Championnat de France bateau 2017 à Dunkerque

Publié le mardi 31 octobre 2017 par Jean-Pierre Caginicolau
  • Compétition

Appâts associés à cet article:

 

 

Une compétition difficile !

 

Organisé par le Turbot Club de Flandre Maritime à Dunkerque, le championnat de France bateau s’est déroulé le 8 et 9 septembre 2017. Comme beaucoup de compétiteurs, nous sommes sur place les jours précédents afin de nous entraîner et affiner nos montages en fonction des conditions rencontrées.

L’entraînement du jour précédent la compétition s’est déroulé dans la bonne ambiance !

L’organisation est parfaite et nous sommes particulièrement bien reçus. Premier constat : pour nous qui venons directement du sud de la France, la différence de température est saisissante ! La météo restera clémente mais nos premiers tests sur le terrain nous montrent que la pêche va être difficile. Nous réussissons néanmoins à toucher 42 poissons le jour précédent la compétition. Nous en avons d’ailleurs profité pour ramener quelques poissons plats pour le repas du soir. Une dégustation entre amis qui fait également partie des plaisirs de la pêche !

La compétition s’étale sur deux jours et compte une centaine de compétiteurs. Alors que nous avons touché beaucoup de plats le jour précédent, cette première manche s’avère très difficile. Nous prenons en effet beaucoup de plats et de merlans non maillés, parfois même à quelques millimètres prés ! Les poissons sont rares et certains bateaux resteront même sur un capot !

Jean-Pierre Caginicolau avec une sole prise au ver noir sur son montage à plats

Je réussis à sortir quatre poissons maillés mais ceux-ci seront de trop petite taille pour espérer un bon classement.

De son coté, Sylvain Ferachoglou se classe onzième du général le premier jour de compétition avec 7 poissons pour 1388 points.

Déjà deux fois champion de France, Benoit Boutin s’annonce comme un redoutable adversaire. Et encore une fois, ce grand compétiteur prouve sa grande maîtrise du sujet au fil de la journée. Ainsi, il remporte directement la première manche avec 7 poissons pour un total de 2125 points.

Sylvain Ferachoglou avec une belle sole

Benoit Boutin et un magnifique flet pris lors du championnat.

 

Lors de la seconde journée de compétition, la pêche reste très compliquée et le poisson se fait rare. Je ne réussis ainsi à prendre que deux poissons maillés, ce qui me fait chuter dans le classement. Lors de cette manche, Sylvain fera tout pour coller au score sur son bateau. Un beau combat s’est engagé avec Simon Elgrishi, - ce dernier réussissant à faire des doublés, - voire même des triplés de plats.

Simon Elgrishi et un beau triplé de plats

Sylvain se battra pied à pied avec Simon mais il ne parvient pourtant pas à remporter le classement dans son bateau. C’est en effet le troisième pêcheur présent à bord qui l’emporte avec une morue de 2,2 kg, - ce qui enlève toute chance aux deux autres compétiteurs de remonter au score avec des prises de tailles aussi modestes. Ce fut d’ailleurs le plus beau poisson du championnat. Sylvain termine néanmoins onzième du classement au cumul de des deux jours de compétitions.

Cette magnifique morue de 2,2 kg fut le plus gros poisson pris lors de la compétition !

 

Lors de cette journée, Benoit Boutin assure encore avec talent et enchaîne les prises. Et bien qu’arrivé deuxième de cette seconde manche derrière M. Jean-Louis Merino, il enregistre quand même un score de 2599 points pour un total de 12 poissons. Il est ainsi premier au classement général au cumul de ces deux journées. Après St Cyprien en 2014 et Carnon en 2016, c’est donc à Dunkerque qu’il remporte pour la troisième fois le championnat de France de pêche en bateau.

Benoit Boutin sacré champion de France de pêche bateau

Un titre amplement mérité car la pêche était particulièrement difficile et il fallait être très technique pour pouvoir atteindre un tel classement. Cela prouve encore une fois qu’il s’agit d’un grand champion. Je lui adresse mes plus sincères félicitations !

 

Des montages spécifiques

 

Pour ces pêches techniques, nous pêchions en tresse de 10 à 15 / 100 car ces faibles diamètres permettaient de mieux fendre les puissants courants présents lors du championnat tout en offrant une parfaite détection des touches les plus fines (poissons plats). Par souci de discrétion, nos bas de ligne en 40 / 100 étaient relativement longs (environ 10 m). Les montages que nous avons utilisés lors de cette compétition visaient essentiellement les poissons plats bien présents dans la mer du nord. Nous avons ainsi surtout utilisé deux montages ayant déjà fait leurs preuves.

Montage poissons plats bateau

Le premier montage est constitué d’un corps de ligne en Amnesia ou en « Memory free » d’un diamètre de 50 à 60 / 100 sur lequel sont disposés trois clipots. Ces derniers peuvent être métalliques ou en plastique de type « poils de balais ». Leur taille varie en fonction de courants rencontrés sur la zone et nous permettent dans la même journée d’affronter toutes les conditions. Avec de faibles courants, nous avons utilisé des clipots de 20 cm dotés d’empiles de 18 cm. En présence de forts courants, nous avons privilégié des clipots de 15 cm avec des empiles de 13 cm. La taille des empiles étant toujours inférieure à celles de clipots, nous évitons ainsi tout problème d’emmêlement avec le corps de ligne. De même, leur écartement est suffisant pour empêcher qu’elles ne se croisent et ne s’accrochent entre elles.

 

Nylon Amnesia

Pour la conception de ces empiles, nous avons employés du fluorocarbone en 35/100 ou de « l’Amnesia » transparent 9 kg car, dans de tels diamètres, ces deux types de fils résistent particulièrement bien aux phénomènes de vrillages liés aux courants.
 

Perles ovales phosphorescentes

Afin de rendre plus attractif le montage dans une eau mâchée, nous avons rajouté des perles ovales phosphorescente et rouges de chaque coté des clipots.

Perles jaunes et rouges

La couleur des perles est très importante dans la pêche des poissons plats, surtout quand elles se trouvent à proximité de l’appât. Ainsi, j’ai remarqué que celles de couleurs rouges, roses ou jaunes sont parfaites pour les limandes et les soles.

Perles vertes

Pour le flet, je privilégie plutôt les vertes ou les noires. Il est possible de les panacher par groupes de deux ou trois dans les couleurs adaptées à une espèce spécifique (ex : rouge et jaune pour les soles).

 

Plombs

Pour ces fonds sablo-vaseux, nous avons privilégié des plombs grappins à branches en laiton ou encore des plombs débrayables afin de pouvoir s’ancrer dans le substrat mou. Certains compétiteurs tel que Sylvain Ferachoglou ont même utilisé des plombs bicolores pour mieux attirer les poissons plats vers les appâts. Selon la puissance du courant, des poids de 150 à 300 g ont été nécessaires.

 

Jean-Pierre Caginicolau et un doublé de plats sur son montage spécial compétition

 

 

Astuce de Jean-Pierre Caginicolau :

Les appâts que nous avons utilisés étaient essentiellement des vers noirs (arénicoles) qui étaient préalablement éviscérés afin qu’ils soient plus résistants face aux puissants courants. Cette opération est également nommée « ébroder ».

Une autre astuce est de les projeter assez violemment sur une planche afin qu’ils se contractent et durcissent. C’est étonnant mais ça marche très bien ! Ils étaient ensuite enfilés sur l’hameçon grâce à une aiguille à ver pour une meilleure tenue. Ce type d’appât est excellent pour la pêche spécifique des poissons plats.

Nous avons utilisé ces montages en pêche amont afin de mieux coucher le montage dans le courant. Les poissons plats étant des poissons benthiques, nous laissions un maximum de bannière (environ 50 m pour 15 m de profondeur) pour qu’ils soient bien collés au fond.

 

Montage balancelle spécial plats

Un autre type de montage nous a été également utile lors des périodes sans courants. Il est doté d’un accessoire très ingénieux qui est souvent utilisé en Manche : « la balancelle ». Celle-ci est constituée de deux clipots fixes de 25 cm montés en opposition. Chaque branche possède un émerillon rolling qui limite le vrillage de la ligne dans les courants. Ici encore, les empiles sont plus courtes que les clipots afin d’éviter tout emmêlement entre les lignes. La balancelle disposant d’une agrafe rapide pour accueillir le plomb, les empiles restent donc en contact direct avec le fond.

 

Montage traînard spécial roussettes

Le poisson étant rare, les plus grosses prises peuvent faire une véritable différence dans ce type de championnat. Ce fut ainsi le cas avec la belle morue de 2,2 kg ainsi qu’avec 3 roussettes prises lors de la compétition. Nous avons donc utilisé un montage traînard spécial roussettes spécifiquement conçu pour les courants puissants. Celui-ci est constitué d’un coulisseau anti-angle qui accueille un plomb de 300 g. Des perles protectrices évitent que les chocs d’un tel poids ne viennent fragiliser le nœud de raccord devant l’émerillon rolling. Le bas de ligne d’une taille de 2 m est réalisé en Amnesia 11 kg. Il est doté de deux petits clipots de 10 cm en plastique (type balai) placés assez hauts et dotés de courtes empiles de 8 cm. A la fin du bas de ligne, un chapelet de perles jaune avec une palette font office de teasers. L’hameçon Aberdeen numéro 2 est de même précédé de plusieurs perles jaunes pour un maximum d’attractivité.

 

Yann Dalmas et une belle roussette prise au cours de l’entraînement

Ce montage est parfait quand il y a beaucoup de courant et lorsqu’on pêche à l’arrière du bateau. Il permet alors de prospecter beaucoup de terrain en quête de poissons actifs, - ce qui est un avantage certain en compétition. En s’aidant des courants, il est en effet possible de l’éloigner progressivement du bateau en relevant le plomb avec de grandes tirées puis en relâchant du fil. Le courant l’entraine alors au fur et à mesure et il couvre ainsi de vastes zones. Malgré la longueur de traînard, les emmêlements restent rares. Les billes ainsi que la palette tournant sous l’action du courant sont très attractives sur les poissons qui parcourent alors de grandes distances et se rapprochent de l’appât.

 

La compétition, c’est aussi un bon moment de partage entre amis !

 

Toutes nos félicitations à Benoit Boutin pour son titre de champion de France bateau !

 

Retrouvez le classement des participants toutes catégories dans ces PDFs publiés sur le site de la Fédération Française des Pêches Sportives :