Pêche du congre en surfcasting avec Laureen Dudit

Publié le vendredi 7 décembre 2018 par Charles Stéphane
  • Technique de pêche

 

Congre pris de nuit avec le montage de Laureen Dudit

 

Connaître le congre

 

Nom scientifique : Conger Conger.

Famille : Congridae (congridés)

Noms communs : Anguille de mer, fouet ou petit (Atlantique et Manche), fielas ou fela (Méditerranée).

 

Présent sur toutes les côtes françaises, le congre est un poisson au corps serpentiforme particulièrement puissant. Sa peau est de couleur grise et offre la particularité de ne pas posséder d’écailles. Ses nageoires anale et dorsale partent de l’extrémité de ses pectorales pour se réunir en une seule et même nageoire courant le long de son corps. Sa large mâchoire est très puissante et il dispose d’une forte dentition constituée de longues incisives sur le devant, puis de dents acérées et de molaires. Il s’en sert pour déchiqueter ses proies et arracher des morceaux de chairs en tournant sur lui-même comme le fait un crocodile. Sa mâchoire hyper puissante peut même briser les plus fortes carapaces (ex : gros crabes). Ce poisson mesure communément entre 1 et 2 m mais les plus gros sujets peuvent atteindre près de 3 m pour un poids pouvant dépasser les 60 kg !

 

 

A ne pas confondre…

 

Un magnifique congre pris en plage par Laureen Dudit

 

Avec son profil serpentiforme, le congre peut être confondu avec l’anguille. On les distinguera par la nageoire dorsale de l’anguille qui part beaucoup plus en arrière des pectorales. De même, la mâchoire supérieure du congre est plus longue que la mâchoire inférieure alors que dans le cas de l’anguille, c’est l’inverse avec une mâchoire inférieure saillante.

 

Le congre est un carnassier qui se pêche surtout de nuit

 

Le congre est un carnassier benthique vivant sur le fond. Près de côtes, il se trouve généralement au cœur des substrats rocheux où il se camoufle dans les failles et les anfractuosités. Il apprécie également les ouvrages portuaires, les digues rocheuses ou encore les épaves. Prédateur nocturne, il se cache de jour et sort généralement à la faveur de la nuit pour chasser des poissons, des céphalopodes (poulpes, seiches, calamars) ou encore des crustacés. Il peut également se nourrir de cadavres comme le ferait un charognard. Il est à noter qu’il peut se déplacer sur de grandes distances sur des fonds sableux lorsqu’il est en quête de nourriture. Signalons également que ce poisson peut vivre dans de très grandes profondeurs pouvant atteindre plus de 1000 m. C’est d’ailleurs dans ces grands fonds que les plus gros spécimens sont généralement capturés.

 

Laureen et un petit congre pris en surfcasting

Le saviez-vous ?

Le congre est normalement solitaire mais dans certains milieux qui lui sont favorables (ex : épaves), il peut former une communauté très dense. A l’instar de la murène, il existe une forme d’association consentie entre les crevettes et les congres. Cette « relation commensale » est une forme d’intérêt réciproque. La crevette se nourrit en effet des restes du congre présents entre ses dents ou sur sa peau sans être inquiétés par ce carnassier. L’intérêt pour le congre est d’éliminer les risques d’infection et la crevette profite en retour d’une source constante de nourriture ainsi que d’une forme de protection.

 

 

Le montage spécial congre de Laureen

 

Montage congre de Laureen Dudit

 

Pour pêcher le congre, Laureen privilégie un montage coulissant qui permet que le poisson engame mieux l’appât. Il offre en effet l’avantage d’opposer moins de résistance et le traînard repose directement sur le fond – ce qui est indispensable lorsqu’on pêche ce type de poisson benthique.

 

Anti-angle transparent Flashmer

Mini coulisseau transparent Flashmer

 

Ce montage est constitué de 120 cm de fluorocarbone en 50/100 sur lequel est placé un mini coulisseau ou un anti-angle. En plastique, celui-ci offre un excellent coulissement et cette matière douce n’abîme pas la ligne. Grâce à l’agrafe, cet anti-emmêleur accueillera un plomb qu’il sera facile de changer en fonction des conditions.

 

Plomb Pyramide Caperlan

 

Un plomb pyramidal (ou « portugais ») est très polyvalent et permet de tenir en place malgré des courants assez soutenus. Un modèle phosphorescent attirera visuellement les congres vers votre montage.

 

Perles molles Flashmer

 

Afin d’amortir les chocs répétés du coulisseau sur le nœud de raccord du rolling, il sera conseillé d’intercaler des perles molles. Avec le poids du plomb, ce nœud pourrait en effet se fragiliser et diminuer la résistance initiale de votre ligne.

 

Le nylon Invisible Yuki est particulièrement résistant à l’abrasion

 

Le traînard est constitué de 100 cm de Nylon Invisible Yuki en 50/100. Un rolling VMC offrant une excellente rotation évitera les problèmes de vrillages occasionnés par l’appât tournant dans le courant. Il permettra également d’éviter de vriller votre ligne lors du combat avec un congre car sa défense consiste à rouler sur lui-même.

 

Fil d’acier Inox Flashmer (sleeves fournis)

On réalise une boucle en torsadant le fil d’acier et on le sleeve

 

Ce poisson ayant une forte dentition capable de couper nylons et fluorocarbone – y compris dans de forts diamètres – il sera recommandé d’utiliser un bas de ligne acier au niveau des hameçons accueillant l’appât. Il sera constitué de 15 cm de fil d’acier Flashmer 18 kg et de deux hameçons 92553 S Mustad placés en montage stewart.

 

Hameçons 92553S Mustad

 

Afin d’armer efficacement votre appât (ex : sardine), il sera conseillé d’utiliser un hameçon 4/0 en terminal et un autre d’1/0 placé plus haut sur le bas de ligne acier. Ces hameçons forts de fer très solides seront parfaits pour résister à la mâchoire très puissante du congre.

 

Bas de ligne « stewart » en acier

Photo d’un bas de ligne acier réalisé par Laureen Dudit

 

 

Où pêcher le congre en surfcasting ?

 

Combat avec un congre pris en plage

La pêche en plage permet de sortir de beaux spécimens sur ligne relativement fine

 

Contrairement à la pêche à la calée où l’on pêche directement des rochers, la pêche du congre en surfcasting s’effectue de la plage. L’avantage est ici d’éviter de trop nombreux accrochages sur des fonds encombrés – surtout lorsque la mer est agitée. Combattre le congre sur du sable permettra également d’éviter qu’il ne se mette à trou et vous donnera donc plus de chances de pouvoir le ramener. A la faveur de l’obscurité, ce poisson sort en effet de sa cache et il est capable de faire de grandes distances sur le sable pour s’alimenter.

 

Une plage située dans une crique rocheuse est un bon poste à congres

Une plage à proximité d’une digue rocheuse est propice à la pêche du congre

 

Il sera ainsi possible de pêcher le congre sur des plages se trouvant en lisières de côtes rocheuses ou dans des criques encadrant des zones sableuses. Les plages possédant des digues transversales ou bordées de roches seront également d’excellents spots. Il existe aussi des plages possédant un tombant rocheux après les premiers rouleaux ou ayant des patates de roches disséminées. Tous ces secteurs mixtes sable / roches seront particulièrement propices à la recherche du congre.

 

Il est possible de pêcher le congre depuis certaines plages ayant des roches éparses

 

Laureen pêche ainsi des plages vendéennes qui offrent la particularité de posséder des patates de roches à plusieurs centaines de mètres du bord. Ces roches éparses sont d’excellentes caches pour les congres et ils en sortent pour se nourrir à la faveur de l’obscurité ou lorsque l’eau est trouble. Laureen recherche généralement le congre à partir de l’étal de marée basse en pêche à reculer. Le marnage étant important sur ces plages assez plates, elle utilise ainsi un trépied qui permet de déplacer plus aisément ses cannes à mesure que la marée monte.

 

Réglementation :

 

Selon l’arrêté du 29 janvier 2013 modifiant l’arrêté du 26 octobre 2012, la taille minimale de capture du congre est de 60 cm. Il est à noter que ce poisson n’a pas à « faire l’objet d’un marquage » consistant en « l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale » comme c’est le cas pour d’autres poissons (arrêté du 17 mai 2011).

Congre venant d’être échoué

 

 

Touche et combat

 

Gros congre d’1,42 m pesant 8 kg pris par Laureen en plage

 

La touche du congre est généralement franche. Faites néanmoins attention aux « touches à revenir » qui peuvent passer inaperçues. Celles-ci se produisent lorsque le congre s’empare de l’appât et tire le montage vers le pêcheur. Vérifiez donc régulierement que votre bannière reste tendue durant toute la cession pêche. Evitez également d’attendre trop longtemps lorsque vous constatez que votre scion indique des touches. Le congre étant très vorace, vous éviterez ainsi qu’il n’avale trop profondément vos appâts. De même, le ferrage devra être ferme afin de faire suffisamment pénétrer la pointe dans la gueule très robuste du congre. Vous limiterez ainsi les risques de décrochage en cours de combat, ce poisson tournant alors souvent sur lui-même. Le congre offre une défense puissante mais qui est facilement gérable sur le sable avec un frein bien réglé.

 

 

Les appâts

 

Une sardine ligaturée est un excellent appât pour le congre.

 

Le congre est un carnassier qui apprécie les appâts volumineux. De même, sa grande voracité fait qu’un appât trop petit serait très rapidement avalé, rendant alors l’extraction des hameçons très difficile. Nous vous recommandons donc de privilégier de belles bouchées. Il sera recommandé d’utiliser des poissons ou encore des céphalopodes. Il sera possible de pêcher sur place les poissons utilisés comme le fait d’ailleurs Laureen avec les tacauds. Mais quitte à vous doter d’appâts au préalable pour gagner du temps, nous vous conseillons de privilégier les poissons gras comme la sardine ou encore le maquereau. Leurs effluves attractives se diffusent sur de plus grandes distances dans l’eau et attirent donc les congres de plus loin. Il sera également possible d’utiliser de la seiche ou du calamar – en morceaux ou en entier dans le cas de petits individus. Ces appâts très sapides offrent l’avantage d’être plus résistants que la sardine tout en diffusant une odeur puissante perceptible par le congre sur de grandes étendues. Avec leur couleur blanche nacrée qui est légèrement phosphorescente, ils sont également plus facilement repérés par ce carnassier dans l’obscurité.

 

Fil élastique à appâts Flashmer

 

Pour les escher sur votre montage stewart, il sera vivement recommandé d’utiliser de l’élastique fin spécifiquement conçu pour une meilleure tenue de vos appâts. En effet, une fois bien ligaturés, ceux-ci se préserveront plus longtemps des attaques des petits poissons indésirables et des crabes – surtout dans le cas d’une sardine. L’élastique offrant un bon maintien des chairs, le congre sera donc forcé de prendre l’appât en entier en gueule – ce qui optimise un ferrage efficace.

 

Laureen Dudit avec un congre d’1,15 m

 

 

Attention !

 

Le congre est un poisson à la mâchoire très puissante qui peut s’avérer agressif. Il est capable d’occasionner des profondes morsures. Nous vous recommandons donc d’utiliser une pince longue pour ôter les hameçons afin d’éviter tout accident au niveau de vos mains. Sa gueule est un véritable étau et les risques d’infections liées aux bactéries causées par les déchets en putréfaction entre ses dents sont réels. Ainsi, faites très attention lors des manipulations ou lorsque vous posez avec ce poisson pour la photo (avec sa grande expérience, Laureen a l’habitude). N’hésitez pas également à utiliser un fish grip pour plus de sécurité.