. Ce poisson possède un système de défense étonnant face aux prédateurs : il plonge tête première dans le sable et s’y enfouit entièrement avec une grande rapidité. C’est un poisson diurne qui passe la nuit sous le sable pour se protéger. Le rason est la seule espèce du genre Xyrichtys en Méditerranée. Venant d’Atlantique tropicale, il est plutôt rare sur les côtes méditerranéennes françaises. Il est beaucoup plus commun en Algérie ou à Mallorque.

 

 

Conseils de pêche du rason de Marc Puig

 

Montage de Marc Puig du team Normandie Appâts

 

C’est lors d’une cession pêche dans les Alpes Maritimes que Marc Puig du team Normandie Appâts a pu pêcher ses premiers rasons. Initialement, les poissons visés lors de cette sortie pêche étaient les belles daurades royales d’automne. Marc a utilisé le montage fétiche très épuré qu’il emploie généralement pour les sparidés mais qui lui permet également de pêcher un grand nombre d’autres espèces.

 

L’aérodynamisme du montage de Marc lui permet d’atteindre de grandes distances de lancer

 

Ce montage composé d’un long traînard est volontairement simplifié et ne possède que peu d’éléments – ceux-ci étant d’ailleurs choisis dans de très petites tailles. Il est ainsi beaucoup plus aérodynamique et il permet donc d’atteindre de meilleures distances de lancer. Ce montage est directement réalisé sur l’arraché conique servant à supporter les pressions considérables d’un lancer puissant.

 

Le rolling est encadré de petites perles et maintenu en place sur l’arraché conique grâce à deux stop floats

 

L’attache du traînard est réalisée avec deux petits stop floats dont le coulissement dur permet de régler la hauteur de l’empile – ce qui rend ce montage très polyvalent. Ces accessoires offrent néanmoins suffisamment de résistance pour un excellent auto-ferrage. Les stop floats encadrent de petites perles assurant une meilleure rotation multidirectionnelle du rolling auquel est attaché le traînard. Cette configuration permet d’éviter les phénomènes de vrillage qui sont fréquents avec de longues empiles assez fines.

 

Hameçon Chinu Laser Carbon Gold à palette Asari

 

D’une longueur de 1,5 à 3 m, le traînard est réalisé avec du fluorocarbone en 23/100. Marc utilise un hameçon rond de type « chinu » à hampe courte. Ultra piquant (affûtage chimique), cet hameçon est robuste grâce à sa forte teneur en carbone – ce qui le rend également très léger pour une aspiration facilitée. Marc estime que son coloris doré (gold) attire les sparidés naturellement curieux grâce aux reflets qu’il renvoie. Pensant qu’il allait pêcher uniquement des daurades royales, il a employé lors de cette session un hameçon en taille 2. Des tailles inférieures (6 à 8) seront privilégiées pour ceux souhaitant cibler uniquement le rason.

 

Bibis fusibles Normandie Appâts

 

Lors de cette sortie, Marc a uniquement utilisé de petits bibis en taille F (comme Fusibles). L’origine du nom de ces bibis vient de leur ressemblance avec un fusible électrique, aussi bien par leur petite taille que par leur forme. Tout comme les plus grands modèles, ces bibis possèdent une peau épaisse qui résiste bien aux petits poissons parasites et qui permet de pouvoir attendre de beaux poissons à la gueule plus puissante. Leur petite taille offre également l’avantage d’être particulièrement aérodynamique et donc d’augmenter vos distances de lancer. Marc qui utilise généralement des bibis plus gros a d’ailleurs été étonné par leur efficacité lors de cette sortie car ils lui ont permis de prendre 8 espèces différentes – dont plusieurs rasons.

 

La page de sable des Alpes Maritimes où Marc a pu pêcher plusieurs rasons

 

Pour cette cession dans les Alpes Maritimes, Marc a commencé à utiliser un traînard d’un diamètre de 20/100 car les eaux étaient particulièrement claires. Mais dès le début de la cession, il a été étonné de constater plusieurs coupes consécutives sur son traînard – juste au-dessus de l’hameçon. Pensant qu’il s’agissait de belles daurades royales, il est donc passé à du 28/100. C’est ainsi qu’il a pu sortir son tout premier rason.

 

Le tout premier rason pêché par Marc !

 

Comme tous les pêcheurs, Marc était enchanté par la prise d’une nouvelle espèce. Avec ses airs de poisson d’aquarium et sa tête à la forme très abrupte, le rason est vraiment une prise étonnante quand on n’en a jamais pris. Il est à noter que Marc a d’ailleurs été surpris en le manipulant car ce poisson s’est révélé trés agressif.

 

Avis de Marc Puig, membre du team Normandie Appâts :

 

Le rason est un poisson qui m’a étonné par la beauté de sa livrée mais également par son comportement. En effet, ce poisson est particulièrement agressif. Placé dans un seau rempli d’eau, j’ai eu beaucoup de mal à l’attraper pour la traditionnelle photo. Le rason s’entortillait sur lui-même comme le ferait un serpent et bondissait pour mordre ma main avec ces canines effilées et pointues. Il m’a été bien difficile de le tenir pour la photo sans qu’il ne me morde !

 

Marc sortira rapidement d’autres rasons

 

Après avoir esché à nouveau son montage avec du bibi fusible, Marc a aussitôt relancé dans la même zone. Il était encore surpris de cette prise mais son étonnement n’en a été que plus grand lorsqu’il a sorti consécutivement trois autres rasons en quelques dizaines de minutes à peine !

 

Il n’est pas rare de multiplier les prises de rasons sur le même secteur !

 

Alors que ce poisson est rare sur nos côtes, en prendre 4 à la suite peut paraître surprenant. La raison en est pourtant simple. Un rason mâle possède un harem de plusieurs femelles et il est très territorial. Lorsque le plomb arrive sur la zone et racle le substrat, ce poisson pense qu’il s’agit d’un autre mâle et il se rapproche pour chasser cet intrus indésirable. En découvrant l’appât, il mort alors très rapidement. En relançant dans le même secteur, c’est ensuite au tour des femelles de se laisser tenter par un ver bien présenté. Il est ainsi facile de multiplier les prises sur une même zone.

 

Vers de sable Normandie Appâts

 

En se renseignant sur cette espèce après sa session une fois rentré chez lui, Marc a appris que ce poisson se pêchait sur nos côtes surtout de mai à décembre. Son ami Walter Sarret (membre également du team Normandie Appâts) lui a d’ailleurs expliqué qu’une technique très efficace pour le pêcher était la tirette. Ainsi, de nombreux pêcheurs corses le recherchent de cette façon avec des vers de sable en ramenant doucement leur plomb sur les plages de sable. Dans les Baléares où ce poisson est beaucoup plus présent, sa pêche est d’ailleurs une institution qui donne lieu à des rassemblements de bateaux importants. Cette pêche traditionnelle consistant à gratter au maximum le fond en dérive est d’ailleurs fortement réglementée (taille d’hameçons, nombre de prises, etc.). Ces poissons sont alors communément pêchés avec des hameçons à tige longue en taille 6 à 10 de couleur rouge.

 

Marc avec un magnifique spécimen de rason. Un record de taille pour cette espèce !

 

Marc a également appris qu’en Méditerranée, l’aire de répartition du rason est surtout localisée à certaines régions telles que les Alpes Maritimes ou la Corse. On peut néanmoins en trouver sur toute la côte Méditerranéenne dans certaines zones particulières comme par exemple certaines plages de sable de la côte bleue près de Marseille. Sachez enfin que le harem d’un rason est constitué de 4 à 8 femelles en moyenne et qu’une fois le mâle pris, c’est la plus grosse des femelles qui devient mâle. Ce poisson étant rare sur nos côtes, le pêcheur respectueux de la ressource aura donc à cœur de ne pas vider entièrement le harem et de laisser quelques femelles afin que cette espèce aussi belle qu’étonnante puisse perdurer sur nos côtes méditerranéennes.