Pêche des poissons de roche

Publié le vendredi 27 juillet 2018 par Emmanuel Laubu
  • Technique de pêche

Appâts associés à cet article:

 

Joli corb pris dans la roche

 

Des poissons aux couleurs magnifiques

 

En pêchant la roche, il est étonnant de constater la diversité des espèces qu’il est possible de toucher. De même, la plupart de ces poissons de roche possèdent des livrées de toutes les couleurs qui n’ont rien à envier à des espèces tropicales telles que celles qu’on peut voir dans les aquariums.

 

La girelle paon est un des plus beaux poissons à prendre dans la roche

 

Ainsi du magnifique corb possédant une robe bronze et or et de magnifiques nageoires arrondies cerclées de noir. C’est également le cas avec les girelles mâles proposant un large panel de riches couleurs ou encore avec les girelles paons à la livrée dorée et bleue électrique. Serranidés, labridés, sparidés sont autant d’espèces pouvant avoir jusqu’à plusieurs centaines de représentants aux couleurs toujours différentes. Même d’un individu à un autre, la variété des teintes est impressionnante. C'est le cas de la rascasse dont la livrée peut aller du brun au rouge brique. Le nombre d’espèces que cette technique permet de toucher ainsi que la variété des coloris proposés par leur robe fait vraiment partie des plaisirs de cette pêche.

 

Le saviez-vous ?

Le terme « pêcher la soupe » associé à la traque des poissons de roche provient de leur utilisation ancestrale pour la soupe de poisson ou la bouillabaisse. Ces plats aujourd’hui vedettes des meilleures tables étaient en fait préparés à l’époque par les plus pauvres car ces poissons étaient économiques. Initialement, ce sont les petits pêcheurs professionnels qui ont crées ces recettes car ils vendaient les poissons les plus nobles et ne consommaient que les poissons moins prisés. Ainsi, toutes ces espèces étaient mélangées pour cuire dans un bouillon qui constituait leur principale nourriture.

Les poissons de roche sont traditionnellement utilisés pour la soupe

 

Les secteurs de pêche

 

Pour pêcher dans la roche, choisissez un poste plat et pas trop haut par rapport à l’eau

 

Cette pêche peut être pratiquée sur toutes les côtes rocheuses. Il conviendra néanmoins de choisir avec soin son poste car la pêche du haut de rochers peut être difficile – voire dangereuse. Evitez ainsi les zones présentant de trop forts dénivelés ou encore ceux situés trop haut au-dessus de l’eau. Ainsi, il est déconseillé de pêcher à flanc de falaise ou sur de hauteurs où le poisson serait difficile à mettre au sec avec une épuisette.

 

Un trépied avec pieds réglables est utile pour pêcher la roche

 

Privilégiez un surplomb rocheux assez plat et pas trop haut par rapport à l’eau. Vous pourrez ainsi organiser correctement votre poste et vous serez bien plus à l’aise en action de pêche. Vous limiterez également les dangers toujours inhérents à une circulation sur des rochers.

 

Le matériel

 

Walter Sarret en pêche de roche

 

Cette pêche étant productive et la canne étant souvent tenue en main afin de mieux percevoir les touches, un seul ensemble peut suffire. Toutefois, il sera recommandé de se doter de deux cannes afin de toujours en avoir une de secours. Celle-ci vous sera utile en cas de casse ou encore en présence d’une perruque dans le moulinet. Il serait en effet dommage d’avoir à cesser sa cession par manque de matériel ! Les cannes à buscles sont les plus adaptées à ces pêches sensibles de bordure. Ces buscles sont des scions interchangeables de puissances différentes correspondant au poids du plomb que vous souhaitez lancer. Plus votre plomb sera léger et plus ce scion sera sensible. Ce type de scion est donc parfait pour déceler les touches les plus discrètes des poissons de roche. Ces buscles sont généralement en fibre de verre, - un matériau qui permet d’avoir un scion très fin supportant de très fortes torsions sans casser. Ils sont également dotés de différents coloris qui permettent de mieux visualiser la touche et qui évitent la fatigue visuelle liée à leur observation toute la journée avec un ciel changeant constamment de teinte. Un modèle de 4 à 4,5 m minimum permettra de mieux dégager le fil au-dessus des roches en action de pêche et offrira également un bon débattement pour sortir votre poisson sans avoir à trop s’approcher de la rive.

 

Les digues rocheuses sont d’excellents spots !

 

Cette canne sera équipée d’un moulinet pouvant contenir 200 m de tresse en 10 à 14/100 ou de nylon en 25 à 30/100. Ce dernier devra être assez léger afin que l’ensemble tenu le plus souvent en main ne soit pas trop lourd. Cette technique est en effet très active et la canne est rarement reposée sur son support dédié. Très tactile, la pêche de la roche consiste à ressentir le toc des touches et de ferrer au moment opportun. Cette technique pleine de sensations est ainsi particulièrement intéressante.

 

Les montages pour la pêche dans la roche

 

Un poste typique de la pêche dans la roche

 

Dans cet environnement hostile, Emmanuel privilégie des montages volontairement simples et faciles à fabriquer. En effet, même avec un système de type « plomb perdu » permettant de récupérer son montage en cas d’accroche du plomb (système de « cassant », plomb olive tenu par un câble électrique, etc.), il est fréquent que les hameçons accrochent les rochers. Il prépare donc une bonne dizaine de montages d’avance pour une cession de pêche. Ainsi, en cas d’accrochage, il peut le changer rapidement.

 

Montage roche 3 empiles hautes

Montage roche 2 empiles + 1 traînard

Emmanuel privilégie deux types de montages :

  • Un montage avec trois empiles hautes
  • Un montage avec deux empiles hautes et un traînard

 

Nœud de chirurgien

 

Ces montages sont très faciles à réaliser puisque les empiles sont juste reliées au bas de ligne par un simple nœud de chirurgien. Bas de ligne et empile sont juxtaposées et mis en boucle. Les deux brins sont ensuite passés trois fois dans cette boucle. Serrez en mouillant bien afin d’éviter tout échauffement. Coupez au ras le brin dirigé vers le bas. Le brin dirigé vers le haut du montage servira d’empile et restera à la perpendiculaire du bas de ligne dans l’eau.

 

Les girelles peuvent être très abondantes sur certains spots

 

Le traînard est très efficace sur les sparidés et les beaux poissons mais il sera réservé aux zones les moins encombrées. Il est conseillé d’utiliser le montage avec traînard autant que possible afin de sélectionner les plus beaux poissons mais si les accrochages sont trop fréquents, il sera alors nécessaire de passer au montage à empiles hautes. En effet, l’hameçon étant en contact direct avec le fond, il a tendance à s’accrocher fréquemment dans les secteurs présentant trop de rochers ou d’algues. Comme souvent en pêche, tout sera ici affaire de compromis et disposer de plusieurs montages prêts à l’avance pour s’adapter aux conditions sera un atout.

 

Doublé de superbes serrans écriture au mouron

 

Pour ces deux types de montages, le bas de ligne sera constitué de fluorocarbone en 25/100. L’avantage de ce type de matériau sera ici d’offrir une très bonne résistance à l’abrasion dans ces milieux encombrés. Il est aussi très discret grâce à son indice de réfraction proche de l’eau et sa rigidité naturelle permettra de limiter considérablement les emmêlements. Les empiles ou le traînard seront également réalisés avec du fluorocarbone mais dans un diamètre de 18 à 22/100. Ainsi, si un des hameçons s’accroche, vous pourrez récupérer le reste du montage. Les empiles mesurent en moyenne entre 30 et 70 cm et le traînard entre 30 et 100 cm. Plus le milieu pêché sera encombré de roches et plus il sera nécessaire d’utiliser des empiles courtes. Posséder à l’avance de nombreux montages disposant de plusieurs tailles d’empiles sera donc conseillé afin de s’adapter rapidement aux différentes configurations du terrain.

 

Les labres sont très présents en pêche de roche

 

Les hameçons des empiles ou du traînard seront des fins de fer ultra piquants numéro 6 ou 8. De telles tailles sont conseillés pour les pêches des poissons de roche car ils ne sont pas trop gros pour les gueules étroites de ces rockfishs. Toutefois, ils ne sont pas trop petits – ce qui permet de laisser le temps aux beaux poissons de mordre. Un très bon piquant sera vivement recommandé pour ne pas rater les touches parfois timides d’un poisson de roche. Vous éviterez ainsi qu’il ne recrache l’appât lorsqu’il ressent la tension de la ligne.

 

Labre pris au mouron

 

Le montage sera relié au corps de ligne par un petit émerillon rolling qui permettra une attache rapide et qui limitera les problèmes de vrillage. Le fil du moulinet sera du nylon de 25 à 30/100 ou bien encore de la tresse de 10 à 14/100. La tresse permettra de mieux percevoir les touches à grandes distances et son excellente résistance offrira l’avantage de permettre de tracter en force les beaux poissons hors de leur cache.

 

Astuce pour pêcher en milieu encombré

 

Le corb est un poisson magnifique !

 

Dans ces milieux très encombrés, il sera nécessaire d’utiliser un système permettant de libérer le plomb en cas d’accrochage. Il existe beaucoup d’astuces ou de types de plombs le permettant. Voici deux articles Normandie Appâts recensant les différents systèmes à utiliser :

http://www.normandie-appats.com/news/peche-a-la-calee-en-milieux-encombres

http://www.normandie-appats.com/news/surfcasting-en-milieux-encombres

 

Astuce du plomb perdu

 

De son côté, Emmanuel Laubu emploie une astuce très simple à mettre en œuvre et qui s’avère particulièrement économique pour les milieux les plus encombrés. Afin de pouvoir facilement libérer son plomb si celui-ci se coince entre deux pierres, il place un petit bout de câble électrique plastifié au bout de son bas de ligne. Il est torsadé à son sommet pour laisser une petite boucle qui permet de l’attacher au bas de ligne. Il est ensuite inséré dans un plomb olive percé qui est alors coincé en rabattant simplement sur le côté le bout de câble qui dépasse.

 

Un simple bout de câble électrique plastifié et un plomb olive percé permettent de réaliser un montage à plomb perdu

 

En cas d’accroche sur le fond, il suffira d’effectuer de petites tractions régulières qui libéreront le bout de câble électrique en laissant le plomb, ce qui vous permettra de récupérer votre montage. Il suffira alors d’insérer à nouveau une autre olive percée et de rabattre sur le côté le câble pour pouvoir continuer à pêcher rapidement. Cette astuce permet également de récupérer votre prise lorsque celle-ci a coincé votre plomb lors du combat. Il sera conseillé d’utiliser un câble électrique avec un fil de fer assez épais. Il doit en effet offrir une résistance suffisante à la torsion afin d’éviter qu’il ne se déplie de façon intempestive lors du lancer et ne libère le plomb.

 

Les appâts

 

Emmanuel Laubu privilégie les mourons et les dures Normandie Appâts pour les pêches dans la roche

 

Les meilleurs appâts pour la pêche à soutenir de la roche sont sans conteste le mouron et la dure. Ils sont en effet assez résistants pour tenir suffisamment longtemps sur l’hameçon aux attaques du menu fretin si présent dans ce type d’environnement. C’est important pour cette technique car un appât trop fragile serait dévoré très rapidement par les plus petits poissons de roche (ex : girelles). Des bouchées plus importantes avec des appâts plus robustes tels que le mouron ou la dure vous permettront ici de sélectionner les plus beaux poissons de roche.

 

Le Mouron de Normandie Appâts

 

C’est un des vers les plus couramment utilisés pour la pêche dans la roche car il est robuste et très efficace sur les « rockfishs ». Avec son corps épais et ferme, ce ver est assez résistant et supporte bien les attaques des petits poissons. Il est très attractif sur les poissons de roche (sparidés, labridés, etc.) et tout particulièrement sur le rouget-barbet.

 

La Dure verte de Normandie Appâts

 

Ce ver très polyvalent est parfait pour la pêche des poissons de roche. Ferme et vif, il résiste bien à l’hameçon et il s’avère très attractif sur un maximum d’espèces. Il sera possible d’utiliser de la dure verte ou de la dure rouge. Sachez que la couleur rouge / orangée de cette dernière est 100 % naturelle.

 

Une aiguille à ver est très utile pour bien escher les hameçons

 

Pour une meilleure tenue sur l’hameçon et afin d’avoir une présentation plus naturelle de l’appât, il sera vivement recommandé d’utiliser une aiguille à ver.

 

Enfiler ses vers grâce à une aiguille permet d’offrir une meilleure présentation

 

En effet, un ver placé à la main ne pourra être remonté suffisamment sur le fil. Le ver sera donc plus facilement volé par les petits poissons indésirables, mettant ainsi vos hameçons à nus et vous faisant pêcher « à vide » inutilement. De même, les ratés à la touche seraient beaucoup plus nombreux.

 

En action de pêche

 

En roche, les veirades évoluent en bancs parfois très importants

 

Étant donné les pertes fréquentes de montages dans ces zones très encombrées (y compris avec l’astuce du plomb perdu), il sera vivement recommandé de posséder de nombreux montages de différentes longueurs déjà montés sur leur plioir. Afin de gagner du temps, certains n’hésitent pas à déployer à l’avance plusieurs de ces montages sur un râtelier spécifiquement conçu pour cet usage. C’est un gain de temps non négligeable quand les poissons sont présents et…mordeurs !

 

Les sparidés tels que ce sparaillon sont également des prises fréquentes en pêche de roche

 

Votre poste de pêche devra être organisé afin que tout soit à portée de main sans pour autant vous gêner. Ainsi, placée sur un pique, la canne en attente déjà montée sera dirigée vers l’arrière. Il sera conseillé d’avoir à disposition tout le petit matériel indispensable : aiguilles à ver, hameçons, bobines de fil, plombs de rechange en cas de casse, etc. Un petit plateau facilement accessible vous permettra également d’escher vos vers rapidement.

 

Girelle paon dans son environnement

 

En action de pêche, cette technique demandera une recherche permanente du poisson en lançant votre montage dans un maximum de zones différentes – aussi bien en largeur qu’à des distances différentes. En effet, varier les secteurs de pêche – ne serait-ce que de quelques mètres – est un des secrets de cette technique. Les poissons de roches peuvent se trouver aussi bien sur une pierre que sur un léger tombant, à proximité d’un banc de posidonie ou encore dans une faille. Pêcher constamment la même zone serait contre-productif et pourrait même faire fuir le poisson.

 

Une rascasse : attention aux épines venimeuses !

 

La pêche de la roche est une technique très rapide. Ainsi que nous vous l’avons indiqué, la canne est le plus souvent tenue en main afin de mieux percevoir les touches les plus fines. Lorsque vous ressentez des tocs légers, il sera conseillé d’attendre une tirée plus prononcée pour ferrer avec douceur. Ce ferrage devra être ample et sans violence car la gueule des poissons de roche est fine et celle-ci peut se déchirer facilement. Ferrer trop violemment provoquerait ainsi de nombreux décrochés et vous ferait perdre un grand nombre de prises.

 

Il existe une grande variété de labres

 

Dans cette pêche de vitesse, les touches peuvent s’enchaîner très rapidement. Ainsi, en présence de girelles en activité, il n’est pas rare d’avoir déjà du poisson avant même de retendre sa ligne ! De leur côté, les labres sont les spécialistes des touches violentes car ils ont tendance à se saisir de l’appât puis de retourner aussitôt dans leur cache. Ces touches puissantes devront donc être gérées avec autorité tout en restant néanmoins assez doux lors du combat pour éviter les décrochages. Dans tous les cas, la vigilance est de mise à chaque instant.

Lorsque vous ressentez des touches répétées vous indiquant que vous avez une prise, il est conseillé d’attendre un peu que d’autres poissons viennent mordre. En effet, en se débattant, votre prise attire ses congénères. Il est ainsi possible de réaliser facilement des doublés ou même des triplés.

 

Une belle girelle mâle nageant sur un fond rocheux

Conseil d’Emmanuel Laubu

Quand ils sont piqués au bord des lèvres et qu’ils ne saignent pas, il ne faut pas hésiter à relâcher les poissons les plus petits. C’est une pêche très productive. Ne conservez donc que les plus belles prises pour votre consommation personnelle (ex : soupe de poissons).

 

Une pêche passionnante !

 

La pêche de la roche est une technique aussi productive que passionnante !

 

Ne nécessitant pas beaucoup de matériel, la pêche de roche peut être pratiquée juste quelques heures à la sortie du travail. Une excellente solution pour se décontracter rapidement au bord de l’eau ! La pêche à soutenir dans la roche est une technique vraiment captivante et très productive. Elle réclame une attention constante car les touches s’enchaînent rapidement. Rien de mieux pour se vider la tête des tracas quotidiens ! A la variété et à l’incroyable beauté des prises se rajoute celle des paysages proposés par les côtes rocheuses de nos côtes. C’est toujours un moment magique que de se trouver au pied d’un cap avec le soleil rasant caressant les pierres. En somme, c’est une technique parfaite pour se ressourcer au bord de l’eau !