Pêche du chapon à l’appât

Publié le vendredi 23 novembre 2018 par Charles Stéphane
  • Technique de pêche

 

Énorme chapon de (3,5 / 4 kg ?) pris à l’appât par Maurice avec le montage de Jean-Pierre Caginicolau

 

 

Connaître le chapon

 

Nom scientifique : Scorpaena Scrofa.

Famille : Scorpaenidae (scorpénidé).

Noms communs : rascasse rouge, grande rascasse rouge, crapaud de mer, scorpène (ou scorpèno), capoun (Provence, Languedoc), escorpe (Roussillon), cappone (Corse), etc.

 

Le chapon est un poisson très épais et trapu qui a la caractéristique d’avoir une tête massive et une gueule particulièrement large. Sa peau est recouverte de lambeaux cutanés qui l’aident à se camoufler sur les fonds rocheux recouverts de corail et de végétations. Sa livrée est à dominance rouge mais ses coloris peuvent aller du rouge brique au rose en passant par le bordeau. Il existe même des spécimens arborant deS nuances de jaunes et d’orange. En fait, chaque chapon dispose de nuances différentes et les couleurs de sa robe change d’un individu à l’autre. Ces variations de teintes sont vraiment superbes et participe vraiment à la joie de sa capture ! Ce poisson mesure communément de 25 à 40 cm mais peut atteindre pour les plus gros sujets près de 60 cm pour un poids pouvant dépasser les 4 kg.

 

Le saviez-vous ?

L’origine du nom de chapon est issu de ses grosses joues et de son corps paraissant gras qui rappellent la volaille castrée et engraissée pour la consommation humaine – entre autres durant les fêtes. Le nom de rascasse rouge pourrait avoir comme origine le terme provençal « Rasca » (teigne) en référence à la livrée tachetée et les lambeaux cutanés du chapon le faisant paraître atteint de cette maladie. Son nom scientifique Scopaena vient du grec « Scorpio » (scorpion) en raison de son venin et du latin « Scrofa » (truie) en référence ici encore à un animal engraissé.

Un beau chapon pour Swan – la plus jeune recrue du team Normandie Appâts !

 

Un autre chapon de 2,5 kg pris le même jour par Maurice – LE spécialiste des chapons !

 

Le chapon est un poisson benthique, c'est-à-dire qu’il vit sur le fond. Il apprécie les substrats rocheux et coralligènes situés dans des profondeurs comprises entre 20 et 300 m. Posé sur ces fonds, il y chasse à l’affut dans l’attente d’une proie de passage en profitant de son camouflage. Il nage mal et même si ses attaques éclairs s’effectuent sur de courtes distances, celles-ci sont très rapides. Il dispose d’une très large gueule protractile avec laquelle il gobe les proies passant à sa portée. Son régime est vaste puisqu’il se nourrit de crustacés (crabes, crevettes, etc.), de céphalopodes (poulpes, calamars, seiches, etc.) et autres mollusques, de tous types de poissons, de vers (annélidés), etc. En fait, il dévore tout être vivant passant assez près de lui et peut d’ailleurs avaler des proies paraissant trop grandes par rapport à sa taille.

 

Réglementation :

Selon l’arrêté du 29 janvier 2013, la taille minimale de capture du chapon est de 30 cm. De même, selon l’arrêté du 17 mai 2011, chaque prise devra « faire l’objet d’un marquage » Ce marquage consiste en l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale. »

 

 

Un poisson assez rare à pêcher

 

Même si son combat n’a rien d’exceptionnel, la capture d’un chapon est toujours un plaisir pour le pêcheur !

 

La Chapon est présent dans toute la Méditerranée. On peut également le trouver sur les côtes Atlantique du pays basque à la Bretagne. Il reste néanmoins une prise assez rare et dire qu’on va spécifiquement pêcher le chapon – et uniquement ce poisson - serait présomptueux. Il sera en effet généralement touché en même temps que d’autres espèces et le hasard tient une grande part dans sa capture. Il est toutefois possible d’optimiser vos chances de pêcher un chapon en connaissant le type d’environnement dans lequel il se trouve, ses habitudes alimentaires et en utilisant bien sûr les montages adéquats.

Beau chapon pris à l’appât

 

Le chapon sera essentiellement recherché dans les milieux rocheux car ce poisson aime particulièrement les structures qui lui offrent de nombreuses caches et où il peut chasser en embuscade. Il sera recommandé de le pêcher dans des zones présentant de fortes variations de reliefs. Privilégiez ainsi les têtes de roche se surélevant du fond par rapport à la profondeur moyenne alentour. A l’inverse, les tombants rocheux, les falaises sous-marines, les canyons ou encore les crevasses sont également d’excellents secteurs. Vous noterez que ces reliefs sont facilement repérables sur une carte marine ou encore sur votre sondeur. Même dans un environnement sableux, les fortes déclivités ou les reliefs marqués sont très souvent rocheux – le sable ne tenant pas sur ces pentes abruptes. Il est ainsi possible de dénicher de véritables oasis de vie.

 

Le bas des tombants rocheux sont de bons spots pour le chapon

 

L’intérêt de trouver ce type de secteur est que les chapons peuvent s’y rassembler. Même si ce poisson n’est pas grégaire (vivant en banc), un secteur propice peut voir de nombreux spécimens. On parle ainsi de « pierres à chapons » et il est vrai que si vous en pêchez un dans un secteur spécifique, il y a de fortes chances qu’il y en ait d’autres. Ces poissons ne se déplaçant que très peu, certains biotopes favorables et peu pêchés peuvent voir jusqu’à plusieurs dizaines de chapons sur le même spot. De véritables H.L.M. à chapons qui malheureusement deviennent de plus en plus rares! Vous noterez également que la taille moyenne des prises a tendance à augmenter à mesure que vous pêchez plus profondément. Les très gros spécimens dépassant les 3 kg sont ainsi régulièrement pêchés dans des fonds compris entre 100 et 200 m. Il sera possible de les toucher jusqu’à 300 m mais il sera alors nécessaire d’utiliser un moulinet électrique.

 

 

Un poisson très prisé !

 

Ce poisson à la chair ferme et blanche est un met délicat et savoureux prisé par les gastronomes depuis longtemps. Même les romains le considérait comme un plat de choix. Il est le poisson roi dans la bouillabaisse depuis des siècles. Ainsi, la première trace écrite de son association avec cette recette d’origine marseillaise date de 1785 dans le « Dictionnaire des marseillais ».

 

 

Les montages pour la pêche du chapon

 

Même avec de gros appâts (ici languettes de calamars et bibis), on ne sélectionne pas forcément ses prises.
Doublé de sébastes pour Maurice.

 

Comme nous l’avons mentionné, il serait illusoire de penser qu’on pêche spécifiquement et uniquement le chapon. Il sera donc pêché en même temps que d’autres espèces telles que les sparidés (sars, pageots, dorades grises, pagres etc.), les labridés, etc. Dans les pêches les plus profondes au-delà de 100 / 120 m, il sera touché avec des sébastes, de gros pageots communs, des merlus, des raies, des dorades roses, etc.

 

Montage pêche profonde de beaux poissons de Jean-Pierre Caginicolau

 

Voici un montage pêche profonde de beaux poissons du célèbre compétiteur Jean-Pierre Caginicolau qui a fait ses preuves sur le terrain. Cet été 2018, il a ainsi permis au team Normandie Appâts de toucher de nombreux chapons de plusieurs kilos. Il a même servi à prendre le plus gros spécimen de l’année sur le bateau – et peut être le plus grand que nous ayons jamais pu voir. Ce chapon très long (près de 70 cm !) qui n’a pu être pesé qu’avec un peson mal réglé a été en effet estimé entre 3.5 et 4 kg. C’est dire combien ce montage est efficace !

 

Superbraid 8 X Yo-Zuri

Tournament 8 braid Evo Daiwa

 

Pour ces pêches profondes, l’utilisation de tresse est indispensable pour pouvoir ressentir les touches. Nous vous recommandons vivement les tresses modernes en huit brins qui offrent un rapport diamètre / résistance exceptionnel. Il est en effet conseillé de pêcher le plus fin possible – surtout lors de pêche en dérive. Les courants forment en effet un ventre dans la tresse et diminuent considérablement la sensation de la touche. Une tresse fine fend mieux l’eau : vous pouvez ainsi pêcher plus léger et vous avez plus de sensibilité en action de pêche. Ainsi, une bonne tresse 8 brins en #PE1 (12/100) à 1.5 (16/100) affichant des puissances respectives de 18/20 lb à 28/30 lb seront parfaites pour cette technique.

 

Fluorocarbone Premium Asso : 2 fois plus résistant à l’abrasion

Platil Ghost Fluoro Carbon (distribution Daiwa)

 

Il est constitué d’un bas de ligne de 160 cm de 40 à 45/100 avec 3 empiles de 30 et 40 cm en 35 à 40/100. L’utilisation de fluorocarbone sera recommandé car la rigidité naturelle de ce matériau dans ces diamètres limite les risques d’emmêlements. La taille réduite des empiles contribue également à éviter les problèmes de vrillage. En effet, dans les pêches profondes, les courants sous-marins peuvent être puissants et la descente jusqu’au fond est longue. La résistance à l’abrasion sera également très utile car les chapons vivant près de structures rocheuses font souvent frotter le fil contre les roches. Vous noterez que la dernière empile placée à 10 cm du plomb fera office de traînard en faisant reposer l’appât sur le fond.

 

Nicolas posant avec deux chapons. Faire un doublé de spécimens de ce poids sur le même bateau et au même moment reste exceptionnel !

 

Ces diamètres peuvent paraître importants (ex : empiles de 40/100) mais dans de tels fonds, la discrétion n’a que peu d’importance. De plus, la rencontre de très beaux poissons avec la faible pression de pêche dans de telles profondeurs est toujours possible. Ainsi des chapons dépassant les 3 kg qu’il faudra brider rapidement car leur premier reflexe sera d’aller dans leur trou. Il sera également possible de tomber sur une grosse raie ou encore de très beaux pagres. Nous avons même eu l’anecdote d’un énorme sparidé qui a ouvert un hameçon pourtant fort de fer et nous l’a rendu à l’horizontale ! Sachez d’ailleurs que sur certains secteurs riches en spécimens, nous pouvons monter jusqu’à du 45 à 50/100.

 

Perles clipots avec micro-perles

Perles Clipots Flashmer

 

Toujours pour éviter les emmêlements, les perles clipots sont encadrées de micro-perles qui permettent une meilleure rotation multidirectionnelle de ces empiles. Celles-ci agissent comme des roulements à billes et, en réduisant les frictions, elles limitent les problèmes de vrillages.

 

Hameçon 3310 F Gamakatsu

 

Ces empiles sont dotées d’hameçons 3310 F Gamakatsu qui sont connus pour leur robustesse et leur piquant exceptionnels. À palette, ils faciliteront l’eschage des vers tels que le Bibi, le Rag, le Jumbo, l’Américain XL, etc. Ces hameçons seront choisis en taille 1/0 à 4/0 car ils visent de beaux poissons possédant de grandes gueules. La largeur de l’ouverture optimise donc votre ferrage et le rend plus efficace.

 

Plombs LSC Concept

La phosphorescence attire les poissons dans l’obscurité

 

Jean-Pierre Caginicolau apprécie les plombs colorés et phosphorescents pour ces pêches profondes car ils ont tendance à attirer les poissons vers les appâts sur de grandes distances dans l’obscurité des grands fonds. L’offre de ce type de plomb a beaucoup progressé ces derniers temps et des entreprises telles que LSC Concept propose des coloris phosphorescents inédits et même des associations de couleurs vraiment réussies. Notre team apprécie beaucoup les plombs de cette entreprise novatrice et dynamique.

 

Soyez très prudent lors de la manipulation d’un chapon et évitez de toucher ses épines venimeuses !

 

Attention : prudence !

 

Comme tous les scorpénidés (ex : rascasses), le chapon possède des épines acérées reliées à des glandes à venin. Ce type de piqure peut occasionner de très fortes douleurs et, dans des cas extrêmes, un choc anaphylactique. Ces épines se situent au niveau de ses nageoires dorsales, pectorales, pelviennes et anales. Il en possède même derrière les opercules ou encore sur la tête. Il est donc vivement recommandé de faire très attention lors de sa manipulation. Nous vous recommandons de le saisir fermement par la gueule et d’éviter que votre autre main ne croise ses épines. Une autre solution très sécurisante sera d’utiliser un fish grip dont la pince sera positionnée au niveau de la lèvre inférieure. En cas de piqure, sachez qu’un liquide chaud (plus de 50 °) annulera l’effet du venin qui est thermolabile.

 

 

Les appâts : copieux et variés !

 

Ce spécimen est énorme ! A force de prendre du chapon à chaque sortie, Maurice est surnommé sur le bateau « Monsieur chapons »

 

Il suffit de voir la taille de la gueule d’un chapon pour réaliser combien ce poisson peut avaler des proies paraissant disproportionnées par rapport à sa taille. N’hésitez donc pas à lui proposer des bouchées conséquentes ! Le chapon apprécie ainsi les vers charnus, les lanières de céphalopodes (seiche, calamar, poulpe), les gambas, les sardines (en morceau ou entière), etc.

 

D’Elastic Daiwa : élastique à ligaturer les appâts

 

Nous vous conseillons vivement d’enrouler de l’élastique à ligaturer sur des appâts tels que la gambas ou la sardine. Même si les lanières de céphalopodes sont résistantes, quelques tours d’élastique à la base de la hampe de l’hameçon éviteront qu’elles ne glissent de l’hameçon.

Le chapon réagit ainsi très bien à de gros vers charnus tels que le bibi (gros), les beaux rags, les Américains XL, les Jumbos, etc.

 

 

Le Bibi

 

Bibis gros Normandie Appâts

 

Le gros Bibi offre l’avantage de représenter une belle bouchée correspondant à la large gueule du chapon. Il est résistant et sa peau épaisse décourage les petits poissons indésirables.

 

Bibi esché à l’aiguille

 

Il sera conseillé de l’escher à l’aiguille afin qu’il ne perde pas ses sucs et qu’il conserve sa taille originale. La présentation sera ainsi améliorée.

 

 

Le Rag

 

Rags Normandie Appâts

 

Ce ver très charnu peut mesurer jusqu’à 20 cm. Dans les plus grandes tailles, il constitue donc un gros appât adapté à cette espèce. Il est légèrement phosphorescent, ce qui est un avantage dans ces grandes profondeurs où règne l’obscurité.

 

 

L’Américain XL

 

Américains XL Normandie Appâts

 

Ce ver mesure entre 15 et 25 cm de long et possède une forte section. Bien esché à l’aiguille, c’est donc une bouchée conséquente bien adaptée aux chapons. Il est très sanguin et ses effluves attractives attirent les poissons sur de grandes distances.

 

 

Le Jumbo

 

Jumbos rouges Normandie Appâts

 

Encore une belle bouchée pour la large bouche du chapon ! En effet, le Jumbo mesure entre 15 et 25 cm, ce qui est considérable une fois monté en entier ! Il offre l’avantage d’être résistant à l’hameçon et d’être facile à escher.

 

Une empile eschée au bibi et l’autre avec une languette de calamar coupée en forme de feuille pour une action vibratoire dans le courant

 

Ce montage possédant 3 empiles, n’hésitez pas à disposer sur chaque hameçon un appât différent afin de varier « le menu » et de savoir lequel fonctionne le mieux lors de votre cession. Le chapon étant très vorace, il apprécie de nombreux types d’appâts. Il sera donc conseillé d’en posséder un grand nombre afin de pouvoir vous adapter à l’humeur du jour de ce poisson. En effet, à l’instar d’autres espèces, il peut se focaliser sur un type d’appât en particulier et s’intéresser à un autre le lendemain.

 

Couteau et morceau de chalut Normandie Appâts

Bibi et morceau de ver de chalut Normandie Appâts

 

Afin d’avoir une plus grosse bouchée et dans le but de cumuler le pouvoir attractif de chaque appât, il sera également possible de les panacher. Ainsi, vous pouvez par exemple associer de la chair de céphalopode avec un bibi, une gambas avec de l’américain, un bibi avec un morceau de ver de chalut, etc. Les possibilités sont infinies et n’ont de limite que celles de votre imagination.