Pageots d’hiver en pêche profonde

Publié le lundi 12 mars 2018 par Charles Stéphane
  • Technique de pêche

Appâts associés à cet article:

 

Les pageots vivant en bancs, il est fréquent de faire des prises multiples sur le bateau !

 

Le pageot : un sparidé ultra combatif !

 

Le pageot commun (Pagellus Erythrinus) est un sparidé grégaire vivant en bancs. Il peut atteindre près de 3 kg pour une taille dépassant les 60 cm. C’est un poisson démersal, ce qui signifie qu’il vit à proximité immédiate du fond. Ainsi, cette espèce apprécie particulièrement les substrats sablo-vaseux où il recherche sa nourriture. Le pageot est omnivore et consomme des petits mollusques, des crustacés et peut même s’attaquer à des poissonnets. Mais sa nourriture de prédilection reste le ver qu’il recherche avidement dans des fonds meubles.

 

Le pageot est facilement reconnaissable par le bord supérieur de son opercule marqué d’une tâche rouge sang.

 

Les zones ainsi que les profondeurs où pêcher spécifiquement les pageots en hiver peuvent varier selon les régions. Il sera tout d’abord recommandé de chercher des zones où les fonds sont sablo-vaseux ou coralligènes. En recherchant sur des cartes sédimentologiques, ces secteurs sont facilement repérables. Généralement, s’il est possible de prendre des juvéniles à proximité des côtes, les adultes préfèrent évoluer dans des fonds plus importants. Ces gros individus se trouvent généralement entre 60 et plus de 200 m de profondeur en Méditerranée et jusqu’à prés de 300 m en Atlantique.

 

Beau pageot pris par plus de 70 m de fond

 

Si les plus beaux spécimens apprécient particulièrement les grands fonds toute l’année, il est à noter que comme tous les sparidés, la plupart des pageots s’y refugient en hiver car ils y trouvent des températures plus stables. Afin de trouver ces sparidés sur vos secteurs de pêche, nous vous recommandons donc de prospecter dans des fonds sablo-vaseux compris entre 50 et 120 m. Privilégiez une pêche en dérive libre qui vous permettra de peigner beaucoup de terrain. Ainsi, il vous sera facile de rapidement déterminer les meilleures zones où se situent les pageots. Dans de telles profondeurs et sur ce type de fonds meubles, vous constaterez d’ailleurs que c’est une des espèces les plus présentes. D’autres prises y seront néanmoins possibles comme par exemple celles de rougets grondins, de beaux yeux, de pagres ou encore des merlus.

 

Le pageot pouvant atteindre plus de 3 kg, relâchez les plus petites prises !

 

Réglementation :

Selon l’arrêté du 29 janvier 2013, la taille minimale de capture du pageot est de 20 cm. Tout poisson dont la taille est inférieure devra donc être relâché. De même, selon l’arrêté du 17 mai 2011, chaque prise devra « faire l’objet d’un marquage ». Ce marquage consiste en l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale. » Le pageot supporte très bien la décompression et peut se relâcher dans de très bonnes conditions. La taille de 20 cm est vraiment petite quand on sait que ce poisson peut dépasser les 60 cm. Le pêcheur respectueux de la ressource ne conservera donc que les plus beaux individus, sachant que cette pêche peut être très prolifique.

 

Le matériel

 

Cette canne Team Daiwa Quiver Boat permet de pêcher avec des plombées pouvant atteindre 200 g et plus. Touche et combat…

 

Par rapport à une pêche à soutenir « classique », un matériel plus puissant sera recommandé. En effet, les grandes profondeurs rencontrées en dérive libre vous obligeront à utiliser des plombées pouvant atteindre de 150 à 200 g (parfois jusqu’à 250 / 300 g). Il sera donc nécessaire d’utiliser une canne pouvant soutenir de tels poids tout en offrant une bonne lecture des touches grâce à un scion sensible de type buscle. Nous vous conseillons une canne de 3 à 4 mètres qui vous permettra d’utiliser de longs montages plus facilement. Un moulinet robuste à forte récupération (1 m par tour de manivelle minimum) de taille 3500 à 5000 et doté d’une large bobine sera conseillé dans de tels fonds.

 

… et prise en direct de ce pageot avec un beau bibi !

 

Le montage pour les pêches profondes du pageot

 

Tresse Tournament 8 Braid Evo Daiwa

 

Étant donné les profondeurs importantes où seront recherchés les pageots (60 à plus de 120 m de fond), il est nécessaire d’utiliser de la tresse. En effet, celle-ci n’est pas élastique comme l’est le nylon. La retransmission des touches les plus fines est ainsi parfaite. L’autre avantage de la tresse est également d’être beaucoup plus fine à résistance égale et donc de mieux fendre les courants. Il est alors possible d’avoir une plombée bien plus légère et de mieux rester à la verticale du bateau malgré la dérive. Nous vous recommandons d’utiliser les tresses modernes en huit brins car leur rapport diamètre / résistance est exceptionnel. Vous pouvez ainsi pêcher avec du 8 à 12 / 100 tout en ayant une résistance de 15 à 20 lb – ce qui est remarquable et largement suffisant pour la pêche des pageots.

 

Montage pageot en bateau (spécial pêche profonde)

 

A l’usage, nous vous conseillons d’effectuer directement un nœud de raccord entre la tresse et le bas de ligne plutôt que d’utiliser un émerillon. Le nœud pouvant passer avec facilité dans les anneaux, il est en effet possible d’avoir un bas de ligne de 5/6 m et plus. La tresse n’étant pas transparente, vous gagnerez ainsi en discrétion et éviterez d’éveiller la méfiance de ce sparidé. Un nœud de type FG ou celui réalisé avec une machine à nœuds vous garantiront un excellent passage dans les anneaux et n’abimeront pas les fragiles buscles.

 

Perle clipot Flashmer

 

La perle clipot transparente également nommée « perle à 4 trous » est particulièrement discrète. Elle sera bloquée sur le bas de ligne par des simples nœuds doubles situés de chaque côté. Le traînard sera également bloqué dans la perle de la même façon. Nous vous recommandons de vérifier lors de l’achat que le diamètre des trous correspond à ceux de votre bas de ligne et de votre traînard.

 

Fluorocarbone FXR Seaguar

Fluorocarbone Premium Asso

 

Le traînard est constitué de deux brins reliés ensemble par un nœud de chirurgien. Le début en fluorocarbone 40 / 100 est assez court (20 à 40 cm). La rigidité naturelle de ce matériau dans de tels diamètres joue ici le rôle d’anti-emmêleur très discret. À ce premier brin est abouté 60 à 100 cm de fluorocarbone en 26 à 28/100. L’association de ces deux brins constitue une sorte de « queue de rat » qui permet d’avoir un bas de ligne relativement long tout en évitant les problèmes d’emmêlements. La présentation de l’appât dans les courants est ainsi bien plus naturelle.

 

Pageot pris par 60 m de fond

 

La longueur totale de ce traînard sera donc de 80 à 140 cm. Le choix de cette taille dépend en fait des conditions rencontrées : vitesse de dérive, profondeur, intensité des courants, etc. Plus la dérive, la profondeur ou les courants sont importants, plus le traînard sera court afin d’éviter les phénomènes de vrillages. Avec une faible dérive et avec de bonnes conditions, il sera possible de l’allonger pour une meilleure présentation de l’appât. Ici encore, ce sera au pêcheur de s’adapter sur le terrain et de trouver le meilleur compromis.

 

Emerillon rolling Flashmer

 

Conseil du team :

Lors de la descente ou de la remontée dans de grandes profondeurs, le plomb montre peut tournoyer et causer le vrillage de votre ligne. Nous vous recommandons donc d’intercaler un émerillon rolling à la rotation parfaite (ex : rolling à bille) entre votre bas de ligne et l’agrafe maintenant le plomb.

 

L’hameçon

 

Hameçons ronds

 

L’hameçon utilisé sera un modèle rond à large ouverture de type « chinu » en taille 6 à 2 selon la taille du ver utilisé. Celui-ci devra être fort de fer avec un excellent piquant. Ce type de modèle est particulièrement adapté aux puissantes mâchoires des sparidés. Privilégiez un système d’attache à palette qui permet d’enfiler plus facilement les vers et qui évitent de les percer.

Retrouvez ici une sélection d’hameçons ayant déjà maintes fois fait leurs preuves sur le terrain :

  • Cut Chinu Noir 50339 Owner

- Hameçon à palette forgé renversé

- Chromé noir anti corrosion (saltwater)

- Pointe cutting point® rentrante: pointe en forme de lame pour une meilleure pénétration (brevet exclusif Owner !)

Hameçons ronds

 

  • High carbon 9624 Maruto

- Hameçon à forte teneur en carbone (résistance / légèreté)

- Finition black nickel anti corrosion (traité saltwater) pour un maximum de discrétion

- Hameçon forgé renversé pour un ferrage optimal et une résistance optimale

- Piquant extrême

Hameçons ronds

 

  • 3310 F Gamakatsu

- Hameçon fort de fer

- Pointe rentrante ultra piquante

- Noir

- A palette

- Hampe courte et forme ronde

Hameçons ronds

 

Beau pageot pris au rag dans 70 m de fond

 

Astuce :

Nous vous conseillons de laisser un petit brin de nylon de 5/6 mm dirigé vers l’arrière lorsque vous effectuez le nœud de votre hameçon. Celui-ci est nommé nœud pyrénéen. En effet, avec la dérive et les contacts sur le fond, le ver a tendance à se tasser dans la courbure de l’hameçon. La pointe peut alors être recouverte et vous faire manquer votre ferrage lors d’une touche. De même, le ver prenant la forme courbe de l’hameçon, il aura tendance à vriller votre ligne lors de la dérive ou durant la remontée de telles profondeurs.

 

Le plomb

 

Les pageots étant recherchés sur des fonds sablo-vaseux, le choix du plomb revêt une importance capitale. En effet, dans des profondeurs importantes, il est nécessaire d’utiliser de fortes plombées (parfois jusqu’à plus de 250 g !). Or, les plombs classiques de forme ronde ou poire ont tendance à s’enliser dans ce type de substrat mou. Le bateau dérivant, ils opposent alors une très forte résistance et, en bandant exagérément le scion, rendent la lecture des touches très difficile.

 

Plomb montre Lemer

 

Pour pêcher dans des profondeurs aussi importantes avec des poids élevés, nous vous recommandons donc d’utiliser un plomb « montre » - nom qui lui a été donné par son profil ressemblant à celui d’une montre à gousset. De forme ronde, ce type de plomb est plat et possède des bords arrondis. Sous la traction de la dérive, sa surface plane et large glisse donc sur les substrats mous sans s’enfoncer ni accrocher. Le scion étant moins en tension, les touches sont plus facilement visibles, - même en utilisant des poids élevés. En grattant le fond, il soulève également des nuages de particules qui sont particulièrement attractifs sur le pageot car il pense alors qu’un autre poison fouisseur a trouvé de la nourriture. Ce modèle de plomb est donc parfait pour ce type de substrat et nous vous le recommandons chaudement pour cette technique !

 

Les appâts

 

 

Les vers sont parmi les appâts les plus attractifs pour le pageot. Certains sont néanmoins bien plus efficaces que d’autres sur cette espèce spécifique. Ainsi, ce sparidé apprécie particulièrement l’Américain, le Rag et le Bibi.

 

L’Américain

 

Ce pageot n’a pas résisté à un bel Américain !

 

Récolté en Amérique du nord, ce ver présente un corps ferme qui offre une bonne tenue à l’hameçon quand il est enfilé à l’aiguille. Il est également nommé ver sangsue ou bloodworm. Il a la particularité de contenir de l’hémoglobine, ce qui lui a valu le surnom de « ver de sang ». C’est justement l’odeur de ce sang se diffusant dans l’eau qui attire les pageots sur de très grandes distances. Cette hémoglobine contribue également à ce que le poisson le garde plus longtemps en gueule, optimisant ainsi un meilleur ferrage. La taille des Américains est d’environ 6 à 15 cm. Si vous souhaitez sélectionner les plus gros pageots, nous vous recommandons les Américains XL qui mesurent approximativement de 15 à 25 cm.

 

Le Bibi

 

En présence de petits poissons, le Bibi permet de sélectionner de beaux spécimens de pageot

 

En présence de nombreux petits poissons indésirables causant des touches multiples et mettant rapidement à nu votre hameçon, il sera vivement conseillé d’utiliser du Bibi. En effet, ce ver très charnu résiste mieux aux dents du menu fretin et permet de sélectionner les pageots dont la dentition est plus puissante.

 

Le Rag

 

Le Rag est très efficace sur les pageots !

 

Le Rag est un ver très charnu vivant dans les mers du nord qui peut atteindre plus de 20 cm de long. Dans les plus grandes tailles, il est donc parfait pour sélectionner les plus beaux spécimens de pageots. Ce ver offre une excellente tenue sur l’hameçon si vous prenez soin de l’enfiler à l’aiguille de telle façon que la tête soit au niveau de la pointe. Le Rag est particulièrement adapté à ces pêches profondes car sa phosphorescence et le suc spécifique qu’il contient le rendent hyper attractif sur le pageot. Signalons que ce ver est une excellente alternative aux vers américains car il est plus économique.

Vous noterez que le Rag est distribué en exclusivité par Normandie Appâts

 

Un pageot de cette taille offre un combat spectaculaire sur ligne fine !

 

Le saviez-vous ?

Le pageot commun peut dépasser les 3 kg pour une taille de plus de 60 cm. Ainsi, le plus gros sujet jamais capturé pesait 3,240 kg. Néanmoins, le record de France F.F.P.M. (Fédération Française de Pêche en Mer) du plus gros pageot a été établi en 2006 par M. Jean-Louis Latxague à Saint-Jean de Luz avec un pageot commun (Pagellus Erythrinus) d’un poids de 1,770 kg.